bandeau handzone

Massy récidive !

ProLigue

lundi 27 septembre 2021 - © Philippe Dairou

 4 min 19 de lecture

En battant facilement Strasbourg et Cherbourg, Sarrebourg et Angers ont pris leurs premiers points. En haut, après Tremblay, Massy a ajouté Ivry à son tableau de chasse aux cadors de la division.

 

Et de deux ! Après avoir fait tomber Tremblay, ex LNH et plus gros budget de Proligue, Massy a recidivé à Ivry. Et à l'inverse de la victoire sur Tremblay, acquise sur le buzzer, celle à Ivry s'est dessinée peu après la reprise. Alors que, dominés dès l'entame (4-6, 9°), les val de marnais - privés de Simon Ooms, Robin Dourte, Wilson Davyes et Ruben Rio - avaient cru faire le plus dur en prenant deux buts d'avance (18-16, 31°), les essonniens et l'éternel Junior Réault (5/6) ont résolument pris les commandes. Un 4-0 pour faire le break (19-23, 40°), deux 3-0 pour confirmer, Massy (Arthur Muller 8/13) laisse sur place des ivryens (Milos Bozovic 7/9) beaucoup trop maladroits (15 ballons perdus) pour espérer mieux.


Photo Fabien Jordhery

Ils ne sont plus que deux (Massy et Sélestat) à être invaincus, Billère s'étant fait surprendre par Pontault. Pourtant, tout avait bien commencé pour le BHB. Grâce aux arrières pontellois hors sujet dans les 8 premières minutes (3-0, 8°), le BHB domine sans toutefois survoler la rencontre. Pontault réagit et à la faveur d'une double exclusion et d'un but pile poil sur le buzzer rentre au vestiaire avec un petit déficit (11-9). La reprise est béarnaise (13-9, 33°) mais ça ne dure pas. Les seine et marnais recollent (14-14, 38°) et passent (15-17, 45), irrémédiablement. Et au bout d'un énorme duel de gardiens (Joris Labro 13 arrêts à 33% et Rémy Gervelas 13 arrêts à 35%), c'est Pontault qui rafle la mise. Pas de suspense à Sélestat. Venus sans Nabil Slassi, les vikings de Caen n'auront tenu que vingt minutes (3-5 / 9-8 / 13-12, 24°). Avant de sombrer corps et âme sous les assauts d'alsaciens (Toke Schröder 7/9, photo ci-dessus) abordant leur drakkar à la vitesse d'un hors bord. -5 à la pause, -8 cinq minutes plus tard (22-14, 35°), l'affaire est faite en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Dire qu'en marquant 16 buts, Axel Oppedisano a largement contribué à la victoire de Nice est un euphémisme. Mais au delà de ce record du nombre de buts marqués par un joueur, on notera la domination sans partage d'un Cavigal ultra performant en attaque (76% de réussite). Malgré les nombreuses supériorités numériques (10 exclusions) et les nombreux 7 mètres obtenus (10), Dijon n'a jamais été en mesure de prendre l'ascendant. Et après 25 minutes presque équilibrées (3-3 / 7-8 / 11-11, 24°), le DMHB (Lucien Auffret 7/9) a fini par lâcher. Et concéder sa première défaite de la saison. Tremblay a souffert à Valence, encore au contact à l'entrée du dernier quart d'heure (15-15, 44°). Mais en butant sur Cyril Dumoulin (14 arrêts à 41%), le VHB et un bon Artur Adamik (14 arrêts à 42%) ont dû laisser filer le TFHB vers un succès étriqué mais logique.


Photo Sarrebourg Moselle Handball

Outre Caen, quatre équipes (Besançon, Angers, Strasbourg, Sarrebourg) n'avaient toujours pas pris de points. Trois d'entre elles ont ouvert leur compteur ce week-end. Un point quasi miraculeux pour Besançon à Villeurbanne. Quand à 8 minutes du buzzer, Reida Rezzouki marque son 7° et avant dernier but de la soirée, on ne donne pas cher de la peau des bisontins (28-22, 52°). Mais cinq arrêts (sur 7 à 41%) d'Aristide Ewe et autant de minutes plus tard, Xavier Labigang (6/10) offre au GDBH un point sans doute fédérateur. A Sarrebourg, Strasbourg a tenu 30 minutes (14-13) avant de lâcher l'affaire. Pour s'offrir ce premier succès, les lorrains (Thomas Caviglia 5/5, photo ci-dessus) ont mis les petits plats dans les grands avec près de 78% de réussite devant et 52% d'arrêts derrière (Ivan Panjan 15 arrêts, photo de tête).


