bandeau handzone

CM U20F: Les Françaises n'ont pas craqué !

Mondial

samedi 22 juin 2024 - © Yves Michel

 4 min 55 de lecture

Même quand elles ont été bousculées et qu'elles ne parvenaient plus à inscrire le moindre but, les Françaises ont résisté au sursaut allemand. Grâce à leur tenacité, leur adn défensif et une gardienne Romane Lehuault-Parc décisive, elles s'imposent (29-27) lors de cet ultime rendez-vous du Tour Préliminaire. Une victoire importante qui leur permet d'aborder la phase suivante avec deux points au compteur. Place désormais à la Chine puis à la Suède !

Peu importe si avec huit buts à son actif (meilleure réalisatrice de la soirée), c’est une Allemande Lotta Röpcke qui a été désignée MVP de la rencontre. Les Tricolores lui laissent avec plaisir ce trophée en bois ! Elles ont arraché l’essentiel. La victoire (et donc la 1ère place du groupe) mais surtout ces deux fameux points qu’elles capitalisent sur le dos de leur adversaire et qu’elles emportent comme récompense au Tour Principal (voir plus bas). 

Troisième succès en quatre jours dans ce qu’Eric Baradat lui-même avait qualifié avant le début de la compétition de «… poule de la mort » et de persister ce samedi, dans son raisonnement, « Il y avait trois équipes dont la nôtre qui avaient un potentiel de quart-de-finaliste. A nous maintenant de transformer ce potentiel en réalité concrète. » Les Tricolores ont grandement fabriqué le scénario de cet ultime rendez-vous face à des Allemandes qui leur avaient posé quelques tourments dans un passé très récent. Elles ont répondu à tout ce qui a pu être mis en place dans le camp adverse. Comme ce pressing assez haut exercé par la défense avec en pointe un véritable poison, l’ailière de Leipzig, Alina Gaubatz. Ou cette parfaite relation entre la base arrière et les pivots Pfundstein et Petzold. Sans parler des impacts longue distance de Lotta Röpcke. 

Si elles vont perdre le contact quelques secondes (7-9 à la 16è), les Françaises vont vite se ressaisir. Avec les interceptions de Fatou Karamoko, l’opportunisme de Louane Texier et les arrêts de Romane Lehuault-Parc (photo ci-dessous), elles vont imposer leur pressing et leur tempo en fin de 1er acte, rassurées par une défense très bien organisée. Et la gardienne brestoise restera sur ses mêmes bases au retour des vestiaires. Mais il était illusoire de ne pas imaginer une réaction de l’Allemagne qui bien aidée par des Bleuettes maladroites et brouillonnes, va passer un 4-0 pour revenir à égalité. L’attaque tricolore va s’inscrire aux abonnées absentes pendant dix minutes sans que l’adversaire ne puisse prendre ses aises. « Très sincèrement dans le money-time, confie Eric Baradat, j’étais relativement serein, j’avais l’impression qu’on maîtrisait la situation et que les joueuses étaient disponibles les unes pour les autres, je ne les ai jamais senties en panique. » Et dans les dernières secondes, elles ne vont rien concéder ou si peu.  

Lundi, c’est un autre championnat qui débute et qui va demander encore un peu plus d’exigence. Les Tricolores vont devoir élever leur niveau de jeu, répondre plus rapidement qu'elles ne l'ont fait, aux défis proposés « J’aimerai qu’on arrive à un peu plus de continuité offensive. Je trouve que par moments, on se crispe un petit peu, on porte un peu trop la balle, on n’utilise pas assez le jeu sans ballon. » Ce dimanche, pas de ménagement pour les braves. Les filles seront au boulot. Le staff lui, avait déjà anticipé la suite du feuilleton mondial. Avant d’affronter la Suède, ce sera la Chine. Elle a fait son apparition sur cette compétition sans trop d’antécédents dans cette catégorie d’âge. Pour autant, dans le camp français, la méfiance sera de mise. « Une des particularités de cette équipe, c’est la présence au sein du staff, de Suzana Lazovic. C’est une ancienne pivot monténégrine, vainqueur de la Ligue des Champions avec Buducnost où elle a effectué toute sa carrière, elle a dû arrêter très tôt pour des problèmes aux cervicales. Elle apporte à la Chine toute son expérience du haut niveau européen et tous les vices monténégrins (sourires). L‘aspect truqueur du handball des Balkans, elle connait. Je m’attends à affronter une équipe rude.» Le duo Baradat-Calcagnini a assez d'expérience pour ne pas se laisser surprendre par la roublardise de l'adversaire. Pour les Bleuettes, la route est tracée. A elles d'éviter toute embardée. 

