bandeau handzone

Un écart flatteur mais en trompe l’œil !

Euro

mercredi 13 juillet 2022 - © Yves Michel

 4 min 12 de lecture

Face à une équipe de Serbie déjà qualifiée pour les demi-finales et dans laquelle le coach avait décidé de préserver ses cadres, la France s'est offert un large succès (28-38). Dans le camp tricolore, ceux qui n'avaient pas bénéficié de beaucoup de temps de jeu comme Baptiste Joblon (notre photo) ont pu montrer ce dont ils étaient capables.

On pourra toujours être taxé de rabat-joie puisque dans un contexte différent, battre la Serbie de dix buts relèverait de l’exploit. Mais il faut ramener ce succès à sa juste valeur. Les joueurs des Balkans étaient déjà qualifiés pour les demi-finales et pour eux, le match le plus important est programmé vendredi. Les frères Dodic (ailier droit et demi-centre), le pivot Rogan et l’arrière gauche Kos avaient largement contribué lors des quatre 1ers matches, à l’excellent parcours de leur équipe. Ce mercredi, Djordje Teodorovic a voulu les faire souffler. D’où une équipe qui s’est présentée sous un autre visage et certainement avec moins de talents et d’automatismes. En face, après son carton rouge de la veille qui avait débouché sur une suspension, Yohan Delattre savait qu’il ne pourrait disposer de Wallem Peleka. L’entraîneur français tenant certainement compte de l’évolution du score, n’a que très peu utilisé Hugo Pimenta, le meilleur buteur des Bleus, très sollicité depuis le début de la compétition et même plus encore, puisqu’il ne faut pas oublier que l’Alsacien a effectué avec Sélestat, les barrages et le Final Four de Proligue. 

Les Tricolores ont fait le break après à peine dix minutes. Valentin Bzdynga puis Guéric Vincent vont se mettre en évidence  mais les Serbes grâce à la clairvoyance de leur gardien Savo Zekic, vont rester au contact. C’est Baptiste Joblon (notre photo de tête) qui va donner l’exemple, contrer un ballon et s’en aller vers le but adverse. Le Nîmois ouvrait ainsi son compteur et surtout permettait à son équipe d’augmenter son avance  (9-13 à la 19ème). Avant la pause, la Serbie ne recollera pas au score malgré un gardien plus en réussite et un pourcentage d’échec au tir moins élevé que celui des Français (13-18). 

Au retour des vestiaires, les Tricolores ont continué sur leur bonne dynamique. Et ils vont convertir 100% de leurs tentatives durant les sept 1ères minutes du second acte portant leur avantage à huit longueurs (17-25). L’issue du match ne faisait aucun doute d’autant que le coach serbe restait fidèle à son intention de départ et faisait toujours confiance à ses remplaçants. Les Podunavac, Cabrilo et surtout Tasic vont tenter de rivaliser mais quand ils ne perdaient pas le ballon ou ajustaient mal leur trajectoire, c’était en face Kalim Zahaf qui se mettait en évidence. Profitant d’un matelas conséquent, Yohan Delattre va responsabiliser tout son groupe. Outre Joblon, Thibault Chevalier et Tony Mendy vont également s’illustrer et contribuer à ce succès fleuve (28-38). Cela peut constituer une satisfaction pour la suite car les deux matches qu’il reste à disputer auront un enjeu pour le classement derrière les quatre demi-finalistes. 


Pavillon polyvalent de Gondomar (Portugal), mercredi 13 juillet 2022

Tour Principal - 2ème journée - Groupe 2

SERBIE - FRANCE      28 - 38  (MT: 13-18)

Arbitres: Matan lindenbaum & Dor Laron (Israël)

SERBIE: Mrdovic (2 arrêts dt 1/2 à 7m) Zekic (8 arrêts à 24%) - Simic (3/4), Kos (2/3), Mirkovic, Tasic (5/8), Dodic M. (0/2), Podunavac (5/5), Smigic (1/1), Cabrilo (2/4), Stamenkovic (1/6), Dodic S., Barbateskovic (1/2), Predovic (5/6), Rogan (2/3), Stanisavljevic (1/1)

FRANCE: Villain ( 0 arrêts/5), Zahaf (10 arrêts à 26%) - Bdzynga (3/5), Clay (3/6), Longerinas (2/3), Fadhuile (4/10 dt 2/3 à 7m), Vincent (7/8) Pimenta, Benterki (4/7), Joblon (4/5), Mantz (1/1), Chevalier (5/9), Carrere, Loredon (1/1), Mendy (4/5).

