bandeau handzone

Harun Hodzic, l'ange gardien de Chambéry

EHF League

lundi 27 novembre 2023 - © Yves Michel

 5 min 29 de lecture

Il fait partie des révélations de ce début de saison. A 23 ans, Harun Hodzic veille sur les cages de Chambéry. Avec ses partenaires savoyards, le défi est de taille en Ligue Européenne. Pour se qualifier pour la suite, ils doivent réussir deux performances face à Berlin ce mardi et la semaine prochaine à Bucarest.

Il y a presque six ans, alors qu’il venait à peine d’atteindre sa majorité, Harun Hodzic débarquait à Chambéry. En provenance de Zenica, au centre de la Bosnie à une heure de route de Sarajevo. « Pour la 1ère fois de ma vie, je quittais durablement mon pays. Mais aussi ma famille et tout ce qui constituait mon environnement. Mais il fallait bien tout cela pour que je progresse. » Jusque-là, il avait dû jouer des coudes pour s’extraire de la masse. En Bosnie, la filière jeune n’est pas aussi développée et surtout aussi bien structurée qu’en France et il est plus difficile d’attirer les regards. Avec beaucoup d’envie et une certaine volonté, il est parvenu à sortir du rang. « Jeune, je n’ai pas souvent évolué avec des gars de ma génération. A 14-15 ans, je partageais le vestiaire avec les séniors. Je dois reconnaître que j’ai bénéficié de plusieurs éléments favorables. De la chance, un peu de talent et surtout de bonnes rencontres aux bons moments. Mon coach était cousin avec Andrej Golic. Il a bien voulu s’occuper de moi et je me suis retrouvé à Chambéry. » Harun intègre le centre de formation lors de son arrivée et garde les cages de l’équipe réserve. La saison suivante, en 2019, le COVID s’invite dans l’emploi du temps de tous les sportifs. Le championnat de Nationale 1 est interrompu en février. Au club, les entraîneurs sont bien décidés à lui faire jouer un rôle plus important. Julien Meyer a annoncé son départ pour Chartres, le Bosnien sera la prochaine doublure de Nikola Portner. Avec le portier suisse, les atomes deviennent plus que crochus. «On s’est tout de suite très bien entendu. Et pas seulement parce qu’on avait les mêmes origines et qu’on parlait une langue commune (le père de Nikola est né yougoslave). Et à son contact, j’ai énormément appris. Comment préparer les matches, les visualiser, anticiper certaines situations, il m’a consacré beaucoup de temps. On s’est aussi retrouvé hors du handball. D’ailleurs, cela amusait sa compagne car on était souvent ensemble. On a des traits de caractère assez proches. » Sans dépasser le maître, l’élève franchit de nombreux obstacles. Il garde la confiance de ses partenaires mais aussi de ses dirigeants qui en juin 2022, lui proposent de signer son 1er contrat pro pour les trois saisons à venir. 



Nikola Portner vient de quitter les Alpes pour Magdebourg, remplacé par le Croate Filip Ivic. Un autre représentant des Balkans, de la même génération que le Suisse. « Il y a moins de proximité qu’avec Niko, Filip a sa propre personnalité mais on s’entend parfaitement. La collaboration est totale. » La preuve, les deux portiers contribuent à l’excellente saison de Chambéry (4ème de Starligue), Harun est nommé aux Trophées de la LNH dans la catégorie ‘’Meilleur Espoir’’. Ce qui suit ne se déroule pas comme Erick Mathé et son groupe auraient pu l’espérer. « Quand tu perds sur la base arrière, dès la prépa, les deux gauchers (Tritta et Rodrigues) puis ‘’Nikoz’’ (Kalandadze) et Skube, c’est très compliqué de retrouver le rythme de la saison écoulée. On a dû pas mal composer et revoir certains positionnements. Le groupe a fait preuve d’une grande solidarité et de sacrifices. Iosu (Goni Leoz) par exemple, a fait un boulot énorme sur le poste d’arrière droit alors qu’il est droitier. Le manque de rotation, la désorganisation nous ont pénalisés. » Résultat, Chambéry perd des matches qui en d’autres circonstances auraient été à sa portée comme à Saran, en championnat chez la lanterne rouge ou à domicile face à Bucarest en Ligue Européenne. Depuis peu, l’équipe a retrouvé des couleurs. Les partenaires de Pierre Paturel restent sur trois succès consécutifs. Contre Chartres et Toulouse en Starligue et Izvidac (Bosnie) en coupe d’Europe. 

