bandeau handzone

Le Portugal est la seule surprise des trois TQO

Jeux Olympiques

lundi 15 mars 2021 - © Yves Michel

 7 min 5 de lecture

Des six places encore à prendre pour avoir le droit de participer aux Jeux de Tokyo, le Portugal est sans doute l'équipe qu'on attendait le moins. La Croatie reste à quai et en voudra longtemps à la France qui a désormais 4 mois pour s'offrir le meilleur visage qui soit au Japon. Ailleurs, aucun pronostic n'a été déjoué puisque la Norvège, le Brésil, la Suède et l'Allemagne ont rempli leur contrat.

C'est véritablement le scénario auquel les Croates n'avaient pas pensé. Qu'à cinq secondes de la fin, les Portugais réussissent l'improbable exploit de valider pour la 1ère fois de leur histoire, le billet pour les Jeux Olympiques. Les joueurs des Balkans n'étaient pas encore montés dans l'avion pour Zagreb lorsqu'ils ont appris la nouvelle. Leur coach Hrvoje Horvat ne voulait pas y croire, s'interrogeant même sur "l'étrange" façon dont les Français avaient perdu le match, cette défaite privant son équipe d'une 5ème olympiade consécutive. 

Des trois Tournois de Qualification Olympique, c'est bien de Montpellier qu'est venue la surprise. Ou plutôt l'épilogue le plus inattendu. Que ce soit à Podgorica ou à Berlin (voir plus bas), la logique a été respectée. Dans l'Hérault, même si les vice-champions d'Europe croates sortaient d'un Mondial calamiteux, beaucoup les voyait enjamber l'obstacle et accompagner la France vers Tokyo. Ils avaient tant à se faire pardonner. Et puis, les Portugais n'arrivaient pas dans les meilleures dispositions. Sous le choc depuis la disparition de leur gardien Alfredo Quintana. Et lorsqu'à l'issue des soixante minutes face aux Tricolores, ils ont pu exploser de joie et pleurer à chaudes larmes,  tous ont eu la même pensée. Leur coach Paulo Pereira, le premier. "Tout d'abord, je tiens à dire que nous n'y sommes pas parvenus seuls, . Il y avait une personne qui nous a beaucoup aidés, Alfredo Quintana. C'est grâce à lui que nous sommes arrivés là où nous en sommes. Le Portugal a réalisé un grand exploit, et j'insiste, un grand merci à lui, à Quintana." Et le technicien lusitanien de rendre également hommage à ceux qui au terme de trois jours à sensations, sont parvenus à s'offrir le droit de faire partie des douze équipes qui cet été, prendront la direction de Tokyo. "Ces joueurs sont des gens formidables, de grands compétiteurs, de grands guerriers et même si j'avais été le meilleur entraîneur du monde, ce qui n'est pas le cas, je n'aurais rien réaliser sans ces mecs-là. Nous allons aux Jeux. Et pour rester cohérents, nous irons pour nous battre pour une médaille." L'exploit de cette qualification historique dans l'histoire du hand portugais a été salué à sa juste valeur au plus haut niveau de l'Etat puisque Marcelo Rebelo de Sousa, le président de la République a félicité la sélection, considérant que cette qualification était "la victoire posthume de Quintana". 

Après la Suède en 2008, l'Allemagne en 2012 et l'Espagne en 2016, la Croatie rejoint donc le groupe des grandes nations du handball privées de J.O depuis la création des TQO. 



Dans le TQO n°1, aucune des quatre nations ne jouait à domicile puisque la Norvège s'était désistée au niveau de l'organisation et le Monténégro et la ville de Podgorica s'étaient proposées. Même loin de Trondheim où devait se dérouler le tournoi initial, les partenaires de Sander Sagosen n'avaient pas à s'inquiéter. Ils terminent leur tryptique, invaincus (3 succès). Ils participeront aux J.O pour la 2ème fois de leur histoire, 49 ans après Munich 72 ! C'est le Brésil qui sans grande surprise décroche le second sésame grâce à ses deux victoires face au Chili et à la Corée du Sud. 

Dans le TQO n°3, que d'aucuns qualifiaient le plus relevé, la Suède et l'Allemagne sont parvenues à lâcher la Slovénie. Dès vendredi, les deux nations n'avaient pu se départager (25-25) et en ne battant que l'Algérie, les partenaires du Limougeaud Dragan Gajic étaient trop courts pour espérer refaire le même coup qu'en 2016, où en Suède, et grâce à un G.A à trois, ils avaient soufflé la qualif à l'Espagne et s'étaient retrouvés à Rio. Pourtant dans le dernier match décisif, ce dimanche, justement face aux Suédois, ils n'ont rien pu faire pour barrer la route aux vice-champions du Monde. 

