bandeau handzone

Pas de demi-finale pour la France !

Euro

mardi 12 juillet 2022 - © Yves Michel

 5 min 6 de lecture

Face à l'Allemagne, c'était une course de fond et les Français n'ont pas tenu la distance. Ils ont rendu les armes dans le dernier quart d'heure alors qu'ils avaient tenu tête à leur adversaire. Les champions d'Europe U19 ont été en réussite et ont fait preuve de beaucoup plus de lucidité pour l'emporter (32-27). Les Bleus n’accéderont pas au carré final. Ils méritent désormais de bien négocier les matches qui leur restent (ce mercredi notamment contre la Serbie) pour obtenir un classement honorable dans le top 8.

Il leur fallait réaliser un sans-faute pour espérer basculer en demi-finale. Seulement voilà, même quand le champion d’Europe U19 est dans la même posture et qu’au tour précédent, sa prestation face à une étonnante équipe serbe ne l’a pas avantagé, l’Allemagne reste fidèle à sa réputation. 

Il y a trois semaines à l’Airport Trophy en Suisse, la France avait capitulé très tôt en seconde période. Cette fois, c’est le dernier quart d’heure qui lui a été fatal. 

Tout le poids de l’enjeu était perceptible dès les 1ères minutes, tant les maladresses se sont accumulées de part et d’autre. Pourtant les Tricolores vont réussir à rapidement faire le break grâce à une défense bien en place et un gardien, Léo Villain qui n’a fait que confirmer le niveau affiché depuis le début de la compétition. Après un recadrage de leur coach, les Allemands vont se ressaisir notamment par l’intermédiaire de leur ailier gauche Kranzmann. Ils vont basculer en tête à la 17ème mais les Français vont rester au contact et reprendre même l’avantage à la pause (13-12). L’impression semblait bonne et l’écart aurait pu être plus important en leur faveur s’ils avaient fait preuve d’un peu plus d’application dans leurs choix et moins de précipitation dans les tirs. Il y avait encore un peu trop de déchet. Mais comme en face, le passif était le même, tout s’équilibrait. 

Sans doute peu satisfaits de leur 1ère période, les Allemands vont attaquer la seconde en mettant beaucoup plus d’intensité. Complétement dépassés, les joueurs de Yohan Delattre vont encaisser un 5-1 qui obligera le technicien à poser un temps mort, moins de cinq minutes après avoir retrouvé le parquet. En infériorité numérique après l’exclusion de Valentin Bzdynga et un 7 mètres de l’incontournable Kransmann, les Bleus ne parvenaient pas à renverser la tendance. Même en passant à une défense un peu plus étagée. Sans être irrésistible et véritablement convaincant, leur adversaire ne ratait plus grand-chose. A 20 minutes du terme, le 3ème temps mort était utilisé. Le 6ème but (sur 9) d’Hugo Pimenta (photo de tête) et la contre-attaque immédiate de Guéric Vincent (après un arrêt de Villain) vont redonner espoir au camp tricolore (-2). Une nouvelle parade du Parisien et une réalisation de Fadhuile sanctionnaient un 4-1. Tout était à refaire ou presque pour la Mannschaft. La France va rater l’égalisation. Pire, elle va s’enfoncer dans ses travers et Wallem Peleka, déjà en échec au tir va être disqualifié suite à un mauvais geste. L’arrière gauche de la réserve du PSG est totalement à contre-courant depuis le début de la compétition avec en 4 matches un taux inhabituel de réussite avoisinant les 24%.

C’est donc au moment où les Bleus auraient pu faire douter les Allemands que le château de cartes va définitivement s’étioler. Quelques ballons perdus et fautes techniques vont profiter aux Allemands qui vont terminer en roue libre à l’image d’Elias Scholtes. Avec 6 réalisations, le gaucher de Rhein Neckar Löwen sera même désigné meilleur joueur du match. 

Cette défaite (27-32) prive les Français de la demi-finale. Pour autant, la compétition n’est pas finie. Il leur reste leur 2ème confrontation du tour principal face à la Serbie (ce mercredi à 18h00). Un succès face à une formation qui a fait forte impression en réalisant un sans-faute lors de ses 1ères sorties serait très gratifiant. 


