bandeau handzone

EHF League : Montpellier enchaîne, Nîmes réagit, Toulouse coince encore

Europe

mercredi 2 décembre 2020 - © François Dasriaux

 4 min 8 de lecture

Montpellier est irrésistible dans le groupe C de la Ligue EHF masculine. Les Suédois d'Alsingas n'ont pas pesé lourd à Bougnol. Dans le même temps , l'USAM Nîmes a fait un gros coup en s'imposant sur les terres du Sporting de Lisbonne 30-26 et se replace dans la course à la qualification. Pour le Fenix de Toulouse, cela sent le grillé avec une nouvelle défaite à la maison 25-26 face aux Polonais de Plock.

 

Nîmes se relance avec un coup d’éclat !
On se disait que la campagne européenne de l’USAM allait se terminer un peu en pente douce. Les défaites face à Kristianstad à la maison et à Bucarest la semaine dernière, avaient plombé sérieusement les possibilités de qualification pour les Gardois. Sans un gros coup au Portugal, les choses se seraient encore plus compliquées. Et ce qu’on réussi les Nîmois en allant s’imposer sur les terres du Sporting de Lisbonne et ce avec la manière. Dans le sillage d’un Quentin Minel (Photo ci-dessous) chaud comme une baraque à frite à la finition, l’USAM allait vite se remettre d’un début assez ou les Lisboètes étaient les premiers à dégainer. Passé le premier quart d’heure la prise de pouvoir nîmoise se faisait et Lisbonne n’allait plus avoir son mot à dire. Un Téodor Paul serein, lui qui était le seul taulier dans les buts après la blessure de Rémi Desbonnet la semaine dernière. Un Jean Jacques Acquevillo qui fait parler le bras de manière impeccable. Et surtout, la très bonne nouvelle du mois de Novembre pour l’USAM, un Ahmed Hesham qui commence vraiment à montrer tout son talent. Qu’importe les absents, les Nyateu, Salou, Dupuy, Kavticnik et autres Desbonnet Cela fait quand même beaucoup), Les Nîmois tenaient leur match référent dans cette compétition et même si il reste encore de sacré morceaux à jouer dans ce groupe B comme Berlin, la porte s’est entrouverte pour de nouveau rêver à une belle qualification en 8° de finale.

 

Le Fenix se brûle les ailes
A voir si Toulouse pourra encore espérer quelque chose dans le groupe A de l’EHF League ? Mais la défaite à Toulouse face aux Polonais de Plock semble le faux-pas de trop dans la compétition. Certes, le Fenix peut nourrir de gros regrets. Ce match face à une équipe éprouvée au niveau européen et qui était encore en Ligue des Champions la saison dernière n’est absolument pas infamant. Surtout que les hommes de Philippe Gardent avaient su revenir dans la course après une première période où ils avaient été dominés. Au point de mener à leur tour 20-18 à la 46° minute. A la genèse de tout cela un Sadou Ntanzi intenable pour sa première avec ses nouvelles couleurs, bien secondé par Edouard Kempf autre anciende la maison PSG (Photo ci-dessous). Mais la fin de match va être dure et même très dure avec le dernier but victorieux pour Plock inscrit par l’ancien de maison rose, un certain Alvaro Ruiz Sanchez qui a porté pendant 4 saisons les couleurs du Fenix de 2015 à 2019… 26-25 pour Plock, une défaite qui fait mal et qui met le Fenix dans le dur avec ses 4 points en 5 matches.

  

Montpellier fait une bonne soupe avec une vieille recette.
Le MHB et l’Europe cette année, même si ce n’est que l’EHF League, ressemble au MHB des grandes années dans sa façon de mener les matches à Bougnol. Une première période où l’adversaire arrive un peu à exister. Et une seconde où le jeu rapide des Héraultais fait exploser en vol le malheureux opposant qui voit le score enfler à vue d’œil. Les Suédois vont subir la chose et dans les grandes largeurs… Avec un Hugo Descat toujours roi du jeu rapide et des 7mètres. Avec un Benjamin Bataille dont la bonne intégration se ressent de plus en plus et avec un Kevin Bonnefoi qui a dignement fêté son appel chez les Bleus en signant un 6/14 à 43¨% dont un 7 mètres, les choses n’ont pas trainé sur les 30 dernières minutes. Avant on se jaugeait, on se neutralisait et si Montpellier menait, ce n’était jamais avec de grandes envolées, la jeunesse nordique ayant encore assez de ressources pour contrer le MHB avec Sandberg, Franzen ou autre Andersson Moberg. De 16-13 à la pause plus gros écart du match, on va très vite passer à +5, +6 (39°), +8 (45°) et la suite va être du même tonneau, Alsingas n’avait plus les armes pour résister et tout cela va finir sur un 32-21 bien sec. Avec sa 3° victoire en autant de matches, le MHB est maintenant en tête de son groupe. Il lui reste toutefois à affronter les ténors de la poule, Magdebourg et le CSKA qui ne devraient pas être le même type de faire valoir.

