bandeau handzone

Antonissen, le Nele plus ultra de Mérignac

LBE

jeudi 8 février 2024 - © Laurent Hoppe

 4 min 17 de lecture

Les repêchées girondines n'en finissent plus de dire « bedankt », ou merci, à leur demi-centre. Devenue leur boussole offensive sur le chemin du maintien, l'internationale belge proche des 100 buts en championnat vit la meilleure de ses trois saisons au MHB. Travailleuse acharnée au service du collectif, elle accorde aussi une grande importance à la relance de sa sélection nationale.

Contrairement aux Cats (basket, championnes d'Europe 2023) ou aux Panthères (hockey sur gazon, argent continental l'été dernier), et même à la sélection hommes chère à Yérime Sylla (les Loups rouges), l'équipe nationale féminine belge de hand ne s'est pas donnée un nom de scène animal. Veuillez, s'il vous plaît, l'appeler les Black Arrows. Les Flèches noires, dans le sud francophone du royaume, dont la meneuse de jeu vise de plus en plus juste.

Internationale A depuis une bonne décennie, Nele Antonissen tutoie les meilleures buteuses de la compétition française. Entre deux championnes du monde messines (Valentini et Bouktit), l'Anversoise de 27 ans, troisième d'une hiérarchie dominée par Mathilde Plotton (Saint-Maur), a planté nonante-cinq roses en quatorze rencontres. C'est déjà plus que les 85 et 81 unités de ses deux premières saisons sous la vareuse du Mérignac HB. D'un exercice à l'autre, sa moyenne d'efficacité a doublé : de 3,4 à 6,8. Sans saut d'index.

« Je pense réaliser l'une de mes meilleures saisons à Mérignac, affirme la MVP du mois de janvier. En m'entraînant dur, en travaillant sur moi-même, j'ai progressé. Il y a des matches qui se passent mieux que d'autres, je dois donc continuer à travailler pour être plus régulière. » La quête de perfection anime en permanence la Flamande amatrice de sorties nature, arrivée d'Octeville (D2) à l'été 2021. «J'essaie toujours de faire de mon mieux, ce qui m'a déjà beaucoup aidé. Mais il ne faut pas non plus vouloir trop bien faire, car cela me fera moins bien jouer. Après un match, j'essaie aussi de regarder en détail ce que j'aurais pu faire de mieux pour aider l'équipe. »


Audrey Deroin partie et retirée du haut niveau, la dépositaire du jeu girondin est désormais aussi celle de l'attaque. Les prérogatives élargies font gonfler les stats, on l'a vu. Elles mettent par ailleurs en relief une faculté à déchirer tout rideau défensif, permise par son gabarit (1,70 m). Prendre un demi-intervalle peut suffire à celle qui était partie dans des formations néerlandaises (Geleen, Dalfsen) avant sa majorité. « J'essaie aussi de faire des passes décisives à mes coéquipières, souligne-t-elle. C'est aussi mon travail en tant que demi-centre. »

Avec l'entourage sus-nommé, la nouvelle maîtresse des horloges mérignacaises a participé à l'oeuvre de résilience consécutive à un cru 2022-2023 « très difficile sur le plan mental, lorsque nous avons appris qu'il y aurait des déductions de points ». Pour rappel, Mérignac s'en était vu retirer cinq, avait fini 13ème et dernier de LBE, et attendu tout l'été un repêchage arrivé... juste après la reprise. « Le groupe a compris à quel point il voulait jouer en D1. Maintenant, nous voulons tout donner pour y rester. »

La troupe de Christophe Chagnard fait plutôt bon usage de sa seconde chance. Elle a engrangé quatre victoires, soit une de moins que sur toute la saison passée. Tous ses succès ont été acquis contre des sociétaires de la colonne de droite du général : Saint-Maur, Nice, Toulon, Besançon. Ce mercredi, elle est passée près d'une perf à Plan-de-Cuques (7ème), malgré le bon 7/10 de l'ex-étudiante en "sciences du sport et de l'exercice", la filière STAPS belge. « C'est très frustrant. Dans ce genre de match », perdu 28-27 en Provence, « tout se joue sur des détails ».

