bandeau handzone

Une finale viciée par la réclamation suédoise ?

Euro

samedi 27 janvier 2024 - © Yves Michel

 6 min 5 de lecture

Pendant que joueurs et staff tricolores savouraient à juste titre la qualification pour la finale de l'Euro 2024 où ils retrouveront le Danemark, la Suède de son côté malheureux acteur de la demie (34-30), déposait une réclamation, estimant que les arbitres auraient dû visionner l'action qui permet à Elohim Prandi d'égaliser. Il est peu probable que l'EHF revienne sur cette péripétie.

Pendant longtemps, les Français se sont rappelés du sort que leur avaient réservés Patrick Hakansson et Maths Nilsson, les deux arbitres suédois de la demi-finale du championnat du Monde 2007 entre la France et l'Allemagne. Au cours de la seconde prolongation, ils avaient refusé à Michael Guigou, un but d'égalisation parfaitement valable qui aurait pu propulser les Tricolores sur la séance des jets de 7 mètres et pourquoi pas ensuite, la finale de la compétition. A l'époque il n'y avait pas de vidéo sur laquelle s'appuyer, ni de réseaux sociaux et surtout, la décision arrangeait tellement l'organisateur... allemand qu'il eut été vain d'engager une démarche. 

Dix sept ans plus tard, l'amertume s'est estompée. La rancœur envers les deux Nordiques aussi. Pour autant, la contestation est toujours au programme. Ce vendredi soir, c'est cette fois l'équipe suédoise qui s'est torturée l'esprit. Elle n'a pas voulu accepter et n'accepte d'ailleurs toujours pas, que le but égalisateur inscrit par Elohim Prandi sur coup franc direct, permette à la France d'arracher les dix minutes additionnelles. « Quand je me lance, explique l'arrière parisien, que je mets tout ce que j’ai et que je vois le ballon partir, je prie pour qu'il entre et au final, ça passe ! Quand je tire, je cherche surtout à attraper le cadre, si je passe le mur et qu’elle est cadrée, vu ce que je mets, y’a moyen que ça rentre. Et bon, ça a marché, mais je n’ai pas voulu trop en rajouter car je savais qu’après, il restait la prolongation et qu’il fallait encore finir le boulot.» L'argumentation pour étayer la réclamation déposée par la Fédération suédoise à la fin du match auprès de l'EHF, repose sur des textes qui selon elle, sont d'une limpidité absolue. Dès lors, tout ce que la Lanxess Arena a compté de Suédois, lui a emboîté le pas. «Il est extrêmement décevant que nous perdions ce match, se lamente le coach Glenn Solberg. Il se termine vraiment tristement. On a utilisé la VAR pour tout un tas de raisons, sur le match de ce soir, il y a eu des situations douteuses et on en reste là. Ce n'est pas normal !» Même indignation du côté du demi-centre Felix Claar qui pointe du doigt Messieurs Nachevski et Nikolov, les deux arbitres de la rencontre. «C'est une violation des règles, il n'y a aucune discussion à ce sujet. A la fin, on avait l'impression que les arbitres voulaient que la France gagne. » Qu'est-il donc reproché à Elohim Prandi pour que le courroux suédois soit aussi prononcé ? L'instance met en avant qu'une fois que le joueur français a choisi de se tenir sur son pied gauche, celui-ci doit rester au contact du sol jusqu'à ce que le ballon ait quitté sa main. Or, les Suédois qui ont maintes fois visionné les images, affirment que le pied de l'arrière parisien n'est pas au contact du sol. Ce que le joueur lui-même a reconnu. Un peu plus tard, l'EHF a indiqué que la protestation des Nordiques était en cours de traitement et que l'avis rendu serait communiqué ultérieurement. 

La Fédération suédoise ne se fait guère d'illusion quant à la recevabilité de sa réclamation. Car même si le but inscrit apparait comme litigieux de par le mouvement du joueur, les arbitres sont sur l'instant, les seuls à juger de la situation et surtout, les seuls à décider de recourir ou pas à la vidéo. 

