bandeau handzone

Montpellier indomptable !

Champion's League

mercredi 24 avril 2024 - © Yves Michel

 5 min 34 de lecture

La quintessence face à un autre grand d'Europe. Battre Kiel était dans le domaine du possible pour Montpellier mais rosser l'équipe allemande et lui imposer un écart de 9 buts (39-30), l'exploit n'en est que plus retentissant. Dans le sillage d'un Rémi Desbonnet impérial (16 arrêts), les Héraultais ont fait un grand pas vers la qualification pour le Final Four à Cologne. Il y aura le retour dans une semaine à Kiel mais ce serait un beau cadeau de départ pour Patrice Canayer qui a vécu ce mercredi soir à domicile, son dernier match européen dans ce qui restera pour les plus anciens, Bougnol.

A Montpellier, on va bien se garder de croire que la qualification pour Cologne et le Final Four est acquise et le retour jeudi prochain à Kiel, une simple formalité. Patrice Canayer est suffisamment avisé pour savoir que les retournements de situation existent. Mais ce serait faire injure à ses joueurs de ne pas envisager le meilleur scénario. 

La veille de la rencontre, l’emblématique coach du MHB avait résumé le discours qu’il avait tenu à ses joueurs par une simple phrase : «Ne pas se fixer de limites. » Apparemment, le message est bien passé et même sans doute, au-delà de ses espérances. De la maîtrise, les Montpelliérains en ont eue de la 1ère à la dernière minute. Quand en début de rencontre, ils ont dû endiguer les 1ers assauts allemands et surtout ne pas perdre le fil après le carton rouge infligé à Marko Panic pour un coup de coude. Un homme de moins sur la base arrière après seulement un quart d’heure de jeu, voilà qui n’arrangeait pas les affaires. D’autant que moins d’une minute plus tôt, Veron Nacinovic s’était fait temporairement punir et Montpellier se retrouvait à défendre à quatre. Pardon… à cinq avec celui qui va être l’élément fondateur du chef d’œuvre qui sera façonné au fil du temps. Rémi Desbonnet va se signaler au moment opportun sur les impacts de Dahmke et de Johansson puis une 2ème fois sur un 7 mètres d’Ekberg. Cette double infériorité numérique parfaitement et solidairement gérée est un 1er indicateur de la suprématie montpelliéraine. Alors que les Héraultais auraient pu se retrouver en difficulté, le match va totalement basculer en leur faveur (13-8 à la 17ème). Avec en exergue, les deux ailiers Yanis Lenne à droite et Lucas Pellas à gauche, un Karl Konan sautant sur tout ce qui bouge et un Stas Skube, sur vitaminé, monté sur propulseurs. En face, Kiel va empiler les pertes de balle, tomber dans l’approximation en attaque et peu aidé par une défense où Wiencek s’est retrouvé isolé devant Samir Bellahcène dont l’inefficacité a vite agacé Filip Jicha qui a renvoyé le Français précipitamment sur le banc. Il le rappellera en fin de rencontre. Et même si les Allemands vont connaître un temps fort, Montpellier le rendra si furtif qu’il sera vite oublié. Et le cordon sanitaire de quatre longueurs, rétabli à trois secondes de la pause (20-16). 

Les Allemands ne vont pas être en mesure d’élever le niveau de leur prestation. Retombant dans les mêmes travers. Les Héraultais vont profiter de la situation. Avec des arrêts de Desbonnet devant les vieillissants Weinhold et Duvnjak et un handicap qui en dix minutes va véritablement plomber Kiel. Huit buts à remonter à l’amorce du dernier quart d’heure, neuf un peu plus tard. Le MHB se permettait quelques maladresses et erreurs d’appréciation mais comme en face, l’adversaire n’était pas mieux inspiré, rien ne changeait au niveau de l’addition. Elle va rester aussi conséquente après un dernier but de Diego Simonet à la limite du refus de jeu. Alors que l’ultime possession était allemande, Mykola Bilyk va trouver sur sa trajectoire le diabolique Rémi Desbonnet qui, après sa 16ème parade, va récupérer le ballon et le catapulter dans la cage laissée vide (39-30). Tout un symbole et une ovation pour le grand bonhomme de la rencontre. 