Pavillon polyvalent de Gondomar (Portugal), mardi 12 juillet 2022

Tour Principal - 1ère journée - Groupe 2

FRANCE - ALLEMAGNE      27-32  (MT: 13-12)

Arbitres: Daniel & Roberto Accoto Martins (Portugal)

FRANCE: Villain (15 arrêts à 33% dt 0/2 à 7m), Zahaf (2 arrêts à 33% dt 0/2 à 7m) - Bdzynga (0/2), Clay (4/4), Longerinas, Fadhuile (6/10 dt 4/5  à 7m), Vincent (2/3), Pimenta (9/12), Benterki (0/1), Joblon, Mantz, Chevalier, Peleka (2/7), Carrere (2/3), Loredon (2/3), Mendy

ALLEMAGNE : Ludwig (6 arrêts à 29%), Grupe (6 arrêts à 26% et 1/1 au tir) - Freihöfer (4/6 dt 1/2 à 7m), Steinhaus (2/3), Scholtes (6/12), Seitz (2/4), Langhoff (0/3), Neudeck, Kranzmann (5/6 dt 4/4 à 7m), Eissing (0/1), Uscins (0/5), Wilhelm (1/2), Fischer (3/3), Schöttle (0/1), Orlov (6/10), Ciudad Benitez (1/1). 

Evolution du score: 3-2 (5) 6-5 (10) 7-6 (15) 8-8 (20) 10-9 (25) 13-12 (MT) 15-17(35) 17-21 (40) 21-23 (45) 22-25 (50) 25-27 (55) 27-32 (FIN)



Les autres résultats de ce Tour Principal

Le Portugal et la Serbie ont déjà leur billet pour les demi-finales

dans le groupe 1

L’Espagne s’est relancée dans la compétition en battant la Hongrie 32-30. Les Ibères qui menaient assez largement à la pause (19-13) se sont par la suite, occasionnés quelques frayeurs en fin de rencontre. 
Le Portugal continue à écraser la concurrence. Dans une salle toute acquise à leur cause, les Lusitaniens ont dominé le Danemark 26-20. Ils menaient déjà de 7 longueurs à la pause. Et encore une fois, le prodige Francisco Mota da Costa s'est illustré ! Le gaucher du Sporting a rajouté 10 buts à son compte perso. Il est le meilleur canonnier de l'épreuve avec 41 réalisations ! 

dans le groupe 2
Après le match France-Allemagne, la Serbie a battu la Suède 32-27. Les joueurs des Balkans, prochains adversaires des Tricolores menaient déjà à la pause (+3). Comme le Portugal dans l'autre groupe, ils sont qualifiés pour les demi-finales. A surveiller dans cette formation , les frères Dodic (Mateja l'ailier droit et Stefan le demi-centre) et surtout Milos Kos, l'arrière gauche (photo ci-dessus), meilleur buteur de l'équipe.

Pas de demi-finale pour la France !  

Euro

mardi 12 juillet 2022 - © Yves Michel

 5 min 6 de lecture

Face à l'Allemagne, c'était une course de fond et les Français n'ont pas tenu la distance. Ils ont rendu les armes dans le dernier quart d'heure alors qu'ils avaient tenu tête à leur adversaire. Les champions d'Europe U19 ont été en réussite et ont fait preuve de beaucoup plus de lucidité pour l'emporter (32-27). Les Bleus n’accéderont pas au carré final. Ils méritent désormais de bien négocier les matches qui leur restent (ce mercredi notamment contre la Serbie) pour obtenir un classement honorable dans le top 8.

Il leur fallait réaliser un sans-faute pour espérer basculer en demi-finale. Seulement voilà, même quand le champion d’Europe U19 est dans la même posture et qu’au tour précédent, sa prestation face à une étonnante équipe serbe ne l’a pas avantagé, l’Allemagne reste fidèle à sa réputation. 

Il y a trois semaines à l’Airport Trophy en Suisse, la France avait capitulé très tôt en seconde période. Cette fois, c’est le dernier quart d’heure qui lui a été fatal. 

Tout le poids de l’enjeu était perceptible dès les 1ères minutes, tant les maladresses se sont accumulées de part et d’autre. Pourtant les Tricolores vont réussir à rapidement faire le break grâce à une défense bien en place et un gardien, Léo Villain qui n’a fait que confirmer le niveau affiché depuis le début de la compétition. Après un recadrage de leur coach, les Allemands vont se ressaisir notamment par l’intermédiaire de leur ailier gauche Kranzmann. Ils vont basculer en tête à la 17ème mais les Français vont rester au contact et reprendre même l’avantage à la pause (13-12). L’impression semblait bonne et l’écart aurait pu être plus important en leur faveur s’ils avaient fait preuve d’un peu plus d’application dans leurs choix et moins de précipitation dans les tirs. Il y avait encore un peu trop de déchet. Mais comme en face, le passif était le même, tout s’équilibrait. 