A Skopje (Mac), Sport Centre Jane Sandanski, Tour Préliminaire
France – Allemagne      29-27 (MT : 18-15)
Arbitres : Novica Mitrovic & Miljan Vesovic (Montenegro)

Evolution du score : 2-2 (5) 5-5 (10) 7-8 (15) 10-10 (20) 16-13 (25) 18-15 (MT) 20-16 (35) 22-20 (40) 22-22 (45) 25-22 (50) 26-23 (55) 29-27 (FIN)

France : Lehuault-Parc (15 ar/41) Tignon (0/1) – Errard (2/3) Karamoko (1/2) Tuccella (1/2 dt 0/1 à 7m) Texier (5/6 dt 2/2 à 7m) Sissoko Dabo (2/5) Dury (2/3) Monteillet (0/1) Borg E. (3/7) Perret (2/3) Mbata (1/1) Colinot, Genyah, Pintat (6/7) Borg L. (4/8)

TOUR PRINCIPAL

 Lundi 24-06

 16h15

SUEDE

ALLEMAGNE

 

 18h30

FRANCE

 CHINE

 Mardi 25-06

 18h00

SUEDE

FRANCE

 

 20h15

CHINE

ALLEMAGNE

La Suède et  la France, 1ères de leur groupe respectif, débuteront ce Tour Principal avec un avantage de 2 pts.  

En un an, la France a rencontré la Suède à deux reprises. En match de classement pour la 5-6, l'été dernier lors de l’Euro U19 en Roumanie et les Nordiques s'étaient imposées (29-25) et en avril dernier, au Tournoi des 4 nations à Meudon avec un succès pour les Tricolores (29-14). Concernant la Chine, ce sera une grande inconnue car les Asiatiques étaient absentes du Mondial U18 de la même catégorie d'âge en 2022. Au tour préliminaire, après avoir été laminées par la Suède (-14), elles ont battu la République Tchèque (+1) et l'Algérie (+24).  

CM U20F: Les Françaises n'ont pas craqué !  

Mondial

samedi 22 juin 2024 - © Yves Michel

 4 min 55 de lecture

Même quand elles ont été bousculées et qu'elles ne parvenaient plus à inscrire le moindre but, les Françaises ont résisté au sursaut allemand. Grâce à leur tenacité, leur adn défensif et une gardienne Romane Lehuault-Parc décisive, elles s'imposent (29-27) lors de cet ultime rendez-vous du Tour Préliminaire. Une victoire importante qui leur permet d'aborder la phase suivante avec deux points au compteur. Place désormais à la Chine puis à la Suède !

Peu importe si avec huit buts à son actif (meilleure réalisatrice de la soirée), c’est une Allemande Lotta Röpcke qui a été désignée MVP de la rencontre. Les Tricolores lui laissent avec plaisir ce trophée en bois ! Elles ont arraché l’essentiel. La victoire (et donc la 1ère place du groupe) mais surtout ces deux fameux points qu’elles capitalisent sur le dos de leur adversaire et qu’elles emportent comme récompense au Tour Principal (voir plus bas). 

Troisième succès en quatre jours dans ce qu’Eric Baradat lui-même avait qualifié avant le début de la compétition de «… poule de la mort » et de persister ce samedi, dans son raisonnement, « Il y avait trois équipes dont la nôtre qui avaient un potentiel de quart-de-finaliste. A nous maintenant de transformer ce potentiel en réalité concrète. » Les Tricolores ont grandement fabriqué le scénario de cet ultime rendez-vous face à des Allemandes qui leur avaient posé quelques tourments dans un passé très récent. Elles ont répondu à tout ce qui a pu être mis en place dans le camp adverse. Comme ce pressing assez haut exercé par la défense avec en pointe un véritable poison, l’ailière de Leipzig, Alina Gaubatz. Ou cette parfaite relation entre la base arrière et les pivots Pfundstein et Petzold. Sans parler des impacts longue distance de Lotta Röpcke. 

