bandeau handzone

Deux surfaces prestigieuses pour un club de Haute Garonne

France

mardi 28 mai 2024 - © Yves Michel

 3 min 58 de lecture

C’est en partie une des retombées des Jeux Olympiques en France. A proximité de Toulouse, le CRAHB (Castanet-Ramonville-Auzeville HB), un des 2400 clubs que compte la FFHB a saisi l’opportunité de récupérer à un tarif avantageux deux surfaces utilisées par les équipes de France A et les JO. Nikola Karabatic a même promis d’être présent pour l’inauguration en septembre !

A trois, on se sent inévitablement plus forts. Lorsqu’en 2008, le club de Ramonville St Agne (commune aujourd’hui de 15 000 âmes au sud de Toulouse) a eu la belle idée de se rapprocher du voisin (aussi peuplé) Castanet-Tolosan puis trois ans plus tard, de celui d’Auzeville-Tolosane (4500 habitants), l’aventure du handball a pris une tout autre dimension. Le club de Haute-Garonne a grandi et atteint désormais 600 licenciés parmi lesquels des séniors qui viennent d’étrenner un honorable parcours en Nationale 3, une école de handball et des gamins autant chez les filles que chez les garçons qui tous les week-ends courent sur tous les fronts, des moins de 11 aux moins de 18 France. 

Seule ombre au tableau, la qualité des praticables. « On joue nos compétitions principalement sur deux gymnases et les sols vieux de 30 ou 40 ans, n’étaient plus adaptés, témoigne Fabien Beth, le président du CRAHB. C’est même devenu dangereux car la surface est en béton. Il fallait que nous trouvions une solution pour la remplacer. On était même devenu la risée des adversaires qui venaient jouer chez nous. » Les dirigeants prennent conscience que la question est devenue LA priorité. La calculatrice fait partie intégrante de la réflexion. Le montant des 1ers devis est vertigineux et en ces temps de restrictions budgétaires, les trois municipalités concernées ne sont pas emballées. Mais au détour d’une conversation, le président du club apprend « qu’il y aurait moyen de racheter le sol itinérant de l’équipe de France. » L’espoir et la motivation de remplacer la vieille structure renaissent. Par l’intermédiaire de la Fédération, le contact est établi avec la société Gerflor, conceptrice de la surface. « Je m’attendais à ce que Gerflor ait une liste d’attente de clubs intéressés or ce n’était pas du tout le cas. On a vite sauté sur l’occasion. » Mais il reste à rassembler les 80 000 euros (pose comprise) que coûte le terrain destiné à la commune de Castanet. La voisine de Ramonville étant elle aussi intéressée, ce n’est pas une mais deux structures que les dirigeants du CRAHB vont négocier. Montant total donc, 160 000 euros. Et faute de poule aux œufs d’or, outre l’apport des trois municipalités (54% de la facture), l’appel aux bonnes volontés est lancé. 

Parmi les donateurs, une manne plutôt inattendue. Celle du fonds de dotation des frères Karabatic qui a pour vocation de soutenir financièrement des associations. « J’ai eu Bhakti, l’agent de Nikola, se réjouit Fabien Beth. Le temps d’avoir l’aval du joueur, l’affaire s’est conclue en 48h. » Et 5000 € supplémentaires qui tombent dans la marmite ! Le projet est sur de bons rails mais pour être totalement concrétisé, une cagnotte en ligne doit être lancée. La plus petite des contributions est la bienvenue. « Même nos minots de moins de 11 ont cassé leur tire-lire ! » A ce jour, il manque un peu plus de 30 000 euros à collecter. Le montage du 1er sol est prévu courant août. Le gymnase Jean Jaurès à Castanet héritera de celui que les Tricolores foulent en préparation (comme lors du France-Roumanie masculin à Toulouse, du trophée des continents à Montpellier ou à venir, du France-Norvège féminin à Pau), et en suivant, le gymnase Léo Lagrange à Ramonville, d’une des surfaces utilisées pendant les prochains Jeux. Quel éclairage soudain et quelle fierté pour le club haut-garonnais ! «Je suis parfaitement conscient de l’effet indirect lié à ce projet. On va équiper nos gymnases, c’était une nécessité, avec des sols de qualité et prestigieux mais il y aura aussi les retombées en matière de visibilité et de communication pour le club. » Et imaginez qu’après avoir terminé sur le podium des Jeux Olympiques quelques jours plus tôt, le néo retraité Nikola Karabatic accepte l’invitation des dirigeants et vienne inaugurer un des deux terrains fraîchement installé ? « Mais ce n’est pas une illusion, corrige le président dont les yeux commencent à miroiter. La date d’inauguration n’a pas encore été arrêtée. Elle le sera en fonction de l’agenda de Nikola. Le principe est d’ores et déjà acté. »  L’été qui arrive marquera un véritable tournant pour ce CRAHB… aux pinces d’or ! 