Evolution du score: 2-3 (5) 6-8 (10) 8-10 (15) 9-13 (20) 12-16 (25) 13-18 (MT) 16-23 (35) 17-26 (40) 21-29 (45) 25-32 (50) 26-35 (55) 28-38 (FIN)

PHASE DE CLASSEMENT (5-8)

Ce vendredi pour la 1ère journée de classement, la France affrontera le Danemark qui ce mercredi a été battu par l'Espagne (34-40), Les Danois sont coachés par l'ancien demi-centre de St Raphaël, Arnor Atlason et possèdent dans leur effectif, un des tout meilleurs buteurs du tournoi, le meneur de jeu Thomas Arnoldsen.  

L'autre confrontation dans cette phase de classement opposera l'Allemagne qui s'est inclinée ce mercredi face à la Suède (25-29) à la Hongrie. Les Hongrois ont réussi à dominer le Portugal (33-30) qui avait fait un sans faute depuis le début de l'épreuve. Comme les Serbes, les Portugais étaient qualifiés pour les demi-finales et n'ont pas utilisé leurs cadres.

L'Espagne et donc la Suède ont donc obtenu leur qualification pour les demi-finales. 


LES DEMI-FINALES ce vendredi, 

SERBIE - ESPAGNE 
PORTUGAL - SUEDE 

A noter que l'Espagne est la seule équipe rescapée du carré final de l'Euro U19 organisé l'été dernier en Croatie. L'Allemagne, championne en titre n'atteint pas les demies, la Croatie son challenger et la Slovénie (4è) ne sont même pas entrées dans le Top 8.  


Un écart flatteur mais en trompe l’œil !  

Euro

mercredi 13 juillet 2022 - © Yves Michel

 4 min 12 de lecture

Face à une équipe de Serbie déjà qualifiée pour les demi-finales et dans laquelle le coach avait décidé de préserver ses cadres, la France s'est offert un large succès (28-38). Dans le camp tricolore, ceux qui n'avaient pas bénéficié de beaucoup de temps de jeu comme Baptiste Joblon (notre photo) ont pu montrer ce dont ils étaient capables.

On pourra toujours être taxé de rabat-joie puisque dans un contexte différent, battre la Serbie de dix buts relèverait de l’exploit. Mais il faut ramener ce succès à sa juste valeur. Les joueurs des Balkans étaient déjà qualifiés pour les demi-finales et pour eux, le match le plus important est programmé vendredi. Les frères Dodic (ailier droit et demi-centre), le pivot Rogan et l’arrière gauche Kos avaient largement contribué lors des quatre 1ers matches, à l’excellent parcours de leur équipe. Ce mercredi, Djordje Teodorovic a voulu les faire souffler. D’où une équipe qui s’est présentée sous un autre visage et certainement avec moins de talents et d’automatismes. En face, après son carton rouge de la veille qui avait débouché sur une suspension, Yohan Delattre savait qu’il ne pourrait disposer de Wallem Peleka. L’entraîneur français tenant certainement compte de l’évolution du score, n’a que très peu utilisé Hugo Pimenta, le meilleur buteur des Bleus, très sollicité depuis le début de la compétition et même plus encore, puisqu’il ne faut pas oublier que l’Alsacien a effectué avec Sélestat, les barrages et le Final Four de Proligue. 

Les Tricolores ont fait le break après à peine dix minutes. Valentin Bzdynga puis Guéric Vincent vont se mettre en évidence  mais les Serbes grâce à la clairvoyance de leur gardien Savo Zekic, vont rester au contact. C’est Baptiste Joblon (notre photo de tête) qui va donner l’exemple, contrer un ballon et s’en aller vers le but adverse. Le Nîmois ouvrait ainsi son compteur et surtout permettait à son équipe d’augmenter son avance  (9-13 à la 19ème). Avant la pause, la Serbie ne recollera pas au score malgré un gardien plus en réussite et un pourcentage d’échec au tir moins élevé que celui des Français (13-18). 