 

Le diaporama de Montpellier - Alsingas par Patrick Davignon

EHF League : Montpellier enchaîne, Nîmes réagit, Toulouse coince encore 

Europe

mercredi 2 décembre 2020 - © François Dasriaux

 4 min 8 de lecture

Montpellier est irrésistible dans le groupe C de la Ligue EHF masculine. Les Suédois d'Alsingas n'ont pas pesé lourd à Bougnol. Dans le même temps , l'USAM Nîmes a fait un gros coup en s'imposant sur les terres du Sporting de Lisbonne 30-26 et se replace dans la course à la qualification. Pour le Fenix de Toulouse, cela sent le grillé avec une nouvelle défaite à la maison 25-26 face aux Polonais de Plock.

 

Nîmes se relance avec un coup d’éclat !
On se disait que la campagne européenne de l’USAM allait se terminer un peu en pente douce. Les défaites face à Kristianstad à la maison et à Bucarest la semaine dernière, avaient plombé sérieusement les possibilités de qualification pour les Gardois. Sans un gros coup au Portugal, les choses se seraient encore plus compliquées. Et ce qu’on réussi les Nîmois en allant s’imposer sur les terres du Sporting de Lisbonne et ce avec la manière. Dans le sillage d’un Quentin Minel (Photo ci-dessous) chaud comme une baraque à frite à la finition, l’USAM allait vite se remettre d’un début assez ou les Lisboètes étaient les premiers à dégainer. Passé le premier quart d’heure la prise de pouvoir nîmoise se faisait et Lisbonne n’allait plus avoir son mot à dire. Un Téodor Paul serein, lui qui était le seul taulier dans les buts après la blessure de Rémi Desbonnet la semaine dernière. Un Jean Jacques Acquevillo qui fait parler le bras de manière impeccable. Et surtout, la très bonne nouvelle du mois de Novembre pour l’USAM, un Ahmed Hesham qui commence vraiment à montrer tout son talent. Qu’importe les absents, les Nyateu, Salou, Dupuy, Kavticnik et autres Desbonnet Cela fait quand même beaucoup), Les Nîmois tenaient leur match référent dans cette compétition et même si il reste encore de sacré morceaux à jouer dans ce groupe B comme Berlin, la porte s’est entrouverte pour de nouveau rêver à une belle qualification en 8° de finale.

 

Le Fenix se brûle les ailes
A voir si Toulouse pourra encore espérer quelque chose dans le groupe A de l’EHF League ? Mais la défaite à Toulouse face aux Polonais de Plock semble le faux-pas de trop dans la compétition. Certes, le Fenix peut nourrir de gros regrets. Ce match face à une équipe éprouvée au niveau européen et qui était encore en Ligue des Champions la saison dernière n’est absolument pas infamant. Surtout que les hommes de Philippe Gardent avaient su revenir dans la course après une première période où ils avaient été dominés. Au point de mener à leur tour 20-18 à la 46° minute. A la genèse de tout cela un Sadou Ntanzi intenable pour sa première avec ses nouvelles couleurs, bien secondé par Edouard Kempf autre anciende la maison PSG (Photo ci-dessous). Mais la fin de match va être dure et même très dure avec le dernier but victorieux pour Plock inscrit par l’ancien de maison rose, un certain Alvaro Ruiz Sanchez qui a porté pendant 4 saisons les couleurs du Fenix de 2015 à 2019… 26-25 pour Plock, une défaite qui fait mal et qui met le Fenix dans le dur avec ses 4 points en 5 matches.

  

Montpellier fait une bonne soupe avec une vieille recette.
Le MHB et l’Europe cette année, même si ce n’est que l’EHF League, ressemble au MHB des grandes années dans sa façon de mener les matches à Bougnol. Une première période où l’adversaire arrive un peu à exister. Et une seconde où le jeu rapide des Héraultais fait exploser en vol le malheureux opposant qui voit le score enfler à vue d’œil. Les Suédois vont subir la chose et dans les grandes largeurs… Avec un Hugo Descat toujours roi du jeu rapide et des 7mètres. Avec un Benjamin Bataille dont la bonne intégration se ressent de plus en plus et avec un Kevin Bonnefoi qui a dignement fêté son appel chez les Bleus en signant un 6/14 à 43¨% dont un 7 mètres, les choses n’ont pas trainé sur les 30 dernières minutes. Avant on se jaugeait, on se neutralisait et si Montpellier menait, ce n’était jamais avec de grandes envolées, la jeunesse nordique ayant encore assez de ressources pour contrer le MHB avec Sandberg, Franzen ou autre Andersson Moberg. De 16-13 à la pause plus gros écart du match, on va très vite passer à +5, +6 (39°), +8 (45°) et la suite va être du même tonneau, Alsingas n’avait plus les armes pour résister et tout cela va finir sur un 32-21 bien sec. Avec sa 3° victoire en autant de matches, le MHB est maintenant en tête de son groupe. Il lui reste toutefois à affronter les ténors de la poule, Magdebourg et le CSKA qui ne devraient pas être le même type de faire valoir.

 

Le diaporama de Montpellier - Alsingas par Patrick Davignon

Dans la même rubrique