Et c’est un sérieux défi qui les attend dans cette épreuve, ce mardi au Phare face à Berlin. «Nous n’avons pas trop le choix, appuie Harun Hodzic. Il reste ce match et un déplacement à Bucarest, la semaine suivante. Il faut réaliser deux perfs. Même si un nul et une victoire suffisent, on ne va pas se mettre à calculer. Surtout si on veut sortir de la phase de groupes. C’est vrai que la défaite (7 buts d’écart) chez nous contre les Roumains nous fait mal. Elle intervenait au plus mauvais moment vu l’état de notre effectif, juste après celle face à Nantes (-14). On a retrouvé nos vertus et un peu plus d’agressivité. C’est ce qui nous a permis de battre Toulouse. Donc il faut y croire. » A Chambéry de mettre tous les atouts de son côté, de soigner ses entames de match et compter sur ses deux trublions dans les cages. Il en est un qui ne demande qu’à se transcender. « J’ai envie de poursuivre l’aventure. Je vis une saison où les temps de jeu sont bien répartis et où j’apprends à gérer les temps forts et les temps faibles. Je sais que j’ai pas mal de chemin à parcourir avant d’atteindre le niveau d’un gardien européen. » Et disputer un jour la Ligue des Champions comme celui qui figure en bonne place au rayon de ses références, un certain Nikola Portner qui en juin dernier a accroché l’épreuve reine pour la 2ème fois à son palmarès. 



Pour Nantes, la perspective de se qualifier est plus évidente que Chambéry. Les joueurs de Grégory Cojean ont parfaitement bien géré ce qui a précédé en ne s’inclinant qu’à Mannheim face aux Rhein Neckar Löwen. Ce mardi, ils se déplacent à Lisbonne. A l’aller, ils se sont largement imposés face au Benfica (37-28) et il faudrait un séisme et un succès de plus de 9 buts des Portugais combiné dans une semaine, à un revers face aux Allemands et un succès de Benfica à Kristianstad pour que le ''H'' reste à quai et ne bascule pas sur le tour principal. En résumé, le ballottage est plus que favorable. 

Le classement actuel  

1- Rhein Neckar Löwen      8 pts (4m/4v)
2- Nantes                      6 pts (4m/3v/1d)
3- Benfica Lisbonne      2 pts (4 m/1v/3d)
4- Kristianstad (Sue)      0 pt (4m/4d)
 

Harun Hodzic, l'ange gardien de Chambéry 

EHF League

lundi 27 novembre 2023 - © Yves Michel

 5 min 29 de lecture

Il fait partie des révélations de ce début de saison. A 23 ans, Harun Hodzic veille sur les cages de Chambéry. Avec ses partenaires savoyards, le défi est de taille en Ligue Européenne. Pour se qualifier pour la suite, ils doivent réussir deux performances face à Berlin ce mardi et la semaine prochaine à Bucarest.

Il y a presque six ans, alors qu’il venait à peine d’atteindre sa majorité, Harun Hodzic débarquait à Chambéry. En provenance de Zenica, au centre de la Bosnie à une heure de route de Sarajevo. « Pour la 1ère fois de ma vie, je quittais durablement mon pays. Mais aussi ma famille et tout ce qui constituait mon environnement. Mais il fallait bien tout cela pour que je progresse. » Jusque-là, il avait dû jouer des coudes pour s’extraire de la masse. En Bosnie, la filière jeune n’est pas aussi développée et surtout aussi bien structurée qu’en France et il est plus difficile d’attirer les regards. Avec beaucoup d’envie et une certaine volonté, il est parvenu à sortir du rang. « Jeune, je n’ai pas souvent évolué avec des gars de ma génération. A 14-15 ans, je partageais le vestiaire avec les séniors. Je dois reconnaître que j’ai bénéficié de plusieurs éléments favorables. De la chance, un peu de talent et surtout de bonnes rencontres aux bons moments. Mon coach était cousin avec Andrej Golic. Il a bien voulu s’occuper de moi et je me suis retrouvé à Chambéry. » Harun intègre le centre de formation lors de son arrivée et garde les cages de l’équipe réserve. La saison suivante, en 2019, le COVID s’invite dans l’emploi du temps de tous les sportifs. Le championnat de Nationale 1 est interrompu en février. Au club, les entraîneurs sont bien décidés à lui faire jouer un rôle plus important. Julien Meyer a annoncé son départ pour Chartres, le Bosnien sera la prochaine doublure de Nikola Portner. Avec le portier suisse, les atomes deviennent plus que crochus. «On s’est tout de suite très bien entendu. Et pas seulement parce qu’on avait les mêmes origines et qu’on parlait une langue commune (le père de Nikola est né yougoslave). Et à son contact, j’ai énormément appris. Comment préparer les matches, les visualiser, anticiper certaines situations, il m’a consacré beaucoup de temps. On s’est aussi retrouvé hors du handball. D’ailleurs, cela amusait sa compagne car on était souvent ensemble. On a des traits de caractère assez proches. » Sans dépasser le maître, l’élève franchit de nombreux obstacles. Il garde la confiance de ses partenaires mais aussi de ses dirigeants qui en juin 2022, lui proposent de signer son 1er contrat pro pour les trois saisons à venir. 