Si le MHB néo-aquitain recule au douzième rang à l'issue de l'acte XV, il est virtuellement neuvième du fait de sa rencontre en retard, et possède six points de plus que Saint-Maur, lanterne rouge et relégable. « Nous ne sommes pas encore maintenues, prévient la numéro 18. Nous avons vu la saison dernière à quel point les choses peuvent changer rapidement. La saison est encore longue. Nous avons encore des matches importants à gagner. » Comme la réception de Saint-Amand-les-Eaux le 24 février, qui succédera à celles de Metz (mercredi prochain) et de Brest (match d'alignement de la deuxième journée, le 21). « Nous devrions également chercher des points contre des équipes devant nous au classement. »

Mérignac pourra-t-il conserver au-delà de cette saison son diamant anversois de bon conseil, forcément devenu objet de convoitises ? Ayant prolongé d'un an seulement au printemps 2023, Nele Antonissen préfère éluder le sujet mercato. Moins confidentielles sont ses intentions avec les Arrows : sortir de l'anonymat, jouer autre chose que des matches amicaux, l'ordinaire de la sélection d'outre-Quiévrain depuis quasi vingt ans. « C'est un peu frustrant. Ces dernières années, tout l'argent allait aux hommes », qui avaient certes accédé au tour principal de leur premier Mondial, il y a treize mois. « Ce n'est pas vraiment correct. Mais j'ai l'impression que ça change un peu cette saison, que la fédération veut aider les filles. On cherche encore des sponsors pour aller aux qualifications. » Telle est la prochaine cible à atteindre...

Antonissen, le Nele plus ultra de Mérignac 

LBE

jeudi 8 février 2024 - © Laurent Hoppe

 4 min 17 de lecture

Les repêchées girondines n'en finissent plus de dire « bedankt », ou merci, à leur demi-centre. Devenue leur boussole offensive sur le chemin du maintien, l'internationale belge proche des 100 buts en championnat vit la meilleure de ses trois saisons au MHB. Travailleuse acharnée au service du collectif, elle accorde aussi une grande importance à la relance de sa sélection nationale.

Contrairement aux Cats (basket, championnes d'Europe 2023) ou aux Panthères (hockey sur gazon, argent continental l'été dernier), et même à la sélection hommes chère à Yérime Sylla (les Loups rouges), l'équipe nationale féminine belge de hand ne s'est pas donnée un nom de scène animal. Veuillez, s'il vous plaît, l'appeler les Black Arrows. Les Flèches noires, dans le sud francophone du royaume, dont la meneuse de jeu vise de plus en plus juste.

Internationale A depuis une bonne décennie, Nele Antonissen tutoie les meilleures buteuses de la compétition française. Entre deux championnes du monde messines (Valentini et Bouktit), l'Anversoise de 27 ans, troisième d'une hiérarchie dominée par Mathilde Plotton (Saint-Maur), a planté nonante-cinq roses en quatorze rencontres. C'est déjà plus que les 85 et 81 unités de ses deux premières saisons sous la vareuse du Mérignac HB. D'un exercice à l'autre, sa moyenne d'efficacité a doublé : de 3,4 à 6,8. Sans saut d'index.

« Je pense réaliser l'une de mes meilleures saisons à Mérignac, affirme la MVP du mois de janvier. En m'entraînant dur, en travaillant sur moi-même, j'ai progressé. Il y a des matches qui se passent mieux que d'autres, je dois donc continuer à travailler pour être plus régulière. » La quête de perfection anime en permanence la Flamande amatrice de sorties nature, arrivée d'Octeville (D2) à l'été 2021. «J'essaie toujours de faire de mon mieux, ce qui m'a déjà beaucoup aidé. Mais il ne faut pas non plus vouloir trop bien faire, car cela me fera moins bien jouer. Après un match, j'essaie aussi de regarder en détail ce que j'aurais pu faire de mieux pour aider l'équipe. »


Audrey Deroin partie et retirée du haut niveau, la dépositaire du jeu girondin est désormais aussi celle de l'attaque. Les prérogatives élargies font gonfler les stats, on l'a vu. Elles mettent par ailleurs en relief une faculté à déchirer tout rideau défensif, permise par son gabarit (1,70 m). Prendre un demi-intervalle peut suffire à celle qui était partie dans des formations néerlandaises (Geleen, Dalfsen) avant sa majorité. « J'essaie aussi de faire des passes décisives à mes coéquipières, souligne-t-elle. C'est aussi mon travail en tant que demi-centre. »