Petit rictus complice de Patrice Canayer à l’issue de la confrontation pour marquer sa satisfaction. « Nous terminons avec le plus gros écart du match. On marque à 3 secondes de la fin de la 1ère période et à 3 secondes de la fin du match, cela veut dire que mes joueurs sont restés concentrés jusqu’au bout. Je suis satisfait de leur performance, c’est une belle satisfaction. Le public a joué un rôle important. Il faudra aborder le retour avec humilité et détermination, lorsque le plan de jeu fonctionne, c’est plaisant. Les joueurs ont élevé leur niveau, ils ont été performants et ont répondu présents. On est toujours ambitieux. On est moins outsider mais on n’est pas favori. J’ai déjà compris comment ils allaient préparer le match retour. » Et jeudi prochain, la Wunderino Arena et ses 10 000 spectateurs risquent d’être chauds bouillants. 

Sur son site, Kiel parle d'un miracle si la tendance est inversée au match retour. Et de mettre en relief ce qui a manqué ce mercredi soir pour rivaliser avec le MHB. Avec notamment d'énormes carences en défense et un manque de cohésion en attaque. A ce sujet, Patrick Wiencek, la tour de contrôle de l'équipe allemande estime que Kiel... "peut faire mieux avec le soutien des fans." Le fameux mur blanc qui exerce une pression sur tous les adversaires. Cette saison en Ligue des Champions, seuls les Danois d'Aalborg sont allés s'imposer à Kiel et une seule formation, Zagreb s'y est inclinée de plus de 9 buts. Lors de la dernière journée de la phase de groupe, les Croates étaient repartis avec un écart de onze longueurs (33-22). Et même si à l'époque, Kiel était directement qualifié pour les quarts avant cette ultime opposition, la leçon est à méditer....

Au FDI Stadium (Montpellier), quart de finale aller Ligue des Champions
Montpellier HB – THW Kiel    39 - 30 (MT : 20-16)

Arbitres :  Bojan Lah & David Sok (Slovénie)

Evolution du score : 2-3 (5) 6-4 (10) 12-8 (15) 14-10 (20) 17-13 (25) 20-16 (MT) 23-18 (35) 27-21 (40) 31-23 (45) 34-26 (50) 36-27 (55) 39-30 (FIN)

Montpellier HB :  Desbonnet (16 ar./46 dt 2 ar./4 à 7m), Bolzinger ; Y. Lenne (7/8), Pellas (7/8 dt 5/5 à 7m), Skube (6/7 dt 0/1 à 7m) , Monte Dos Santos (4/5), Nacinovic (4/4), Porte (3/4), Simonet (3/4), Desbonnet (2/3), Konan (2/2), Karlsson (1/2), Fernandez (0/2), Panic, A. Lenne (0/1), Prat, Cornette

THW Kiel :  Mrkva (6 ar/24), Bellahcene (2 ar./18 dt 1 ar./5 à 7m) ; Johansson (8/14 dt 2/2 à 7m), Bilyk 7/9, Wiencek (3/4), Överby (3/3), Dahmke (2/3), Pekeler (1/2), Duvnjak (1/2), Ehrig (1/2), (Ekberg 1/3 dt 0/2 à 7m), Wallinius (1/2), Weinhold (1/4), Szilagyi

Le diaporama de Montpellier - Kiel par Patrick Davignon 

Montpellier indomptable ! 

Champion's League

mercredi 24 avril 2024 - © Yves Michel

 5 min 34 de lecture

La quintessence face à un autre grand d'Europe. Battre Kiel était dans le domaine du possible pour Montpellier mais rosser l'équipe allemande et lui imposer un écart de 9 buts (39-30), l'exploit n'en est que plus retentissant. Dans le sillage d'un Rémi Desbonnet impérial (16 arrêts), les Héraultais ont fait un grand pas vers la qualification pour le Final Four à Cologne. Il y aura le retour dans une semaine à Kiel mais ce serait un beau cadeau de départ pour Patrice Canayer qui a vécu ce mercredi soir à domicile, son dernier match européen dans ce qui restera pour les plus anciens, Bougnol.