On connait donc la totalité des douze équipes masculines qui du 23 juillet au 8 août participeront aux J.O de Tokyo. Pour les féminines, il faudra attendre la semaine prochaine, puisque 6 places (3 TQO en Espagne, Hongrie et Monténégro) restent à attribuer. Les Françaises elles, attendront sereinement l'évènement nippon puisqu'au bénéfice de leur titre de championnes d'Europe acquis en 2018, elles avaient fait le plus gros. 

 Compétition

Date 

Lieu 

Qualifié 

 au titre du pays hôte

 

 

 JAPON 

 Mondial 2019

 Janv 2019

 Dan/All

DANEMARK 

 Jeux Panaméricains 2019

 Eté 2019

 Pérou

 ARGENTINE

 TQO asiatique 2019

 oct 2019

 Qatar

 BAHREIN

 Champ. d'Afrique 2020

 janv 2020

Tunisie 

EGYPTE 

 Champ. Europe 2020

janv 2020 

Aut/Nor/Sue 

ESPAGNE 

 TQO mondial n°1

 mars 2021

 Monténégro

 NORVEGE

 

 

 

 BRESIL

 TQO mondial n°2

 mars 2021

France  

FRANCE 

 

 

 

 PORTUGAL

 TQO mondial n°3

 mars 2021

 Allemagne

 ALLEMAGNE

 

 

 

 SUEDE

C'est l'Espagne qui est la nation la plus habituée aux Jeux avec une 11ème participation, suivie de la Suède (9ème), la France et le Danemark (8ème). Le Bahrein et le Portugal découvriront l'évènement. 



Pour la France, le compte à rebours nippon est déclenché 

Même s'il s'est montré quel que peu agacé et frustré par la tournure qu'a pu prendre la fin de la rencontre face au Portugal, Guillaume Gille qui en tant qu'entraîneur national se qualifie pour la 1ère fois pour les J.O  (il a participé à ceux de Sydney 2000, Athènes 2004, Pékin 2008 et Londres 2012 comme joueur) a tenu à féliciter tout le groupe qui avait contribué à atteindre l'objectif. "C'est vrai, le sentiment est un peu mitigé avec ce dernier match mais en même temps, ce qu'on était venu chercher ici est validé. C'est une immense satisfaction qui est à mettre au crédit des joueurs et de leur investissement dans une période très, très compliquée. Voir ce que les garçons ont investi sur ces dix jours de stage, c'est de très bon augure pour la préparation de ces Jeux." Le Japon est donc en ligne de mire et même si cinq ans se seront écoulés, les Bleus ne devront pas oublier que la dernière fois à Rio, ils étaient repartis avec un titre de vice-champions olympiques derrière le Danemark. "Depuis que le staff a repris cette équipe en janvier, on a toujours décidé d'inscrire ce groupe sur un chemin vers les Jeux. Et il ne s'agit pas seulement de voir Tokyo. Ce qu'on veut, c'est être au niveau des meilleurs et batailler pour une médaille, voire pour la plus belle. C'est un objectif très élevé mais c'est ce qui nous a portés depuis longtemps." Quatre mois séparent les joueurs de l'évènement planétaire. Quatre mois pendant lesquels, "Gino" et Erick Mathé vont continuer à mûrir leur réflexion pour arriver à une liste homogène d'où seront extraits les 14 joueurs (et 1 remplaçant) qui composeront la délégation invitée à s'envoler pour le Japon. "La suite va très vite arriver, le prochain rendez-vous avec l'équipe de France c'est à la fin du mois d'avril avec deux matches importants (contre la Grèce) pour se qualifier pour l'Euro 2022. La liste sera connue au début du mois de juillet, je crois qu'il ne faut pas être pressé, moi même, je suis incapable, là, de vous la communiquer. Il va se passer encore beaucoup de choses d'ici-là, je crois qu'on est simplement heureux aujourd'hui d'avoir franchi ce col qui devait nous ouvrir la route vers les J.O" Les places comme d'habitude, seront très chères avec notamment la présence souhaitée de Nikola Karabatic qui se remet d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit survenue mi-octobre 2020. Le Parisien a repris la course fin février et il ne désespère pas de disputer quelques matches avec le PSG d'ici la fin de la saison. "Sa rééducation est en très bonne voie, valide Guillaume Gille, et nous ferons les comptes dans les prochains mois. Mais à partir du moment où il sera opérationnel et il aura retrouvé la plénitude de ses moyens, on espère pouvoir compter sur lui." Pour tout le monde, c'est désormais une course contre le temps qui est engagée. 