Au retour des vestiaires, les Tricolores ont continué sur leur bonne dynamique. Et ils vont convertir 100% de leurs tentatives durant les sept 1ères minutes du second acte portant leur avantage à huit longueurs (17-25). L’issue du match ne faisait aucun doute d’autant que le coach serbe restait fidèle à son intention de départ et faisait toujours confiance à ses remplaçants. Les Podunavac, Cabrilo et surtout Tasic vont tenter de rivaliser mais quand ils ne perdaient pas le ballon ou ajustaient mal leur trajectoire, c’était en face Kalim Zahaf qui se mettait en évidence. Profitant d’un matelas conséquent, Yohan Delattre va responsabiliser tout son groupe. Outre Joblon, Thibault Chevalier et Tony Mendy vont également s’illustrer et contribuer à ce succès fleuve (28-38). Cela peut constituer une satisfaction pour la suite car les deux matches qu’il reste à disputer auront un enjeu pour le classement derrière les quatre demi-finalistes. 


Pavillon polyvalent de Gondomar (Portugal), mercredi 13 juillet 2022

Tour Principal - 2ème journée - Groupe 2

SERBIE - FRANCE      28 - 38  (MT: 13-18)

Arbitres: Matan lindenbaum & Dor Laron (Israël)

SERBIE: Mrdovic (2 arrêts dt 1/2 à 7m) Zekic (8 arrêts à 24%) - Simic (3/4), Kos (2/3), Mirkovic, Tasic (5/8), Dodic M. (0/2), Podunavac (5/5), Smigic (1/1), Cabrilo (2/4), Stamenkovic (1/6), Dodic S., Barbateskovic (1/2), Predovic (5/6), Rogan (2/3), Stanisavljevic (1/1)

FRANCE: Villain ( 0 arrêts/5), Zahaf (10 arrêts à 26%) - Bdzynga (3/5), Clay (3/6), Longerinas (2/3), Fadhuile (4/10 dt 2/3 à 7m), Vincent (7/8) Pimenta, Benterki (4/7), Joblon (4/5), Mantz (1/1), Chevalier (5/9), Carrere, Loredon (1/1), Mendy (4/5).

Evolution du score: 2-3 (5) 6-8 (10) 8-10 (15) 9-13 (20) 12-16 (25) 13-18 (MT) 16-23 (35) 17-26 (40) 21-29 (45) 25-32 (50) 26-35 (55) 28-38 (FIN)

PHASE DE CLASSEMENT (5-8)

Ce vendredi pour la 1ère journée de classement, la France affrontera le Danemark qui ce mercredi a été battu par l'Espagne (34-40), Les Danois sont coachés par l'ancien demi-centre de St Raphaël, Arnor Atlason et possèdent dans leur effectif, un des tout meilleurs buteurs du tournoi, le meneur de jeu Thomas Arnoldsen.  

L'autre confrontation dans cette phase de classement opposera l'Allemagne qui s'est inclinée ce mercredi face à la Suède (25-29) à la Hongrie. Les Hongrois ont réussi à dominer le Portugal (33-30) qui avait fait un sans faute depuis le début de l'épreuve. Comme les Serbes, les Portugais étaient qualifiés pour les demi-finales et n'ont pas utilisé leurs cadres.

L'Espagne et donc la Suède ont donc obtenu leur qualification pour les demi-finales. 


LES DEMI-FINALES ce vendredi, 

SERBIE - ESPAGNE 
PORTUGAL - SUEDE 

A noter que l'Espagne est la seule équipe rescapée du carré final de l'Euro U19 organisé l'été dernier en Croatie. L'Allemagne, championne en titre n'atteint pas les demies, la Croatie son challenger et la Slovénie (4è) ne sont même pas entrées dans le Top 8.  


Dans la même rubrique