bandeau handzone

Les Bleus ont montré leurs lacunes et leurs limites !

Euro

vendredi 8 juillet 2022 - © Yves Michel

 4 min 32 de lecture

Le dieu Thor était derrière les Suédois car les Français ont véritablement pris la foudre en seconde période et s'inclinent assez lourdement (24-31) pour leur 2ème sortie dans cet Euro U20. Malgré une prestation très honorable de leurs gardiens (Zahaf en 1ère et Villain par la suite), ils se sont noyés face à une formation nordique plus cohérente dans ses choix, plus appliquée dans ses mouvements et surtout plus réaliste dans les moments-clé. Les Bleus ont manqué de rythme et d'agressivité. Ils peuvent encore espérer accrocher le tour principal mais désormais ils n'ont plus leur destin entre les mains.

Dans le camp français, Kalim Zahaf (photo de tête) et Léo Villain sont les seules satisfactions de la soirée. Les deux gardiens ont fait ce qu’ils ont pu pour cacher les carences (un peu trop nombreuses) de leurs partenaires. Pourtant l’entame était conforme à ce qu’on pouvait attendre. L’attaque tricolore semblait en place et grâce à Baptiste Clay et Imanol Carrère, le break allait être rapidement fait. Cette bonne impression ne va subsister que huit minutes, le temps pour les Nordiques de trouver les bonnes associations et surtout imposer leur rythme. A la justesse du tir des demi-centres Mansson mais surtout Ljungquist, les Français un peu trop perméables dans leur axe central, ne vont pas mettre assez d’agressivité pour repousser les assauts adverses. Ils étaient derrière au score mais encore au contact. En moins de quatre minutes, ils vont se liquéfier et assister impuissants à un véritable raz-de-marée. Les Suédois profitaient d’un repli trop lent pour prendre une avance conséquente (+4). Il y avait un départ de feu dans la maison bleue. Pourtant, personne ne va s’affoler même si Yohan Delattre venait d’utiliser son 2ème temps mort pour remettre un peu d’ordre. Les Nordiques étaient aux commandes et n’avaient pas l’intention de les lâcher. Mais lorsque peu avant la pause, Léo Villain va s’interposer sur un 7 mètres de l’ailier droit Hamberg, l’espoir va renaître. Les Français avaient enfin repris le sens de la marche et avaient fait une partie de leur retard (16-18). Excepté celles des gardiens, les stats à mi-parcours n’étaient pas bonnes, alors qu’en face les Manson et Ljungquist affichaient un sans-faute avec cinq réalisations chacun. 

En revenant sur le parquet, Hugo Pimenta et les siens ne s’imaginaient pas qu’ils allaient vivre un véritable calvaire. Ceux qui les croyaient capables de renverser la tendance, vont vite déchanter. Car même si les Suédois, vont eux aussi, commettre des erreurs ou se casser les dents sur Léo Villain, les Français vont perdre leurs moyens. Pire même, ils vont commettre des fautes inabituelles, (passage en force, pied en touche, passe dans les chaussettes), donnant le plus souvent, une impression d'improvisation. Les Nordiques n'ont pas eu à forcer leur talent. Les Français vont leur faciliter la tâche et les laisser agir à leur guise pour que la note soit assez salée. Cinq buts concédés sans ne rien marquer (grâce aussi à la vigilance du portier Sävinger), à dix minutes du terme et sept longueurs d’écart, la cause était entendue. Il n'y aura aucun sursaut et les deux réalisations de celui qui aurait pu être un joker, Gautier Loredon ne vont rien changer à l’épilogue. Les Bleus tombent de haut (24-31) et la marque de la gifle risque de rester assez longtemps sur les joues. On pourra toujours dire que la faillite est collective mais à titre individuel, ceux qu'on attendait à un certain niveau, ont déçu et n'ont pas encore les épaules assez larges pour supporter la pression.  

Dimanche, ils devront battre le Monténégro (match à 15h30) par la plus large marge qui soit. Ils devront également s’intéresser au résultat de Croatie-Suède (coup d'envoi 13h). Un succès nordique ou un nul les envoie au Tour Préliminaire sans réserve de points. Une victoire croate vient compliquer la situation. Il faudra dès lors sortir la calculette et se pencher sur les différences de buts. 