Le Portugal est la seule surprise des trois TQO  

Jeux Olympiques

lundi 15 mars 2021 - © Yves Michel

 7 min 5 de lecture

Des six places encore à prendre pour avoir le droit de participer aux Jeux de Tokyo, le Portugal est sans doute l'équipe qu'on attendait le moins. La Croatie reste à quai et en voudra longtemps à la France qui a désormais 4 mois pour s'offrir le meilleur visage qui soit au Japon. Ailleurs, aucun pronostic n'a été déjoué puisque la Norvège, le Brésil, la Suède et l'Allemagne ont rempli leur contrat.

C'est véritablement le scénario auquel les Croates n'avaient pas pensé. Qu'à cinq secondes de la fin, les Portugais réussissent l'improbable exploit de valider pour la 1ère fois de leur histoire, le billet pour les Jeux Olympiques. Les joueurs des Balkans n'étaient pas encore montés dans l'avion pour Zagreb lorsqu'ils ont appris la nouvelle. Leur coach Hrvoje Horvat ne voulait pas y croire, s'interrogeant même sur "l'étrange" façon dont les Français avaient perdu le match, cette défaite privant son équipe d'une 5ème olympiade consécutive. 

Des trois Tournois de Qualification Olympique, c'est bien de Montpellier qu'est venue la surprise. Ou plutôt l'épilogue le plus inattendu. Que ce soit à Podgorica ou à Berlin (voir plus bas), la logique a été respectée. Dans l'Hérault, même si les vice-champions d'Europe croates sortaient d'un Mondial calamiteux, beaucoup les voyait enjamber l'obstacle et accompagner la France vers Tokyo. Ils avaient tant à se faire pardonner. Et puis, les Portugais n'arrivaient pas dans les meilleures dispositions. Sous le choc depuis la disparition de leur gardien Alfredo Quintana. Et lorsqu'à l'issue des soixante minutes face aux Tricolores, ils ont pu exploser de joie et pleurer à chaudes larmes,  tous ont eu la même pensée. Leur coach Paulo Pereira, le premier. "Tout d'abord, je tiens à dire que nous n'y sommes pas parvenus seuls, . Il y avait une personne qui nous a beaucoup aidés, Alfredo Quintana. C'est grâce à lui que nous sommes arrivés là où nous en sommes. Le Portugal a réalisé un grand exploit, et j'insiste, un grand merci à lui, à Quintana." Et le technicien lusitanien de rendre également hommage à ceux qui au terme de trois jours à sensations, sont parvenus à s'offrir le droit de faire partie des douze équipes qui cet été, prendront la direction de Tokyo. "Ces joueurs sont des gens formidables, de grands compétiteurs, de grands guerriers et même si j'avais été le meilleur entraîneur du monde, ce qui n'est pas le cas, je n'aurais rien réaliser sans ces mecs-là. Nous allons aux Jeux. Et pour rester cohérents, nous irons pour nous battre pour une médaille." L'exploit de cette qualification historique dans l'histoire du hand portugais a été salué à sa juste valeur au plus haut niveau de l'Etat puisque Marcelo Rebelo de Sousa, le président de la République a félicité la sélection, considérant que cette qualification était "la victoire posthume de Quintana". 

Après la Suède en 2008, l'Allemagne en 2012 et l'Espagne en 2016, la Croatie rejoint donc le groupe des grandes nations du handball privées de J.O depuis la création des TQO. 



Dans le TQO n°1, aucune des quatre nations ne jouait à domicile puisque la Norvège s'était désistée au niveau de l'organisation et le Monténégro et la ville de Podgorica s'étaient proposées. Même loin de Trondheim où devait se dérouler le tournoi initial, les partenaires de Sander Sagosen n'avaient pas à s'inquiéter. Ils terminent leur tryptique, invaincus (3 succès). Ils participeront aux J.O pour la 2ème fois de leur histoire, 49 ans après Munich 72 ! C'est le Brésil qui sans grande surprise décroche le second sésame grâce à ses deux victoires face au Chili et à la Corée du Sud. 

Dans le TQO n°3, que d'aucuns qualifiaient le plus relevé, la Suède et l'Allemagne sont parvenues à lâcher la Slovénie. Dès vendredi, les deux nations n'avaient pu se départager (25-25) et en ne battant que l'Algérie, les partenaires du Limougeaud Dragan Gajic étaient trop courts pour espérer refaire le même coup qu'en 2016, où en Suède, et grâce à un G.A à trois, ils avaient soufflé la qualif à l'Espagne et s'étaient retrouvés à Rio. Pourtant dans le dernier match décisif, ce dimanche, justement face aux Suédois, ils n'ont rien pu faire pour barrer la route aux vice-champions du Monde. 