Le lien pour la cagnotte en ligne, ICI 


Fabien Beth et son vice-président Cédric Vendramin, "en repérage" au Trophée des Continents à Montpellier

Deux surfaces prestigieuses pour un club de Haute Garonne  

France

mardi 28 mai 2024 - © Yves Michel

 3 min 58 de lecture

C’est en partie une des retombées des Jeux Olympiques en France. A proximité de Toulouse, le CRAHB (Castanet-Ramonville-Auzeville HB), un des 2400 clubs que compte la FFHB a saisi l’opportunité de récupérer à un tarif avantageux deux surfaces utilisées par les équipes de France A et les JO. Nikola Karabatic a même promis d’être présent pour l’inauguration en septembre !

A trois, on se sent inévitablement plus forts. Lorsqu’en 2008, le club de Ramonville St Agne (commune aujourd’hui de 15 000 âmes au sud de Toulouse) a eu la belle idée de se rapprocher du voisin (aussi peuplé) Castanet-Tolosan puis trois ans plus tard, de celui d’Auzeville-Tolosane (4500 habitants), l’aventure du handball a pris une tout autre dimension. Le club de Haute-Garonne a grandi et atteint désormais 600 licenciés parmi lesquels des séniors qui viennent d’étrenner un honorable parcours en Nationale 3, une école de handball et des gamins autant chez les filles que chez les garçons qui tous les week-ends courent sur tous les fronts, des moins de 11 aux moins de 18 France. 

Seule ombre au tableau, la qualité des praticables. « On joue nos compétitions principalement sur deux gymnases et les sols vieux de 30 ou 40 ans, n’étaient plus adaptés, témoigne Fabien Beth, le président du CRAHB. C’est même devenu dangereux car la surface est en béton. Il fallait que nous trouvions une solution pour la remplacer. On était même devenu la risée des adversaires qui venaient jouer chez nous. » Les dirigeants prennent conscience que la question est devenue LA priorité. La calculatrice fait partie intégrante de la réflexion. Le montant des 1ers devis est vertigineux et en ces temps de restrictions budgétaires, les trois municipalités concernées ne sont pas emballées. Mais au détour d’une conversation, le président du club apprend « qu’il y aurait moyen de racheter le sol itinérant de l’équipe de France. » L’espoir et la motivation de remplacer la vieille structure renaissent. Par l’intermédiaire de la Fédération, le contact est établi avec la société Gerflor, conceptrice de la surface. « Je m’attendais à ce que Gerflor ait une liste d’attente de clubs intéressés or ce n’était pas du tout le cas. On a vite sauté sur l’occasion. » Mais il reste à rassembler les 80 000 euros (pose comprise) que coûte le terrain destiné à la commune de Castanet. La voisine de Ramonville étant elle aussi intéressée, ce n’est pas une mais deux structures que les dirigeants du CRAHB vont négocier. Montant total donc, 160 000 euros. Et faute de poule aux œufs d’or, outre l’apport des trois municipalités (54% de la facture), l’appel aux bonnes volontés est lancé. 

Parmi les donateurs, une manne plutôt inattendue. Celle du fonds de dotation des frères Karabatic qui a pour vocation de soutenir financièrement des associations. « J’ai eu Bhakti, l’agent de Nikola, se réjouit Fabien Beth. Le temps d’avoir l’aval du joueur, l’affaire s’est conclue en 48h. » Et 5000 € supplémentaires qui tombent dans la marmite ! Le projet est sur de bons rails mais pour être totalement concrétisé, une cagnotte en ligne doit être lancée. La plus petite des contributions est la bienvenue. « Même nos minots de moins de 11 ont cassé leur tire-lire ! » A ce jour, il manque un peu plus de 30 000 euros à collecter. Le montage du 1er sol est prévu courant août. Le gymnase Jean Jaurès à Castanet héritera de celui que les Tricolores foulent en préparation (comme lors du France-Roumanie masculin à Toulouse, du trophée des continents à Montpellier ou à venir, du France-Norvège féminin à Pau), et en suivant, le gymnase Léo Lagrange à Ramonville, d’une des surfaces utilisées pendant les prochains Jeux. Quel éclairage soudain et quelle fierté pour le club haut-garonnais ! «Je suis parfaitement conscient de l’effet indirect lié à ce projet. On va équiper nos gymnases, c’était une nécessité, avec des sols de qualité et prestigieux mais il y aura aussi les retombées en matière de visibilité et de communication pour le club. » Et imaginez qu’après avoir terminé sur le podium des Jeux Olympiques quelques jours plus tôt, le néo retraité Nikola Karabatic accepte l’invitation des dirigeants et vienne inaugurer un des deux terrains fraîchement installé ? « Mais ce n’est pas une illusion, corrige le président dont les yeux commencent à miroiter. La date d’inauguration n’a pas encore été arrêtée. Elle le sera en fonction de l’agenda de Nikola. Le principe est d’ores et déjà acté. »  L’été qui arrive marquera un véritable tournant pour ce CRAHB… aux pinces d’or ! 

Le lien pour la cagnotte en ligne, ICI 


Fabien Beth et son vice-président Cédric Vendramin, "en repérage" au Trophée des Continents à Montpellier

Dans la même rubrique