bandeau handzone

Metz au Final Four : un goût de revenez-y

Champion's League

samedi 2 avril 2022 - © Laurent Hoppe

 3 min 33 de lecture

Grace Zaadi et ses camarades sont aux anges. Trois ans après un baptême inabouti, les vice-championnes de France participeront à nouveau au dernier carré, début juin à Budapest. Comme au match aller, gagné de huit buts en Allemagne, elles ont éparpillé Dortmund avec maîtrise et entrain (32-19).

stopBudapest leur tendait les bras. Aussi largement que les deux bonshommes-boudins gonflables se dandinant sur le parvis des Arènes. Elles ne se sont pas privées de s'y jeter. Et avant tout le monde, s'il vous plaît. Aidées par les circonstances (l'exclusion de Rostov, qu'elles auraient dû retrouver en quart de finale), mais surtout par leurs mérites et un sens appréciable de la gestion, les Messines ont réservé avec un mois d'avance leur billet pour le Final Four de la Ligue des Champions. Les 4 et 5 juin prochains, elles participeront pour la deuxième fois (après 2019, où elles avaient terminé au pied du podium) à la grand-messe de Budapest. Pour la troisième année consécutive, il y aura un club français à l'office en Eurovision... et pourquoi pas deux, si Brest élimine Odense demain, puis Györ en quarts.

 

Dans le genre « enfoncer une porte ouverte », la troupe d'Emmanuel Mayonnade a su y faire. Une semaine après avoir posé une grosse option sur la qualification dans la Ruhr (22-30), elle a terminé le travail à domicile, en augmentant sa marge (32-19). Bien sûr, la mise en action a été poussive. Yara ten Holte, la gardienne néerlandaise de Dortmund, a paré les deux premiers 7 mètres mosellans (Horacek, Zaadi). Le premier but lorrain est arrivé au bout de presque six minutes. Mais une fois le déclic venu par Méline Nocandy, sur la première séquence défense-montée de balle, la broyeuse a fonctionné toute seule, ou presque.

 

Eclaireuse et éclairée en première période, la capitaine a écarté tout risque de désillusion en égalisant, sur une nouvelle relance de Kapitanovic prolongée en un contre un (4-4, 13ème). Puis donné l'avantage aux siennes, d'un lob soyeux au second poteau au bout d'une combinaison troussée avec Burgaard et Orlane Kanor (6-5, 15ème). Et en a remis une couche en contrant, remontant le terrain en sens inverse et ajustant ten Holte d'une traite (7-6, 19ème).

 

Les autres demi-centres sont restées dans le droit chemin. Tamara Horacek n'a plus raté aucun penalty (4/5, plus une réalisation dans le jeu). Surtout, plus de deux ans après son dernier match aux Arènes sous le maillot messin, Grace Zaadi (4/5) a pris toute sa part dans l'accroissement de l'écart (9-6 à la 21ème, 13-9 à la 28ème). Autres contributrices de choc, Ivana Kapitanovic, première relanceuse (trois passes décisives, en plus de sept arrêts), et Chloé Valentini, déposant en toute simplicité le ballon dans une cage allemande laissée sans surveillance en fin de premier acte.

 

Pendant que la section foot dévissait contre Leipzig en Bundesliga (1-4), les handballeuses du BVB ont, elles aussi, inexorablement lâché prise. Plus ce huitième retour avançait, moins les championnes d'Allemagne sortantes avaient d'idées, de solutions, face à l'autre mur jaune. Celui cimenté, bétonné par des Messines appliquées tant défensivement que dans leurs possessions (seulement 7 pertes de balle ce samedi) et leurs tirs à 9 mètres. Hormis des décalages à l'aile droite, vers Tina Abdulla (4/4), ce Dortmund diminué, à sa décharge, par les blessures et le coronavirus n'a plus su que faire pour éviter de sortir de la C1 par la petite porte. Un arrêté d'expulsion également paraphé par Mélanie Halter, dont le premier geste à peine entrée en jeu a été de sortir un tir de Grijseels (45ème), puis un penalty de Ronning peu après.

 

Ce n'était, assurément, pas le même bonheur collectif qu'il y a trois ans, quand Metz découvrait un sentiment inédit en battant le CSM Bucarest. L'équipe était coupée en deux, partagée entre l'émotion contenue d'une Zaadi et le bonheur enfantin de Micijevic ou Cardoso. Sans doute la différence entre celles ayant déjà connu le privilège de participer à un dernier carré VIP, ses codes, et celles qui le découvriront dans deux mois. Mais c'est dans le même élan collectif qu'elles entendent marcher sur Budapest. Finir leur saison en apothéose, à l'international comme en France.

Metz au Final Four : un goût de revenez-y 

Champion's League

samedi 2 avril 2022 - © Laurent Hoppe

 3 min 33 de lecture

Grace Zaadi et ses camarades sont aux anges. Trois ans après un baptême inabouti, les vice-championnes de France participeront à nouveau au dernier carré, début juin à Budapest. Comme au match aller, gagné de huit buts en Allemagne, elles ont éparpillé Dortmund avec maîtrise et entrain (32-19).

stopBudapest leur tendait les bras. Aussi largement que les deux bonshommes-boudins gonflables se dandinant sur le parvis des Arènes. Elles ne se sont pas privées de s'y jeter. Et avant tout le monde, s'il vous plaît. Aidées par les circonstances (l'exclusion de Rostov, qu'elles auraient dû retrouver en quart de finale), mais surtout par leurs mérites et un sens appréciable de la gestion, les Messines ont réservé avec un mois d'avance leur billet pour le Final Four de la Ligue des Champions. Les 4 et 5 juin prochains, elles participeront pour la deuxième fois (après 2019, où elles avaient terminé au pied du podium) à la grand-messe de Budapest. Pour la troisième année consécutive, il y aura un club français à l'office en Eurovision... et pourquoi pas deux, si Brest élimine Odense demain, puis Györ en quarts.