Si elles vont perdre le contact quelques secondes (7-9 à la 16è), les Françaises vont vite se ressaisir. Avec les interceptions de Fatou Karamoko, l’opportunisme de Louane Texier et les arrêts de Romane Lehuault-Parc (photo ci-dessous), elles vont imposer leur pressing et leur tempo en fin de 1er acte, rassurées par une défense très bien organisée. Et la gardienne brestoise restera sur ses mêmes bases au retour des vestiaires. Mais il était illusoire de ne pas imaginer une réaction de l’Allemagne qui bien aidée par des Bleuettes maladroites et brouillonnes, va passer un 4-0 pour revenir à égalité. L’attaque tricolore va s’inscrire aux abonnées absentes pendant dix minutes sans que l’adversaire ne puisse prendre ses aises. « Très sincèrement dans le money-time, confie Eric Baradat, j’étais relativement serein, j’avais l’impression qu’on maîtrisait la situation et que les joueuses étaient disponibles les unes pour les autres, je ne les ai jamais senties en panique. » Et dans les dernières secondes, elles ne vont rien concéder ou si peu.  

Lundi, c’est un autre championnat qui débute et qui va demander encore un peu plus d’exigence. Les Tricolores vont devoir élever leur niveau de jeu, répondre plus rapidement qu'elles ne l'ont fait, aux défis proposés « J’aimerai qu’on arrive à un peu plus de continuité offensive. Je trouve que par moments, on se crispe un petit peu, on porte un peu trop la balle, on n’utilise pas assez le jeu sans ballon. » Ce dimanche, pas de ménagement pour les braves. Les filles seront au boulot. Le staff lui, avait déjà anticipé la suite du feuilleton mondial. Avant d’affronter la Suède, ce sera la Chine. Elle a fait son apparition sur cette compétition sans trop d’antécédents dans cette catégorie d’âge. Pour autant, dans le camp français, la méfiance sera de mise. « Une des particularités de cette équipe, c’est la présence au sein du staff, de Suzana Lazovic. C’est une ancienne pivot monténégrine, vainqueur de la Ligue des Champions avec Buducnost où elle a effectué toute sa carrière, elle a dû arrêter très tôt pour des problèmes aux cervicales. Elle apporte à la Chine toute son expérience du haut niveau européen et tous les vices monténégrins (sourires). L‘aspect truqueur du handball des Balkans, elle connait. Je m’attends à affronter une équipe rude.» Le duo Baradat-Calcagnini a assez d'expérience pour ne pas se laisser surprendre par la roublardise de l'adversaire. Pour les Bleuettes, la route est tracée. A elles d'éviter toute embardée. 

A Skopje (Mac), Sport Centre Jane Sandanski, Tour Préliminaire
France – Allemagne      29-27 (MT : 18-15)
Arbitres : Novica Mitrovic & Miljan Vesovic (Montenegro)

Evolution du score : 2-2 (5) 5-5 (10) 7-8 (15) 10-10 (20) 16-13 (25) 18-15 (MT) 20-16 (35) 22-20 (40) 22-22 (45) 25-22 (50) 26-23 (55) 29-27 (FIN)

France : Lehuault-Parc (15 ar/41) Tignon (0/1) – Errard (2/3) Karamoko (1/2) Tuccella (1/2 dt 0/1 à 7m) Texier (5/6 dt 2/2 à 7m) Sissoko Dabo (2/5) Dury (2/3) Monteillet (0/1) Borg E. (3/7) Perret (2/3) Mbata (1/1) Colinot, Genyah, Pintat (6/7) Borg L. (4/8)

TOUR PRINCIPAL

 Lundi 24-06

 16h15

SUEDE

ALLEMAGNE

 

 18h30

FRANCE

 CHINE

 Mardi 25-06

 18h00

SUEDE

FRANCE

 

 20h15

CHINE

ALLEMAGNE

La Suède et  la France, 1ères de leur groupe respectif, débuteront ce Tour Principal avec un avantage de 2 pts.  

En un an, la France a rencontré la Suède à deux reprises. En match de classement pour la 5-6, l'été dernier lors de l’Euro U19 en Roumanie et les Nordiques s'étaient imposées (29-25) et en avril dernier, au Tournoi des 4 nations à Meudon avec un succès pour les Tricolores (29-14). Concernant la Chine, ce sera une grande inconnue car les Asiatiques étaient absentes du Mondial U18 de la même catégorie d'âge en 2022. Au tour préliminaire, après avoir été laminées par la Suède (-14), elles ont battu la République Tchèque (+1) et l'Algérie (+24).  

Dans la même rubrique