Nikola Portner vient de quitter les Alpes pour Magdebourg, remplacé par le Croate Filip Ivic. Un autre représentant des Balkans, de la même génération que le Suisse. « Il y a moins de proximité qu’avec Niko, Filip a sa propre personnalité mais on s’entend parfaitement. La collaboration est totale. » La preuve, les deux portiers contribuent à l’excellente saison de Chambéry (4ème de Starligue), Harun est nommé aux Trophées de la LNH dans la catégorie ‘’Meilleur Espoir’’. Ce qui suit ne se déroule pas comme Erick Mathé et son groupe auraient pu l’espérer. « Quand tu perds sur la base arrière, dès la prépa, les deux gauchers (Tritta et Rodrigues) puis ‘’Nikoz’’ (Kalandadze) et Skube, c’est très compliqué de retrouver le rythme de la saison écoulée. On a dû pas mal composer et revoir certains positionnements. Le groupe a fait preuve d’une grande solidarité et de sacrifices. Iosu (Goni Leoz) par exemple, a fait un boulot énorme sur le poste d’arrière droit alors qu’il est droitier. Le manque de rotation, la désorganisation nous ont pénalisés. » Résultat, Chambéry perd des matches qui en d’autres circonstances auraient été à sa portée comme à Saran, en championnat chez la lanterne rouge ou à domicile face à Bucarest en Ligue Européenne. Depuis peu, l’équipe a retrouvé des couleurs. Les partenaires de Pierre Paturel restent sur trois succès consécutifs. Contre Chartres et Toulouse en Starligue et Izvidac (Bosnie) en coupe d’Europe. 

Et c’est un sérieux défi qui les attend dans cette épreuve, ce mardi au Phare face à Berlin. «Nous n’avons pas trop le choix, appuie Harun Hodzic. Il reste ce match et un déplacement à Bucarest, la semaine suivante. Il faut réaliser deux perfs. Même si un nul et une victoire suffisent, on ne va pas se mettre à calculer. Surtout si on veut sortir de la phase de groupes. C’est vrai que la défaite (7 buts d’écart) chez nous contre les Roumains nous fait mal. Elle intervenait au plus mauvais moment vu l’état de notre effectif, juste après celle face à Nantes (-14). On a retrouvé nos vertus et un peu plus d’agressivité. C’est ce qui nous a permis de battre Toulouse. Donc il faut y croire. » A Chambéry de mettre tous les atouts de son côté, de soigner ses entames de match et compter sur ses deux trublions dans les cages. Il en est un qui ne demande qu’à se transcender. « J’ai envie de poursuivre l’aventure. Je vis une saison où les temps de jeu sont bien répartis et où j’apprends à gérer les temps forts et les temps faibles. Je sais que j’ai pas mal de chemin à parcourir avant d’atteindre le niveau d’un gardien européen. » Et disputer un jour la Ligue des Champions comme celui qui figure en bonne place au rayon de ses références, un certain Nikola Portner qui en juin dernier a accroché l’épreuve reine pour la 2ème fois à son palmarès. 



Pour Nantes, la perspective de se qualifier est plus évidente que Chambéry. Les joueurs de Grégory Cojean ont parfaitement bien géré ce qui a précédé en ne s’inclinant qu’à Mannheim face aux Rhein Neckar Löwen. Ce mardi, ils se déplacent à Lisbonne. A l’aller, ils se sont largement imposés face au Benfica (37-28) et il faudrait un séisme et un succès de plus de 9 buts des Portugais combiné dans une semaine, à un revers face aux Allemands et un succès de Benfica à Kristianstad pour que le ''H'' reste à quai et ne bascule pas sur le tour principal. En résumé, le ballottage est plus que favorable. 

Le classement actuel  

1- Rhein Neckar Löwen      8 pts (4m/4v)
2- Nantes                      6 pts (4m/3v/1d)
3- Benfica Lisbonne      2 pts (4 m/1v/3d)
4- Kristianstad (Sue)      0 pt (4m/4d)
 

Dans la même rubrique

EHF League
mardi 5 décembre 2023
  
EHF League
mardi 28 novembre 2023
  
EHF League
vendredi 10 novembre 2023
  
EHF League
samedi 27 mai 2023
  
  1 2 3 4