Sans doute peu satisfaits de leur 1ère période, les Allemands vont attaquer la seconde en mettant beaucoup plus d’intensité. Complétement dépassés, les joueurs de Yohan Delattre vont encaisser un 5-1 qui obligera le technicien à poser un temps mort, moins de cinq minutes après avoir retrouvé le parquet. En infériorité numérique après l’exclusion de Valentin Bzdynga et un 7 mètres de l’incontournable Kransmann, les Bleus ne parvenaient pas à renverser la tendance. Même en passant à une défense un peu plus étagée. Sans être irrésistible et véritablement convaincant, leur adversaire ne ratait plus grand-chose. A 20 minutes du terme, le 3ème temps mort était utilisé. Le 6ème but (sur 9) d’Hugo Pimenta (photo de tête) et la contre-attaque immédiate de Guéric Vincent (après un arrêt de Villain) vont redonner espoir au camp tricolore (-2). Une nouvelle parade du Parisien et une réalisation de Fadhuile sanctionnaient un 4-1. Tout était à refaire ou presque pour la Mannschaft. La France va rater l’égalisation. Pire, elle va s’enfoncer dans ses travers et Wallem Peleka, déjà en échec au tir va être disqualifié suite à un mauvais geste. L’arrière gauche de la réserve du PSG est totalement à contre-courant depuis le début de la compétition avec en 4 matches un taux inhabituel de réussite avoisinant les 24%.

C’est donc au moment où les Bleus auraient pu faire douter les Allemands que le château de cartes va définitivement s’étioler. Quelques ballons perdus et fautes techniques vont profiter aux Allemands qui vont terminer en roue libre à l’image d’Elias Scholtes. Avec 6 réalisations, le gaucher de Rhein Neckar Löwen sera même désigné meilleur joueur du match. 

Cette défaite (27-32) prive les Français de la demi-finale. Pour autant, la compétition n’est pas finie. Il leur reste leur 2ème confrontation du tour principal face à la Serbie (ce mercredi à 18h00). Un succès face à une formation qui a fait forte impression en réalisant un sans-faute lors de ses 1ères sorties serait très gratifiant. 


Pavillon polyvalent de Gondomar (Portugal), mardi 12 juillet 2022

Tour Principal - 1ère journée - Groupe 2

FRANCE - ALLEMAGNE      27-32  (MT: 13-12)

Arbitres: Daniel & Roberto Accoto Martins (Portugal)

FRANCE: Villain (15 arrêts à 33% dt 0/2 à 7m), Zahaf (2 arrêts à 33% dt 0/2 à 7m) - Bdzynga (0/2), Clay (4/4), Longerinas, Fadhuile (6/10 dt 4/5  à 7m), Vincent (2/3), Pimenta (9/12), Benterki (0/1), Joblon, Mantz, Chevalier, Peleka (2/7), Carrere (2/3), Loredon (2/3), Mendy

ALLEMAGNE : Ludwig (6 arrêts à 29%), Grupe (6 arrêts à 26% et 1/1 au tir) - Freihöfer (4/6 dt 1/2 à 7m), Steinhaus (2/3), Scholtes (6/12), Seitz (2/4), Langhoff (0/3), Neudeck, Kranzmann (5/6 dt 4/4 à 7m), Eissing (0/1), Uscins (0/5), Wilhelm (1/2), Fischer (3/3), Schöttle (0/1), Orlov (6/10), Ciudad Benitez (1/1). 

Evolution du score: 3-2 (5) 6-5 (10) 7-6 (15) 8-8 (20) 10-9 (25) 13-12 (MT) 15-17(35) 17-21 (40) 21-23 (45) 22-25 (50) 25-27 (55) 27-32 (FIN)



Les autres résultats de ce Tour Principal

Le Portugal et la Serbie ont déjà leur billet pour les demi-finales

dans le groupe 1

L’Espagne s’est relancée dans la compétition en battant la Hongrie 32-30. Les Ibères qui menaient assez largement à la pause (19-13) se sont par la suite, occasionnés quelques frayeurs en fin de rencontre. 
Le Portugal continue à écraser la concurrence. Dans une salle toute acquise à leur cause, les Lusitaniens ont dominé le Danemark 26-20. Ils menaient déjà de 7 longueurs à la pause. Et encore une fois, le prodige Francisco Mota da Costa s'est illustré ! Le gaucher du Sporting a rajouté 10 buts à son compte perso. Il est le meilleur canonnier de l'épreuve avec 41 réalisations ! 

dans le groupe 2
Après le match France-Allemagne, la Serbie a battu la Suède 32-27. Les joueurs des Balkans, prochains adversaires des Tricolores menaient déjà à la pause (+3). Comme le Portugal dans l'autre groupe, ils sont qualifiés pour les demi-finales. A surveiller dans cette formation , les frères Dodic (Mateja l'ailier droit et Stefan le demi-centre) et surtout Milos Kos, l'arrière gauche (photo ci-dessus), meilleur buteur de l'équipe.