Centre des Sports de Matosinhos (Portugal), vendredi 8 juillet 2022
Tour Préliminaire - 2ème journée - Groupe C

FRANCE - SUEDE            24 - 31  (MT: 16-18)

Arbitres: Daniel & Roberto Accoto Martins (Portugal)

FRANCE: Villain (9 arrêts à 35% dt 1/2 à 7m), Zahaf (7 arrêts à 26% dt 0/1 à 7m) - Bdzynga (0/2), Clay (3/7), Longerinas (1/2), Fadhuile (4/5 dt 4/4 à 7m), Vincent (2/4), Pimenta (3/6), Benterki (2/2), Joblon, Mantz (1/2), Chevalier, Peleka (3/10), Carrere (3/4), Loredon (2/2), Mendy (0/1)

SUEDE: Linden (3 arrêts à 12% dt 0/2 à 7m), Sävinger (7 arrêts à 35% dt 0/2 à 7m) - Sjögren (1/1), Mansson (6/8), Hamberg (1/4 dt 1/3 à 7m), Ljungmark (1/1), Donaldson, Ljungquist (6/6), Kammenhed (2/3), Palmar (4/11), Möller (3/5), Ericsson (2/3), Helmersson (1/2), Josefsson, Roberts (3/4), Elovson (1/5)
 
Evolution du score: 4-3 (5) 7-8 (10) 9-11 (15) 10-14 (20) 13-16 (25) 16-18 (MT) 17-21 (35) 19-22 (40) 20-25 (45) 20-27 (50) 21-28 (55) 24-31 (FIN)

Dans l'autre match du même groupe, la Croatie est venue à bout du Monténégro (24-28). Non sans mal puisqu’avant la pause, les Monténégrins étaient largement en tête (14-10). Les Croates avaient surtout buté sur le gardien adverse et comme face aux Français, s'étaient montrés indisciplinés. Revirement de situation dans les dix minutes qui ont suivi puisque les joueurs d'Igor Vori ont passé un 8-0 à leur voisin des Balkans et ont maintenu une avance nécessaire qui leur a permis de s'imposer (24-28) et marquer leurs 1ers points dans ce championnat.

Les Bleus ont montré leurs lacunes et leurs limites ! 

Euro

vendredi 8 juillet 2022 - © Yves Michel

 4 min 32 de lecture

Le dieu Thor était derrière les Suédois car les Français ont véritablement pris la foudre en seconde période et s'inclinent assez lourdement (24-31) pour leur 2ème sortie dans cet Euro U20. Malgré une prestation très honorable de leurs gardiens (Zahaf en 1ère et Villain par la suite), ils se sont noyés face à une formation nordique plus cohérente dans ses choix, plus appliquée dans ses mouvements et surtout plus réaliste dans les moments-clé. Les Bleus ont manqué de rythme et d'agressivité. Ils peuvent encore espérer accrocher le tour principal mais désormais ils n'ont plus leur destin entre les mains.

Dans le camp français, Kalim Zahaf (photo de tête) et Léo Villain sont les seules satisfactions de la soirée. Les deux gardiens ont fait ce qu’ils ont pu pour cacher les carences (un peu trop nombreuses) de leurs partenaires. Pourtant l’entame était conforme à ce qu’on pouvait attendre. L’attaque tricolore semblait en place et grâce à Baptiste Clay et Imanol Carrère, le break allait être rapidement fait. Cette bonne impression ne va subsister que huit minutes, le temps pour les Nordiques de trouver les bonnes associations et surtout imposer leur rythme. A la justesse du tir des demi-centres Mansson mais surtout Ljungquist, les Français un peu trop perméables dans leur axe central, ne vont pas mettre assez d’agressivité pour repousser les assauts adverses. Ils étaient derrière au score mais encore au contact. En moins de quatre minutes, ils vont se liquéfier et assister impuissants à un véritable raz-de-marée. Les Suédois profitaient d’un repli trop lent pour prendre une avance conséquente (+4). Il y avait un départ de feu dans la maison bleue. Pourtant, personne ne va s’affoler même si Yohan Delattre venait d’utiliser son 2ème temps mort pour remettre un peu d’ordre. Les Nordiques étaient aux commandes et n’avaient pas l’intention de les lâcher. Mais lorsque peu avant la pause, Léo Villain va s’interposer sur un 7 mètres de l’ailier droit Hamberg, l’espoir va renaître. Les Français avaient enfin repris le sens de la marche et avaient fait une partie de leur retard (16-18). Excepté celles des gardiens, les stats à mi-parcours n’étaient pas bonnes, alors qu’en face les Manson et Ljungquist affichaient un sans-faute avec cinq réalisations chacun. 