A Montpellier, on va bien se garder de croire que la qualification pour Cologne et le Final Four est acquise et le retour jeudi prochain à Kiel, une simple formalité. Patrice Canayer est suffisamment avisé pour savoir que les retournements de situation existent. Mais ce serait faire injure à ses joueurs de ne pas envisager le meilleur scénario. 

La veille de la rencontre, l’emblématique coach du MHB avait résumé le discours qu’il avait tenu à ses joueurs par une simple phrase : «Ne pas se fixer de limites. » Apparemment, le message est bien passé et même sans doute, au-delà de ses espérances. De la maîtrise, les Montpelliérains en ont eue de la 1ère à la dernière minute. Quand en début de rencontre, ils ont dû endiguer les 1ers assauts allemands et surtout ne pas perdre le fil après le carton rouge infligé à Marko Panic pour un coup de coude. Un homme de moins sur la base arrière après seulement un quart d’heure de jeu, voilà qui n’arrangeait pas les affaires. D’autant que moins d’une minute plus tôt, Veron Nacinovic s’était fait temporairement punir et Montpellier se retrouvait à défendre à quatre. Pardon… à cinq avec celui qui va être l’élément fondateur du chef d’œuvre qui sera façonné au fil du temps. Rémi Desbonnet va se signaler au moment opportun sur les impacts de Dahmke et de Johansson puis une 2ème fois sur un 7 mètres d’Ekberg. Cette double infériorité numérique parfaitement et solidairement gérée est un 1er indicateur de la suprématie montpelliéraine. Alors que les Héraultais auraient pu se retrouver en difficulté, le match va totalement basculer en leur faveur (13-8 à la 17ème). Avec en exergue, les deux ailiers Yanis Lenne à droite et Lucas Pellas à gauche, un Karl Konan sautant sur tout ce qui bouge et un Stas Skube, sur vitaminé, monté sur propulseurs. En face, Kiel va empiler les pertes de balle, tomber dans l’approximation en attaque et peu aidé par une défense où Wiencek s’est retrouvé isolé devant Samir Bellahcène dont l’inefficacité a vite agacé Filip Jicha qui a renvoyé le Français précipitamment sur le banc. Il le rappellera en fin de rencontre. Et même si les Allemands vont connaître un temps fort, Montpellier le rendra si furtif qu’il sera vite oublié. Et le cordon sanitaire de quatre longueurs, rétabli à trois secondes de la pause (20-16). 

Les Allemands ne vont pas être en mesure d’élever le niveau de leur prestation. Retombant dans les mêmes travers. Les Héraultais vont profiter de la situation. Avec des arrêts de Desbonnet devant les vieillissants Weinhold et Duvnjak et un handicap qui en dix minutes va véritablement plomber Kiel. Huit buts à remonter à l’amorce du dernier quart d’heure, neuf un peu plus tard. Le MHB se permettait quelques maladresses et erreurs d’appréciation mais comme en face, l’adversaire n’était pas mieux inspiré, rien ne changeait au niveau de l’addition. Elle va rester aussi conséquente après un dernier but de Diego Simonet à la limite du refus de jeu. Alors que l’ultime possession était allemande, Mykola Bilyk va trouver sur sa trajectoire le diabolique Rémi Desbonnet qui, après sa 16ème parade, va récupérer le ballon et le catapulter dans la cage laissée vide (39-30). Tout un symbole et une ovation pour le grand bonhomme de la rencontre. 