Sauf retournement improbable de situation sur tapis vert, ce sont les Français qui se retrouvent en finale de l'Euro. Dix ans après leur escapade au Danemark où ils avaient humilié l'équipe du pays organisateur. Mikkel Hansen et autre Niklas Landin n'ont jamais oublié..... C'est une des raisons qui en fera dimanche (dès 17h45), un adversaire redoutable.
 


Comment le Danemark a obtenu son billet ? 

Mikkel Hansen et ses partenaires ont battu des Allemands diminués (après le départ avant le coup d'envoi de Häfner "pour raisons personnelles" et Kastening "en froid avec son coach") sur le score de 26 à 29. Pourtant, la Mannschaft n'a pas démérité, elle n'a jamais refusé le combat mais a payé le manque de profondeur de son banc avec de jeunes joueurs inexpérimentés. Qui ne se sont pas si mal débrouillés puisque dès le début de la rencontre, l'équipe a montré un tout autre visage que celui face à la Croatie. Défense agressive, transition bien articulée et intentions moins brouillonnes. Si bien qu'à la pause, elle menait de deux longueurs (14-12) après avoir porté son avance maximum à +3. C'est en seconde période, que les Danois vont mettre un peu plus de rythme et encore un peu plus de rigueur pour prendre la mesure de l'Allemagne et la déborder. Quatre réalisations de Simon Hald et deux sept mètres de Mikkel Hansen vont suffire (18-21). Andreas Wolff avait été décisif dans les trente 1ères minutes, il le sera moins devant sa cage par la suite. En face, Niklas Landin avait débuté la rencontre, Emil Nielsen va la terminer avec un peu plus de réussite. Mais c'est surtout Mikkel Hansen qui va rayonner en offrant comme au bon vieux temps, des caviars à ses partenaires (5 passes décisives et 5 buts en 21' autant que Mathias Gidsel en... 58'). Les Allemands ont entamé le dernier quart d'heure avec toujours ce déficit de trois unités que leur adversaire va aggraver (21-26 à la 53è). Malgré un forcing dans le money-time, les hommes d'Alfred Gislason ne parviendront pas à revenir à hauteur (26-29). 

Lanxess Arena (Cologne), vendredi 26 janvier 2024, Demi-finale 
Allemagne - Danemark    26 – 29  (MT : 14-12)
Spectateurs : 20 000
Arbitres : Bojan Lah & David Sok (Slovénie)
Evolution du score : 3-1 (5) 5-5 (10) 7-6 (15) 9-8 (20) 10-10 (25) 14-12 (MT) 15-15 (35) 17-18 (40) 18-20 (45) 21-23 (50) 22-26 (55) 26-29 (FIN)

De franches retrouvailles avec la France...

Pour la 6ème fois en compétition officielle depuis 2011, la France retrouvera le Danemark en finale.  Les dernières confrontations sont toutes récentes. Les Jeux à Tokyo en 2021 avec un succès tricolore (25-23) et l’an passé au Mondial en Suède avec la revanche pour les Danois (34-29). De cette finale de 2011 en Suède, Nikola Karabatic pour les Français, Rasmus Lauge, Hans Lindberg et Mikkel Hansen pour les Danois, sont les seuls rescapés. 

Du record dans l'air...

Nikola Karabatic qui est entré dans la légende en étant le meilleur buteur de l'histoire de l'Euro (295 buts avant la finale), peut en cas de succès de la France dimanche, égaler avec cinq médailles d'or européennes, le record des Suédois Andersson, Frandesjö, Lindgren, Lövgren, Olsson et Wislander.  Tout comme Guillaume Gille qui lui, peut devenir le 1er handballeur à être champion d'Europe à la fois comme joueur (en 2006 et 2010) et comme coach. "Gino" a déjà obtenu cette double distinction aux J.O (2008 / 2021). 

Une finale viciée par la réclamation suédoise ?  

Euro

samedi 27 janvier 2024 - © Yves Michel

 6 min 5 de lecture

Pendant que joueurs et staff tricolores savouraient à juste titre la qualification pour la finale de l'Euro 2024 où ils retrouveront le Danemark, la Suède de son côté malheureux acteur de la demie (34-30), déposait une réclamation, estimant que les arbitres auraient dû visionner l'action qui permet à Elohim Prandi d'égaliser. Il est peu probable que l'EHF revienne sur cette péripétie.