Photo Dominique Herguais

Strasbourg et Caen restent en zone rouge, Angers en sort. Et ce passage en zone libre, les angevins (Josip Grbavac 7/9, photo ci-dessous) l'ont parfaitement maîtrisé. Si la performance de Mohamed Aly (20 arrêts dont 5 pén./7 à 41%, photo ci-dessus) y est pour beaucoup, cette victoire sur Cherbourg ne souffre d'aucune contestation. Comme à Nice ou contre Caen, la Lucas Vanègue (12/16) dépendance a pointé les limites de la base arrière. Bien que beaucoup sanctionnée, la défense angevine et son infranchissable dernier rempart en ont profité, laissant sur place les hommes de Frédéric Bougeant aux deux tiers du match (25-17, 41°). Le baroud d'honneur n'a fait qu'adoucir l'addition pour des mauves déjà dans le dur. 



Photo Dominique Herguais

Pas de gros chocs au programme d'une 4° journée sous le sceau des antipodes du classement. Angers à Pontault, Sarrebourg à Sélestat, Strasbourg à l'épreuve de Massy, Besançon face à Ivry ou encore Caen qui reçoit Nice, autant d'occasions d'exploits ou de victoires des mieux classés. En recevant Villeurbanne, Dijon veut effacer son revers niçois. Battu par Tremblay les armes à la main, Valence s'attend à un autre gros combat à Cherbourg. Belle empoignade en perspective entre Tremblay le nouvel arrivant en Proligue et Billère la vieille dame de D2.

Le diaporama de Sélestat - Caen par Fabien Jordhery

Massy récidive ! 

ProLigue

lundi 27 septembre 2021 - © Philippe Dairou

 4 min 19 de lecture

En battant facilement Strasbourg et Cherbourg, Sarrebourg et Angers ont pris leurs premiers points. En haut, après Tremblay, Massy a ajouté Ivry à son tableau de chasse aux cadors de la division.

 

Et de deux ! Après avoir fait tomber Tremblay, ex LNH et plus gros budget de Proligue, Massy a recidivé à Ivry. Et à l'inverse de la victoire sur Tremblay, acquise sur le buzzer, celle à Ivry s'est dessinée peu après la reprise. Alors que, dominés dès l'entame (4-6, 9°), les val de marnais - privés de Simon Ooms, Robin Dourte, Wilson Davyes et Ruben Rio - avaient cru faire le plus dur en prenant deux buts d'avance (18-16, 31°), les essonniens et l'éternel Junior Réault (5/6) ont résolument pris les commandes. Un 4-0 pour faire le break (19-23, 40°), deux 3-0 pour confirmer, Massy (Arthur Muller 8/13) laisse sur place des ivryens (Milos Bozovic 7/9) beaucoup trop maladroits (15 ballons perdus) pour espérer mieux.


Photo Fabien Jordhery

Ils ne sont plus que deux (Massy et Sélestat) à être invaincus, Billère s'étant fait surprendre par Pontault. Pourtant, tout avait bien commencé pour le BHB. Grâce aux arrières pontellois hors sujet dans les 8 premières minutes (3-0, 8°), le BHB domine sans toutefois survoler la rencontre. Pontault réagit et à la faveur d'une double exclusion et d'un but pile poil sur le buzzer rentre au vestiaire avec un petit déficit (11-9). La reprise est béarnaise (13-9, 33°) mais ça ne dure pas. Les seine et marnais recollent (14-14, 38°) et passent (15-17, 45), irrémédiablement. Et au bout d'un énorme duel de gardiens (Joris Labro 13 arrêts à 33% et Rémy Gervelas 13 arrêts à 35%), c'est Pontault qui rafle la mise. Pas de suspense à Sélestat. Venus sans Nabil Slassi, les vikings de Caen n'auront tenu que vingt minutes (3-5 / 9-8 / 13-12, 24°). Avant de sombrer corps et âme sous les assauts d'alsaciens (Toke Schröder 7/9, photo ci-dessus) abordant leur drakkar à la vitesse d'un hors bord. -5 à la pause, -8 cinq minutes plus tard (22-14, 35°), l'affaire est faite en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Dire qu'en marquant 16 buts, Axel Oppedisano a largement contribué à la victoire de Nice est un euphémisme. Mais au delà de ce record du nombre de buts marqués par un joueur, on notera la domination sans partage d'un Cavigal ultra performant en attaque (76% de réussite). Malgré les nombreuses supériorités numériques (10 exclusions) et les nombreux 7 mètres obtenus (10), Dijon n'a jamais été en mesure de prendre l'ascendant. Et après 25 minutes presque équilibrées (3-3 / 7-8 / 11-11, 24°), le DMHB (Lucien Auffret 7/9) a fini par lâcher. Et concéder sa première défaite de la saison. Tremblay a souffert à Valence, encore au contact à l'entrée du dernier quart d'heure (15-15, 44°). Mais en butant sur Cyril Dumoulin (14 arrêts à 41%), le VHB et un bon Artur Adamik (14 arrêts à 42%) ont dû laisser filer le TFHB vers un succès étriqué mais logique.