 

Dans le genre « enfoncer une porte ouverte », la troupe d'Emmanuel Mayonnade a su y faire. Une semaine après avoir posé une grosse option sur la qualification dans la Ruhr (22-30), elle a terminé le travail à domicile, en augmentant sa marge (32-19). Bien sûr, la mise en action a été poussive. Yara ten Holte, la gardienne néerlandaise de Dortmund, a paré les deux premiers 7 mètres mosellans (Horacek, Zaadi). Le premier but lorrain est arrivé au bout de presque six minutes. Mais une fois le déclic venu par Méline Nocandy, sur la première séquence défense-montée de balle, la broyeuse a fonctionné toute seule, ou presque.

 

Eclaireuse et éclairée en première période, la capitaine a écarté tout risque de désillusion en égalisant, sur une nouvelle relance de Kapitanovic prolongée en un contre un (4-4, 13ème). Puis donné l'avantage aux siennes, d'un lob soyeux au second poteau au bout d'une combinaison troussée avec Burgaard et Orlane Kanor (6-5, 15ème). Et en a remis une couche en contrant, remontant le terrain en sens inverse et ajustant ten Holte d'une traite (7-6, 19ème).

 

Les autres demi-centres sont restées dans le droit chemin. Tamara Horacek n'a plus raté aucun penalty (4/5, plus une réalisation dans le jeu). Surtout, plus de deux ans après son dernier match aux Arènes sous le maillot messin, Grace Zaadi (4/5) a pris toute sa part dans l'accroissement de l'écart (9-6 à la 21ème, 13-9 à la 28ème). Autres contributrices de choc, Ivana Kapitanovic, première relanceuse (trois passes décisives, en plus de sept arrêts), et Chloé Valentini, déposant en toute simplicité le ballon dans une cage allemande laissée sans surveillance en fin de premier acte.

 

Pendant que la section foot dévissait contre Leipzig en Bundesliga (1-4), les handballeuses du BVB ont, elles aussi, inexorablement lâché prise. Plus ce huitième retour avançait, moins les championnes d'Allemagne sortantes avaient d'idées, de solutions, face à l'autre mur jaune. Celui cimenté, bétonné par des Messines appliquées tant défensivement que dans leurs possessions (seulement 7 pertes de balle ce samedi) et leurs tirs à 9 mètres. Hormis des décalages à l'aile droite, vers Tina Abdulla (4/4), ce Dortmund diminué, à sa décharge, par les blessures et le coronavirus n'a plus su que faire pour éviter de sortir de la C1 par la petite porte. Un arrêté d'expulsion également paraphé par Mélanie Halter, dont le premier geste à peine entrée en jeu a été de sortir un tir de Grijseels (45ème), puis un penalty de Ronning peu après.

 

Ce n'était, assurément, pas le même bonheur collectif qu'il y a trois ans, quand Metz découvrait un sentiment inédit en battant le CSM Bucarest. L'équipe était coupée en deux, partagée entre l'émotion contenue d'une Zaadi et le bonheur enfantin de Micijevic ou Cardoso. Sans doute la différence entre celles ayant déjà connu le privilège de participer à un dernier carré VIP, ses codes, et celles qui le découvriront dans deux mois. Mais c'est dans le même élan collectif qu'elles entendent marcher sur Budapest. Finir leur saison en apothéose, à l'international comme en France.

Dans la même rubrique

Champion's League
mercredi 18 mai 2022
  
Champion's League
mercredi 11 mai 2022
  
Champion's League
samedi 7 mai 2022
  
Champion's League
samedi 30 avril 2022
  
  1 2 3 4   

Le match

 samedi 2 avril 2022

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 18 | Buts : 5 | Pd : 4 | Int : 0
 Top Gardien
Eval : 6 | Arr Tot : 3 / 6 (50 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#14 Metz Rostov-Don 10 0 07/05/2022 00:00
#14 Esbjerg CSM Bucarest 27 27 08/05/2022 16:00
#14 Gyor Brest 35 23 07/05/2022 16:00
#14 Kristiansand Ljubljana 33 24 07/05/2022 18:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#15 Metz Kristiansand 04/06/2022 18:00
#15 Gyor Esbjerg 04/06/2022 15:15

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Metz 8 4 4 0 0
2 Kristiansand 4 2 2 0 0
3 Brest 3 4 1 1 2
4 Esbjerg 3 2 1 1 0
5 Gyor 3 2 1 1 0
6 Ljubljana 2 4 1 0 3
7 FTC-Rail Cargo 2 2 1 0 1
8 Odense 2 2 1 0 1
9 CSM Bucarest 1 2 0 1 1
10 Rostov-Don 0 2 0 0 2
11 Dortmund F 0 2 0 0 2