Pendant longtemps, les Français se sont rappelés du sort que leur avaient réservés Patrick Hakansson et Maths Nilsson, les deux arbitres suédois de la demi-finale du championnat du Monde 2007 entre la France et l'Allemagne. Au cours de la seconde prolongation, ils avaient refusé à Michael Guigou, un but d'égalisation parfaitement valable qui aurait pu propulser les Tricolores sur la séance des jets de 7 mètres et pourquoi pas ensuite, la finale de la compétition. A l'époque il n'y avait pas de vidéo sur laquelle s'appuyer, ni de réseaux sociaux et surtout, la décision arrangeait tellement l'organisateur... allemand qu'il eut été vain d'engager une démarche. 

Dix sept ans plus tard, l'amertume s'est estompée. La rancœur envers les deux Nordiques aussi. Pour autant, la contestation est toujours au programme. Ce vendredi soir, c'est cette fois l'équipe suédoise qui s'est torturée l'esprit. Elle n'a pas voulu accepter et n'accepte d'ailleurs toujours pas, que le but égalisateur inscrit par Elohim Prandi sur coup franc direct, permette à la France d'arracher les dix minutes additionnelles. « Quand je me lance, explique l'arrière parisien, que je mets tout ce que j’ai et que je vois le ballon partir, je prie pour qu'il entre et au final, ça passe ! Quand je tire, je cherche surtout à attraper le cadre, si je passe le mur et qu’elle est cadrée, vu ce que je mets, y’a moyen que ça rentre. Et bon, ça a marché, mais je n’ai pas voulu trop en rajouter car je savais qu’après, il restait la prolongation et qu’il fallait encore finir le boulot.» L'argumentation pour étayer la réclamation déposée par la Fédération suédoise à la fin du match auprès de l'EHF, repose sur des textes qui selon elle, sont d'une limpidité absolue. Dès lors, tout ce que la Lanxess Arena a compté de Suédois, lui a emboîté le pas. «Il est extrêmement décevant que nous perdions ce match, se lamente le coach Glenn Solberg. Il se termine vraiment tristement. On a utilisé la VAR pour tout un tas de raisons, sur le match de ce soir, il y a eu des situations douteuses et on en reste là. Ce n'est pas normal !» Même indignation du côté du demi-centre Felix Claar qui pointe du doigt Messieurs Nachevski et Nikolov, les deux arbitres de la rencontre. «C'est une violation des règles, il n'y a aucune discussion à ce sujet. A la fin, on avait l'impression que les arbitres voulaient que la France gagne. » Qu'est-il donc reproché à Elohim Prandi pour que le courroux suédois soit aussi prononcé ? L'instance met en avant qu'une fois que le joueur français a choisi de se tenir sur son pied gauche, celui-ci doit rester au contact du sol jusqu'à ce que le ballon ait quitté sa main. Or, les Suédois qui ont maintes fois visionné les images, affirment que le pied de l'arrière parisien n'est pas au contact du sol. Ce que le joueur lui-même a reconnu. Un peu plus tard, l'EHF a indiqué que la protestation des Nordiques était en cours de traitement et que l'avis rendu serait communiqué ultérieurement. 

La Fédération suédoise ne se fait guère d'illusion quant à la recevabilité de sa réclamation. Car même si le but inscrit apparait comme litigieux de par le mouvement du joueur, les arbitres sont sur l'instant, les seuls à juger de la situation et surtout, les seuls à décider de recourir ou pas à la vidéo. 

Sauf retournement improbable de situation sur tapis vert, ce sont les Français qui se retrouvent en finale de l'Euro. Dix ans après leur escapade au Danemark où ils avaient humilié l'équipe du pays organisateur. Mikkel Hansen et autre Niklas Landin n'ont jamais oublié..... C'est une des raisons qui en fera dimanche (dès 17h45), un adversaire redoutable.
 


