bandeau handzone

Pas assez d'attaque, les Bleuettes restent à l'écart

Mondial

mercredi 29 juin 2022 - © Laurent Hoppe

 3 min 8 de lecture

La promotion Grandveau-Bouktit-Tshimanga n’obtiendra pas de troisième médaille consécutive en grand championnat. Décevante offensivement, elle a concédé un nul éliminatoire contre le Danemark (19-19), au surlendemain d’une courte défaite face au Monténégro (24-25). Les Françaises quittent le tour principal du Mondial juniors par la petite porte, celle qui donne sur les matches pour les places 13 à 16.

Ca ne passe pas. A l’image d’Héléna Mathon, ceinturée à 6 mètres par Mlles Frandsen, Hansen et Jacobsen sur l’une des possessions de la dernière chance. Incapable de battre le Monténégro (24-25) dimanche soir, puis le Danemark (19-19) mardi après-midi, l’équipe de France juniors sera absente du tableau final de son Mondial. Adieu les quarts, adieu ce dernier carré qu’envisageaient à haute voix Eric Baradat et Léna Grandveau avant de prendre leurs quartiers en Slovénie.

 

Une perspective crédible, eu égard aux antécédents bronzés de la génération 2002-2003, et du pedigree de ses individualités. Problème, la montée en puissance esquissée au fil des rassemblements de début d’année, du tournoi de préparation en Allemagne (deux victoires sur trois), et des deux premières rencontres à Celje (à sens unique, contre le Brésil et la Corée du Sud) a semblé accuser le coup à partir du troisième match du premier tour. Un nul, déjà, face à une nation scandinave (la Norvège, 34 partout).

 

Si, défensivement, les Bleuettes et leur 0-6 ont démontré que ce score-fleuve était une simple anomalie, le tour principal et son issue défavorable ont sanctionné l’instabilité offensive qui les a escortées deux heures durant. Face aux Danoises, dans ce vrai-faux huitième de finale qu’il fallait impérativement remporter pour espérer accrocher les quarts, approximations et prises de balle douteuses sont apparues très tôt. Les Scandinaves se révélant à peine plus précises, le score a longtemps évolué au compte-gouttes (2 partout après 9 minutes, 6-5 à la 20').

 

Françaises et Danoises sous la moyenne au tir

 

L’emballement constaté en fin de première période a failli désarçonner les coéquipières de Sarah Bouktit, qui ont encaissé un 3-0 en infériorité numérique (8-11, 28'). Elles ont su s’en remettre, la pivot de Metz égalisant à temps avant la pause (11-11).

 

Le coup d’accélérateur n’a pas trouvé de prolongement. Comme lors de la petite finale de l’Euro U17 en 2019, Françaises (43 % d’efficacité) et Danoises (40 %) ont continué de faire briller les gardiennes, de faire plus ou moins du surplace en seconde période (15-14, 45'). A l’image de deux échappés avant un sprint final, clin d’œil involontaire au départ du Tour à Copenhague…

 

Amanda Hansen, la pivot de Skanderborg, a encore aminci la ligne de crête (15-17, 53’). Passée arrière droit, l'ailière gauche bisontine Kiara Tshimanga a gardé l’équilibre, rétabli par la Péagoise Siobann Delaye (18-18, 57’). A une minute et demie du dénouement, et à une de plus, le but de Grandveau en cage vide (19-19) a maintenu la France dans le coup pour le Top 8. Plus rien ne sera marqué, la future Nantaise et ses copines en sont quittes pour deux matches de classement pour finir leur séjour. Le premier jeudi (14 h) contre l'Egypte, entre lanternes rouges de deuxième tour.

 

FRANCE – DANEMARK : 19-19 (11-11)

Mardi 28 juin 2022, à Celje (SLV). 85 spectateurs. Arbitres : MM. Sekulic et Jovandic (SER).

FRANCE : Bouktit 4/8 ; Frachon 0/2 ; Grandveau 3/8 ; Kanouté 1/5 ; Modenel (capitaine) 2/4 ; Tshimanga 3/3 ; puis Ardouin 0/1 ; Chambonnier 1/2 (1/1 penalty) ; Delaye 2/3 ; Fauvarque 1/1 ; Mlamali 0/1 ; Stemmer 1/1 (sur penalty). Gardiennes : Kabeya (10 arrêts en 44’, dont 2 penaltys) puis Halter (4 arrêts en 16’). 2 minutes : Delaye (3’), Kanouté (7’), Mathon (26’). Sélectionneur : E. Baradat. 