En revenant sur le parquet, Hugo Pimenta et les siens ne s’imaginaient pas qu’ils allaient vivre un véritable calvaire. Ceux qui les croyaient capables de renverser la tendance, vont vite déchanter. Car même si les Suédois, vont eux aussi, commettre des erreurs ou se casser les dents sur Léo Villain, les Français vont perdre leurs moyens. Pire même, ils vont commettre des fautes inabituelles, (passage en force, pied en touche, passe dans les chaussettes), donnant le plus souvent, une impression d'improvisation. Les Nordiques n'ont pas eu à forcer leur talent. Les Français vont leur faciliter la tâche et les laisser agir à leur guise pour que la note soit assez salée. Cinq buts concédés sans ne rien marquer (grâce aussi à la vigilance du portier Sävinger), à dix minutes du terme et sept longueurs d’écart, la cause était entendue. Il n'y aura aucun sursaut et les deux réalisations de celui qui aurait pu être un joker, Gautier Loredon ne vont rien changer à l’épilogue. Les Bleus tombent de haut (24-31) et la marque de la gifle risque de rester assez longtemps sur les joues. On pourra toujours dire que la faillite est collective mais à titre individuel, ceux qu'on attendait à un certain niveau, ont déçu et n'ont pas encore les épaules assez larges pour supporter la pression.  

Dimanche, ils devront battre le Monténégro (match à 15h30) par la plus large marge qui soit. Ils devront également s’intéresser au résultat de Croatie-Suède (coup d'envoi 13h). Un succès nordique ou un nul les envoie au Tour Préliminaire sans réserve de points. Une victoire croate vient compliquer la situation. Il faudra dès lors sortir la calculette et se pencher sur les différences de buts. 


Centre des Sports de Matosinhos (Portugal), vendredi 8 juillet 2022
Tour Préliminaire - 2ème journée - Groupe C

FRANCE - SUEDE            24 - 31  (MT: 16-18)

Arbitres: Daniel & Roberto Accoto Martins (Portugal)

FRANCE: Villain (9 arrêts à 35% dt 1/2 à 7m), Zahaf (7 arrêts à 26% dt 0/1 à 7m) - Bdzynga (0/2), Clay (3/7), Longerinas (1/2), Fadhuile (4/5 dt 4/4 à 7m), Vincent (2/4), Pimenta (3/6), Benterki (2/2), Joblon, Mantz (1/2), Chevalier, Peleka (3/10), Carrere (3/4), Loredon (2/2), Mendy (0/1)

SUEDE: Linden (3 arrêts à 12% dt 0/2 à 7m), Sävinger (7 arrêts à 35% dt 0/2 à 7m) - Sjögren (1/1), Mansson (6/8), Hamberg (1/4 dt 1/3 à 7m), Ljungmark (1/1), Donaldson, Ljungquist (6/6), Kammenhed (2/3), Palmar (4/11), Möller (3/5), Ericsson (2/3), Helmersson (1/2), Josefsson, Roberts (3/4), Elovson (1/5)
 
Evolution du score: 4-3 (5) 7-8 (10) 9-11 (15) 10-14 (20) 13-16 (25) 16-18 (MT) 17-21 (35) 19-22 (40) 20-25 (45) 20-27 (50) 21-28 (55) 24-31 (FIN)

Dans l'autre match du même groupe, la Croatie est venue à bout du Monténégro (24-28). Non sans mal puisqu’avant la pause, les Monténégrins étaient largement en tête (14-10). Les Croates avaient surtout buté sur le gardien adverse et comme face aux Français, s'étaient montrés indisciplinés. Revirement de situation dans les dix minutes qui ont suivi puisque les joueurs d'Igor Vori ont passé un 8-0 à leur voisin des Balkans et ont maintenu une avance nécessaire qui leur a permis de s'imposer (24-28) et marquer leurs 1ers points dans ce championnat.