Comment le Danemark a obtenu son billet ? 

Mikkel Hansen et ses partenaires ont battu des Allemands diminués (après le départ avant le coup d'envoi de Häfner "pour raisons personnelles" et Kastening "en froid avec son coach") sur le score de 26 à 29. Pourtant, la Mannschaft n'a pas démérité, elle n'a jamais refusé le combat mais a payé le manque de profondeur de son banc avec de jeunes joueurs inexpérimentés. Qui ne se sont pas si mal débrouillés puisque dès le début de la rencontre, l'équipe a montré un tout autre visage que celui face à la Croatie. Défense agressive, transition bien articulée et intentions moins brouillonnes. Si bien qu'à la pause, elle menait de deux longueurs (14-12) après avoir porté son avance maximum à +3. C'est en seconde période, que les Danois vont mettre un peu plus de rythme et encore un peu plus de rigueur pour prendre la mesure de l'Allemagne et la déborder. Quatre réalisations de Simon Hald et deux sept mètres de Mikkel Hansen vont suffire (18-21). Andreas Wolff avait été décisif dans les trente 1ères minutes, il le sera moins devant sa cage par la suite. En face, Niklas Landin avait débuté la rencontre, Emil Nielsen va la terminer avec un peu plus de réussite. Mais c'est surtout Mikkel Hansen qui va rayonner en offrant comme au bon vieux temps, des caviars à ses partenaires (5 passes décisives et 5 buts en 21' autant que Mathias Gidsel en... 58'). Les Allemands ont entamé le dernier quart d'heure avec toujours ce déficit de trois unités que leur adversaire va aggraver (21-26 à la 53è). Malgré un forcing dans le money-time, les hommes d'Alfred Gislason ne parviendront pas à revenir à hauteur (26-29). 

Lanxess Arena (Cologne), vendredi 26 janvier 2024, Demi-finale 
Allemagne - Danemark    26 – 29  (MT : 14-12)
Spectateurs : 20 000
Arbitres : Bojan Lah & David Sok (Slovénie)
Evolution du score : 3-1 (5) 5-5 (10) 7-6 (15) 9-8 (20) 10-10 (25) 14-12 (MT) 15-15 (35) 17-18 (40) 18-20 (45) 21-23 (50) 22-26 (55) 26-29 (FIN)

De franches retrouvailles avec la France...

Pour la 6ème fois en compétition officielle depuis 2011, la France retrouvera le Danemark en finale.  Les dernières confrontations sont toutes récentes. Les Jeux à Tokyo en 2021 avec un succès tricolore (25-23) et l’an passé au Mondial en Suède avec la revanche pour les Danois (34-29). De cette finale de 2011 en Suède, Nikola Karabatic pour les Français, Rasmus Lauge, Hans Lindberg et Mikkel Hansen pour les Danois, sont les seuls rescapés. 

Du record dans l'air...

Nikola Karabatic qui est entré dans la légende en étant le meilleur buteur de l'histoire de l'Euro (295 buts avant la finale), peut en cas de succès de la France dimanche, égaler avec cinq médailles d'or européennes, le record des Suédois Andersson, Frandesjö, Lindgren, Lövgren, Olsson et Wislander.  Tout comme Guillaume Gille qui lui, peut devenir le 1er handballeur à être champion d'Europe à la fois comme joueur (en 2006 et 2010) et comme coach. "Gino" a déjà obtenu cette double distinction aux J.O (2008 / 2021). 

Dans la même rubrique

  1 2 3 4   

Le match

 vendredi 26 janvier 2024

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 22 | Buts : 5 | Pd : 5 | Int : 0
 Top Gardien
Eval : 5 | Arr Tot : 8 / 18 (44,4 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#12 France Danemark 33 31 28/01/2024 17:45
#12 Suède Allemagne 34 31 28/01/2024 15:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 France 4 2 2 0 0
2 Suède 2 2 1 0 1
3 Danemark 2 2 1 0 1
4 Hongrie 2 1 1 0 0
5 Allemagne 0 2 0 0 2
6 Slovénie 0 1 0 0 1