Avec l'entourage sus-nommé, la nouvelle maîtresse des horloges mérignacaises a participé à l'oeuvre de résilience consécutive à un cru 2022-2023 « très difficile sur le plan mental, lorsque nous avons appris qu'il y aurait des déductions de points ». Pour rappel, Mérignac s'en était vu retirer cinq, avait fini 13ème et dernier de LBE, et attendu tout l'été un repêchage arrivé... juste après la reprise. « Le groupe a compris à quel point il voulait jouer en D1. Maintenant, nous voulons tout donner pour y rester. »

La troupe de Christophe Chagnard fait plutôt bon usage de sa seconde chance. Elle a engrangé quatre victoires, soit une de moins que sur toute la saison passée. Tous ses succès ont été acquis contre des sociétaires de la colonne de droite du général : Saint-Maur, Nice, Toulon, Besançon. Ce mercredi, elle est passée près d'une perf à Plan-de-Cuques (7ème), malgré le bon 7/10 de l'ex-étudiante en "sciences du sport et de l'exercice", la filière STAPS belge. « C'est très frustrant. Dans ce genre de match », perdu 28-27 en Provence, « tout se joue sur des détails ».

Si le MHB néo-aquitain recule au douzième rang à l'issue de l'acte XV, il est virtuellement neuvième du fait de sa rencontre en retard, et possède six points de plus que Saint-Maur, lanterne rouge et relégable. « Nous ne sommes pas encore maintenues, prévient la numéro 18. Nous avons vu la saison dernière à quel point les choses peuvent changer rapidement. La saison est encore longue. Nous avons encore des matches importants à gagner. » Comme la réception de Saint-Amand-les-Eaux le 24 février, qui succédera à celles de Metz (mercredi prochain) et de Brest (match d'alignement de la deuxième journée, le 21). « Nous devrions également chercher des points contre des équipes devant nous au classement. »

Mérignac pourra-t-il conserver au-delà de cette saison son diamant anversois de bon conseil, forcément devenu objet de convoitises ? Ayant prolongé d'un an seulement au printemps 2023, Nele Antonissen préfère éluder le sujet mercato. Moins confidentielles sont ses intentions avec les Arrows : sortir de l'anonymat, jouer autre chose que des matches amicaux, l'ordinaire de la sélection d'outre-Quiévrain depuis quasi vingt ans. « C'est un peu frustrant. Ces dernières années, tout l'argent allait aux hommes », qui avaient certes accédé au tour principal de leur premier Mondial, il y a treize mois. « Ce n'est pas vraiment correct. Mais j'ai l'impression que ça change un peu cette saison, que la fédération veut aider les filles. On cherche encore des sponsors pour aller aux qualifications. » Telle est la prochaine cible à atteindre...

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#16 Mérignac Metz 22 44 14/02/2024 20:00
#16 Dijon Plan de Cuques 25 33 14/02/2024 20:00
#16 Paris 92 Toulon 33 29 14/02/2024 14:30
#16 Brest Nantes 33 28 14/02/2024 20:00
#16 Nice Strasbourg Achenheim 28 22 14/02/2024 20:30
#16 Chambray Besançon 27 26 14/02/2024 20:00
#16 St Amand les Eaux St Maur 25 27 14/02/2024 19:30

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#17 Besançon Paris 92 24/02/2024 18:00
#17 Mérignac St Amand les Eaux 24/02/2024 20:00
#17 Toulon Nice 24/02/2024 17:30
#17 Nantes Dijon 24/02/2024 20:00
#17 Strasbourg Achenheim Metz 24/02/2024 19:30
#17 Plan de Cuques Brest 24/02/2024 20:30
#17 St Maur Chambray 23/02/2024 20:30

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Metz 46 16 15 0 1
2 Brest 45 15 15 0 0
3 Nantes 40 16 12 0 4
4 Paris 92 40 16 12 0 4
5 Chambray 36 16 10 0 6
6 Plan de Cuques 34 16 9 0 7
7 Dijon 32 16 6 4 6
8 Besançon 30 16 6 2 8
9 Nice 25 16 4 1 11
10 Strasbourg Achenheim 24 16 4 0 12
11 Toulon 24 16 4 0 12
12 St Amand les Eaux 24 16 4 0 12
13 Mérignac 24 15 4 1 10
14 St Maur 20 16 2 0 14