Petit rictus complice de Patrice Canayer à l’issue de la confrontation pour marquer sa satisfaction. « Nous terminons avec le plus gros écart du match. On marque à 3 secondes de la fin de la 1ère période et à 3 secondes de la fin du match, cela veut dire que mes joueurs sont restés concentrés jusqu’au bout. Je suis satisfait de leur performance, c’est une belle satisfaction. Le public a joué un rôle important. Il faudra aborder le retour avec humilité et détermination, lorsque le plan de jeu fonctionne, c’est plaisant. Les joueurs ont élevé leur niveau, ils ont été performants et ont répondu présents. On est toujours ambitieux. On est moins outsider mais on n’est pas favori. J’ai déjà compris comment ils allaient préparer le match retour. » Et jeudi prochain, la Wunderino Arena et ses 10 000 spectateurs risquent d’être chauds bouillants. 

Sur son site, Kiel parle d'un miracle si la tendance est inversée au match retour. Et de mettre en relief ce qui a manqué ce mercredi soir pour rivaliser avec le MHB. Avec notamment d'énormes carences en défense et un manque de cohésion en attaque. A ce sujet, Patrick Wiencek, la tour de contrôle de l'équipe allemande estime que Kiel... "peut faire mieux avec le soutien des fans." Le fameux mur blanc qui exerce une pression sur tous les adversaires. Cette saison en Ligue des Champions, seuls les Danois d'Aalborg sont allés s'imposer à Kiel et une seule formation, Zagreb s'y est inclinée de plus de 9 buts. Lors de la dernière journée de la phase de groupe, les Croates étaient repartis avec un écart de onze longueurs (33-22). Et même si à l'époque, Kiel était directement qualifié pour les quarts avant cette ultime opposition, la leçon est à méditer....

Au FDI Stadium (Montpellier), quart de finale aller Ligue des Champions
Montpellier HB – THW Kiel    39 - 30 (MT : 20-16)

Arbitres :  Bojan Lah & David Sok (Slovénie)

Evolution du score : 2-3 (5) 6-4 (10) 12-8 (15) 14-10 (20) 17-13 (25) 20-16 (MT) 23-18 (35) 27-21 (40) 31-23 (45) 34-26 (50) 36-27 (55) 39-30 (FIN)

Montpellier HB :  Desbonnet (16 ar./46 dt 2 ar./4 à 7m), Bolzinger ; Y. Lenne (7/8), Pellas (7/8 dt 5/5 à 7m), Skube (6/7 dt 0/1 à 7m) , Monte Dos Santos (4/5), Nacinovic (4/4), Porte (3/4), Simonet (3/4), Desbonnet (2/3), Konan (2/2), Karlsson (1/2), Fernandez (0/2), Panic, A. Lenne (0/1), Prat, Cornette

THW Kiel :  Mrkva (6 ar/24), Bellahcene (2 ar./18 dt 1 ar./5 à 7m) ; Johansson (8/14 dt 2/2 à 7m), Bilyk 7/9, Wiencek (3/4), Överby (3/3), Dahmke (2/3), Pekeler (1/2), Duvnjak (1/2), Ehrig (1/2), (Ekberg 1/3 dt 0/2 à 7m), Wallinius (1/2), Weinhold (1/4), Szilagyi

Le diaporama de Montpellier - Kiel par Patrick Davignon 

Dans la même rubrique

Champion's League
mercredi 19 juin 2024
  
Champion's League
dimanche 9 juin 2024
  
Champion's League
dimanche 2 juin 2024
  
Champion's League
samedi 1 juin 2024
  
  1 2 3 4   

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#16 Magdeburg Kiel 28 32 09/06/2024 15:00
#16 Aalborg Barcelone 30 31 09/06/2024 18:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Barcelone 8 4 4 0 0
2 Veszprem 6 4 3 0 1
3 Kielce 6 4 3 0 1
4 Montpellier 5 4 2 1 1
5 Paris 4 4 2 0 2
6 Kiel 4 4 2 0 2
7 Aalborg 4 4 2 0 2
8 Magdeburg 2 4 1 0 3
9 Zagreb 1 2 0 1 1
10 Plock 0 2 0 0 2
11 GOG Gudme/Svendborg 0 2 0 0 2
12 Szeged 0 2 0 0 2