Photo Sarrebourg Moselle Handball

Outre Caen, quatre équipes (Besançon, Angers, Strasbourg, Sarrebourg) n'avaient toujours pas pris de points. Trois d'entre elles ont ouvert leur compteur ce week-end. Un point quasi miraculeux pour Besançon à Villeurbanne. Quand à 8 minutes du buzzer, Reida Rezzouki marque son 7° et avant dernier but de la soirée, on ne donne pas cher de la peau des bisontins (28-22, 52°). Mais cinq arrêts (sur 7 à 41%) d'Aristide Ewe et autant de minutes plus tard, Xavier Labigang (6/10) offre au GDBH un point sans doute fédérateur. A Sarrebourg, Strasbourg a tenu 30 minutes (14-13) avant de lâcher l'affaire. Pour s'offrir ce premier succès, les lorrains (Thomas Caviglia 5/5, photo ci-dessus) ont mis les petits plats dans les grands avec près de 78% de réussite devant et 52% d'arrêts derrière (Ivan Panjan 15 arrêts, photo de tête).


Photo Dominique Herguais

Strasbourg et Caen restent en zone rouge, Angers en sort. Et ce passage en zone libre, les angevins (Josip Grbavac 7/9, photo ci-dessous) l'ont parfaitement maîtrisé. Si la performance de Mohamed Aly (20 arrêts dont 5 pén./7 à 41%, photo ci-dessus) y est pour beaucoup, cette victoire sur Cherbourg ne souffre d'aucune contestation. Comme à Nice ou contre Caen, la Lucas Vanègue (12/16) dépendance a pointé les limites de la base arrière. Bien que beaucoup sanctionnée, la défense angevine et son infranchissable dernier rempart en ont profité, laissant sur place les hommes de Frédéric Bougeant aux deux tiers du match (25-17, 41°). Le baroud d'honneur n'a fait qu'adoucir l'addition pour des mauves déjà dans le dur. 



Photo Dominique Herguais

Pas de gros chocs au programme d'une 4° journée sous le sceau des antipodes du classement. Angers à Pontault, Sarrebourg à Sélestat, Strasbourg à l'épreuve de Massy, Besançon face à Ivry ou encore Caen qui reçoit Nice, autant d'occasions d'exploits ou de victoires des mieux classés. En recevant Villeurbanne, Dijon veut effacer son revers niçois. Battu par Tremblay les armes à la main, Valence s'attend à un autre gros combat à Cherbourg. Belle empoignade en perspective entre Tremblay le nouvel arrivant en Proligue et Billère la vieille dame de D2.

Le diaporama de Sélestat - Caen par Fabien Jordhery

Dans la même rubrique

ProLigue
mercredi 24 novembre 2021
  
ProLigue
lundi 15 novembre 2021
  
ProLigue
lundi 8 novembre 2021
  
  1 2 3 4   

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#11 Ivry Sarrebourg 29 24 26/11/2021 20:30
#11 Angers Billère 27 26 26/11/2021 20:30
#11 Besançon Pontault-Combault 29 29 26/11/2021 20:15
#11 Villeurbanne Strasbourg 27 29 26/11/2021 20:30
#11 Massy Dijon 23 28 27/11/2021 20:30
#11 Nice Sélestat 32 29 26/11/2021 20:30
#11 Cherbourg Tremblay 31 30 26/11/2021 20:30
#11 Caen Valence 28 26 26/11/2021 20:30

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#12 Pontault-Combault Cherbourg 03/12/2021 20:30
#12 Billère Sélestat 03/12/2021 20:30
#12 Massy Villeurbanne 03/12/2021 20:30
#12 Strasbourg Caen 03/12/2021 20:15
#12 Tremblay Angers 03/12/2021 20:30
#12 Dijon Ivry 03/12/2021 20:30
#12 Valence Nice 03/12/2021 20:30
#12 Sarrebourg Besançon 04/12/2021 20:30

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Ivry 20 11 10 0 1
2 Dijon 17 11 8 1 2
3 Tremblay 15 11 7 1 3
4 Sélestat 14 11 6 2 3
5 Cherbourg 13 11 6 1 4
6 Pontault-Combault 12 11 5 2 4
7 Massy 12 11 6 0 5
8 Caen 11 11 5 1 5
9 Billère 10 11 4 2 5
10 Nice 10 11 4 2 5
11 Besançon 10 11 3 4 4
12 Sarrebourg 8 11 4 0 7
13 Valence 7 11 3 1 7
14 Strasbourg 6 11 3 0 8
15 Villeurbanne 6 11 2 2 7
16 Angers 5 11 2 1 8