On connait donc la totalité des douze équipes masculines qui du 23 juillet au 8 août participeront aux J.O de Tokyo. Pour les féminines, il faudra attendre la semaine prochaine, puisque 6 places (3 TQO en Espagne, Hongrie et Monténégro) restent à attribuer. Les Françaises elles, attendront sereinement l'évènement nippon puisqu'au bénéfice de leur titre de championnes d'Europe acquis en 2018, elles avaient fait le plus gros. 

 Compétition

Date 

Lieu 

Qualifié 

 au titre du pays hôte

 

 

 JAPON 

 Mondial 2019

 Janv 2019

 Dan/All

DANEMARK 

 Jeux Panaméricains 2019

 Eté 2019

 Pérou

 ARGENTINE

 TQO asiatique 2019

 oct 2019

 Qatar

 BAHREIN

 Champ. d'Afrique 2020

 janv 2020

Tunisie 

EGYPTE 

 Champ. Europe 2020

janv 2020 

Aut/Nor/Sue 

ESPAGNE 

 TQO mondial n°1

 mars 2021

 Monténégro

 NORVEGE

 

 

 

 BRESIL

 TQO mondial n°2

 mars 2021

France  

FRANCE 

 

 

 

 PORTUGAL

 TQO mondial n°3

 mars 2021

 Allemagne

 ALLEMAGNE

 

 

 

 SUEDE

C'est l'Espagne qui est la nation la plus habituée aux Jeux avec une 11ème participation, suivie de la Suède (9ème), la France et le Danemark (8ème). Le Bahrein et le Portugal découvriront l'évènement. 



Pour la France, le compte à rebours nippon est déclenché 

Même s'il s'est montré quel que peu agacé et frustré par la tournure qu'a pu prendre la fin de la rencontre face au Portugal, Guillaume Gille qui en tant qu'entraîneur national se qualifie pour la 1ère fois pour les J.O  (il a participé à ceux de Sydney 2000, Athènes 2004, Pékin 2008 et Londres 2012 comme joueur) a tenu à féliciter tout le groupe qui avait contribué à atteindre l'objectif. "C'est vrai, le sentiment est un peu mitigé avec ce dernier match mais en même temps, ce qu'on était venu chercher ici est validé. C'est une immense satisfaction qui est à mettre au crédit des joueurs et de leur investissement dans une période très, très compliquée. Voir ce que les garçons ont investi sur ces dix jours de stage, c'est de très bon augure pour la préparation de ces Jeux." Le Japon est donc en ligne de mire et même si cinq ans se seront écoulés, les Bleus ne devront pas oublier que la dernière fois à Rio, ils étaient repartis avec un titre de vice-champions olympiques derrière le Danemark. "Depuis que le staff a repris cette équipe en janvier, on a toujours décidé d'inscrire ce groupe sur un chemin vers les Jeux. Et il ne s'agit pas seulement de voir Tokyo. Ce qu'on veut, c'est être au niveau des meilleurs et batailler pour une médaille, voire pour la plus belle. C'est un objectif très élevé mais c'est ce qui nous a portés depuis longtemps." Quatre mois séparent les joueurs de l'évènement planétaire. Quatre mois pendant lesquels, "Gino" et Erick Mathé vont continuer à mûrir leur réflexion pour arriver à une liste homogène d'où seront extraits les 14 joueurs (et 1 remplaçant) qui composeront la délégation invitée à s'envoler pour le Japon. "La suite va très vite arriver, le prochain rendez-vous avec l'équipe de France c'est à la fin du mois d'avril avec deux matches importants (contre la Grèce) pour se qualifier pour l'Euro 2022. La liste sera connue au début du mois de juillet, je crois qu'il ne faut pas être pressé, moi même, je suis incapable, là, de vous la communiquer. Il va se passer encore beaucoup de choses d'ici-là, je crois qu'on est simplement heureux aujourd'hui d'avoir franchi ce col qui devait nous ouvrir la route vers les J.O" Les places comme d'habitude, seront très chères avec notamment la présence souhaitée de Nikola Karabatic qui se remet d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit survenue mi-octobre 2020. Le Parisien a repris la course fin février et il ne désespère pas de disputer quelques matches avec le PSG d'ici la fin de la saison. "Sa rééducation est en très bonne voie, valide Guillaume Gille, et nous ferons les comptes dans les prochains mois. Mais à partir du moment où il sera opérationnel et il aura retrouvé la plénitude de ses moyens, on espère pouvoir compter sur lui." Pour tout le monde, c'est désormais une course contre le temps qui est engagée. 

Dans la même rubrique

Jeux Olympiques
dimanche 14 mars 2021
  
Jeux Olympiques
dimanche 14 mars 2021
  
Jeux Olympiques
samedi 13 mars 2021
  
  1 2 3 4