Pas assez d'attaque, les Bleuettes restent à l'écart 

Mondial

mercredi 29 juin 2022 - © Laurent Hoppe

 3 min 8 de lecture

La promotion Grandveau-Bouktit-Tshimanga n’obtiendra pas de troisième médaille consécutive en grand championnat. Décevante offensivement, elle a concédé un nul éliminatoire contre le Danemark (19-19), au surlendemain d’une courte défaite face au Monténégro (24-25). Les Françaises quittent le tour principal du Mondial juniors par la petite porte, celle qui donne sur les matches pour les places 13 à 16.

Ca ne passe pas. A l’image d’Héléna Mathon, ceinturée à 6 mètres par Mlles Frandsen, Hansen et Jacobsen sur l’une des possessions de la dernière chance. Incapable de battre le Monténégro (24-25) dimanche soir, puis le Danemark (19-19) mardi après-midi, l’équipe de France juniors sera absente du tableau final de son Mondial. Adieu les quarts, adieu ce dernier carré qu’envisageaient à haute voix Eric Baradat et Léna Grandveau avant de prendre leurs quartiers en Slovénie.

 

Une perspective crédible, eu égard aux antécédents bronzés de la génération 2002-2003, et du pedigree de ses individualités. Problème, la montée en puissance esquissée au fil des rassemblements de début d’année, du tournoi de préparation en Allemagne (deux victoires sur trois), et des deux premières rencontres à Celje (à sens unique, contre le Brésil et la Corée du Sud) a semblé accuser le coup à partir du troisième match du premier tour. Un nul, déjà, face à une nation scandinave (la Norvège, 34 partout).

 

Si, défensivement, les Bleuettes et leur 0-6 ont démontré que ce score-fleuve était une simple anomalie, le tour principal et son issue défavorable ont sanctionné l’instabilité offensive qui les a escortées deux heures durant. Face aux Danoises, dans ce vrai-faux huitième de finale qu’il fallait impérativement remporter pour espérer accrocher les quarts, approximations et prises de balle douteuses sont apparues très tôt. Les Scandinaves se révélant à peine plus précises, le score a longtemps évolué au compte-gouttes (2 partout après 9 minutes, 6-5 à la 20').

 

Françaises et Danoises sous la moyenne au tir

 

L’emballement constaté en fin de première période a failli désarçonner les coéquipières de Sarah Bouktit, qui ont encaissé un 3-0 en infériorité numérique (8-11, 28'). Elles ont su s’en remettre, la pivot de Metz égalisant à temps avant la pause (11-11).

 

Le coup d’accélérateur n’a pas trouvé de prolongement. Comme lors de la petite finale de l’Euro U17 en 2019, Françaises (43 % d’efficacité) et Danoises (40 %) ont continué de faire briller les gardiennes, de faire plus ou moins du surplace en seconde période (15-14, 45'). A l’image de deux échappés avant un sprint final, clin d’œil involontaire au départ du Tour à Copenhague…

 

Amanda Hansen, la pivot de Skanderborg, a encore aminci la ligne de crête (15-17, 53’). Passée arrière droit, l'ailière gauche bisontine Kiara Tshimanga a gardé l’équilibre, rétabli par la Péagoise Siobann Delaye (18-18, 57’). A une minute et demie du dénouement, et à une de plus, le but de Grandveau en cage vide (19-19) a maintenu la France dans le coup pour le Top 8. Plus rien ne sera marqué, la future Nantaise et ses copines en sont quittes pour deux matches de classement pour finir leur séjour. Le premier jeudi (14 h) contre l'Egypte, entre lanternes rouges de deuxième tour.

 

FRANCE – DANEMARK : 19-19 (11-11)

Mardi 28 juin 2022, à Celje (SLV). 85 spectateurs. Arbitres : MM. Sekulic et Jovandic (SER).

FRANCE : Bouktit 4/8 ; Frachon 0/2 ; Grandveau 3/8 ; Kanouté 1/5 ; Modenel (capitaine) 2/4 ; Tshimanga 3/3 ; puis Ardouin 0/1 ; Chambonnier 1/2 (1/1 penalty) ; Delaye 2/3 ; Fauvarque 1/1 ; Mlamali 0/1 ; Stemmer 1/1 (sur penalty). Gardiennes : Kabeya (10 arrêts en 44’, dont 2 penaltys) puis Halter (4 arrêts en 16’). 2 minutes : Delaye (3’), Kanouté (7’), Mathon (26’). Sélectionneur : E. Baradat.