bandeau handzone

Thierry Anti « Karl Konan n’a pas tout montré ! »

Euro

dimanche 16 janvier 2022 - © Yves Michel

 4 min 48 de lecture

C'est une montée en puissance qui arrive au bon moment pour l'équipe de France. Karl Konan traverse le championnat d'Europe comme s'il faisait partie du groupe depuis plusieurs années. L'Aixois garde toute sa lucidité et reste conscient qu'à 26 ans, il manque encore d'expérience au niveau international. Parmi ses inconditionnels, Thierry Anti son coach lorsqu'il porte les couleurs du club provençal.

Lorsqu’à la fin du mois de décembre, Luka Karabatic blessé à la cuisse droite, s’est résigné à ne pas participer à l’Euro, Guillaume Gille héritait d’un nouveau casse-tête à résoudre. Comment pallier l’absence du pivot parisien, essentiel dans son système défensif ? Comment en si peu de temps, recréer les affinités, les automatismes et surtout avec qui ?  Qui serait associé, soit à Ludo Fabrégas, soit à Nicolas Tournat ou pourquoi pas à Nikola Karabatic pour verrouiller l’axe central ? C’est là que la solution de lancer Karl Konan malgré son inexpérience à ce niveau de la compétition, s’est présentée quasiment comme une évidence. Un galop d’essai concluant au cours de l’ultime match de préparation contre l’Allemagne mais surtout une prestation remarquée et unanimement validée face à la Croatie. « Passer derrière Luka et de le suppléer à ce poste, c’est déjà une sacrée responsabilité, reconnaît l’intéressé. On ressent de la fierté (d’y être), de la motivation et l’envie de montrer qu’on a le niveau. » Le cheminement du gamin de Cocody, commune dans la périphérie d’Abidjan n’a pas été de tout repos. Des débuts au basket, une scolarité dans un internat militaire puis une rencontre déterminante.  En 2010, Daouda Karaboué, anime un stage de détection dans son pays natal, la Côte d’Ivoire pour son association DK Cœur Afrique. Le feeling entre les deux hommes est immédiat. « On s’est fait confiance d’entrée et c’est lui qui m’a incité à tenter ma chance dans des clubs en France. J’ai quitté ma famille, mes amis, mes études de droit pour espérer me lancer dans une carrière de sportif de haut niveau. » Sous l’aile protectrice du gardien de l’équipe de France, Karl Konan fait la tournée de quelques centres de formation. Cesson-Rennes, Chambéry, Nantes... les retours ne sont pas ceux espérés. C’est finalement Aix qui va retenir le gaillard d’1.96 m. Moins de deux ans plus tard, il signe son 1er contrat pro et devient un élément incontournable de l’effectif provençal. « A Aix, j’ai été parfaitement intégré et de mon côté, je n’ai eu aucun souci pour m’adapter. » En 2020, nouvelle rencontre cruciale dans la vie du jeune franco-ivoirien. Thierry Anti vient de rentrer du Portugal et a pris les commandes sportives du PAUC.



Le coach est tout de suite conquis par la personnalité de son joueur. «C’est quelqu’un de très bien élevé. Il est respectueux de son environnement, bienveillant à l’égard de tous mais il est relativement discret. Je ne sais pas si c’est de la timidité mais il tient compte de la hiérarchie qui peut exister. Cela ne l’empêche pas de faire son chemin. Sans extravagance. » Et après sept saisons dans la cité de Paul Cézanne, l’été prochain, Karl ira renforcer les rangs de Montpellier. « Je pense que c’est un bon choix pour lui, valide Ludovic Fabrégas qui connait parfaitement la structure héraultaise. C’est un club qui a plus de vécu et peut-être un peu plus d’expérience, de présence sur les compétitions européennes qu’Aix. A Montpellier, il va grandir Lorsqu’il est arrivé en équipe de France, on l’a accueilli à bras ouverts, on sait que c’est quelqu’un qui est en capacité de jouer au plus haut niveau. » Ce dont est totalement convaincu Thierry Anti. «Ces dernières années, il s’est affirmé en défense. Il est très mobile et capable de se projeter vers l’avant et marquer des buts en montée de balle. Je sais qu’il aimerait évoluer un peu plus de temps en attaque. » Et le technicien ne pas hésiter à faire un parallèle plutôt flatteur avec un autre spécialiste du poste « Je ne peux m’empêcher de penser à Rock (Feliho). Il lui a fallu du temps pour s’affirmer dans ce rôle qui a fait ensuite sa notoriété. Karl va progresser mais ce n’est pas dans sa nature de provoquer l’adversaire. Il avance par étapes et sait parfaitement où il va, sans se précipiter. C'est sans doute son côté africain qui rejaillit. » A 26 ans et même s’il ne court pas après un objectif individuel, Karl Konan pourrait très bien faire partie des révélations de ce championnat d’Europe. Quelle richesse dès lors de le savoir dans un effectif qui a du se passer pour l’occasion, de Luka Karabatic et où l’association avec Ludo Fabrégas fonctionne parfaitement. « Je ne voudrais pas tomber dans la comparaison entre joueurs, s’empresse de noter le coach du PAUC, mais Karl pour moi, au-delà de l’expérience qu’il va devoir acquérir sur la scène internationale, a largement le niveau. Donc, que tu l’associes à Luka, à Ludovic ou à d’autres, il fera toujours le job. Et je pense même qu’il n’a pas tout montré. Il arrivait dans le groupe France et s’est inscrit dans le projet de jeu. Il a rencontré parfois des difficultés mais ce n’est pas trop de sa faute, sur le rapport avec les joueurs sur l’extérieur qui ne fermaient pas suffisamment. Mais il va jouer plus fort. Il prend moins d’initiatives qu’il ne le fait à Aix, notamment dans la profondeur, mais ça va venir.» Pour Karl Konan, l’année 2022 commence aussi intensément que 2021 ne s’était terminé. L’Aixois est devenu papa d’une petite fille en décembre, avant de connaître les joies d’un Euro au sein de l’équipe de France. Que demander de plus ?

Thierry Anti « Karl Konan n’a pas tout montré ! » 

Euro

dimanche 16 janvier 2022 - © Yves Michel

 4 min 48 de lecture

C'est une montée en puissance qui arrive au bon moment pour l'équipe de France. Karl Konan traverse le championnat d'Europe comme s'il faisait partie du groupe depuis plusieurs années. L'Aixois garde toute sa lucidité et reste conscient qu'à 26 ans, il manque encore d'expérience au niveau international. Parmi ses inconditionnels, Thierry Anti son coach lorsqu'il porte les couleurs du club provençal.

Lorsqu’à la fin du mois de décembre, Luka Karabatic blessé à la cuisse droite, s’est résigné à ne pas participer à l’Euro, Guillaume Gille héritait d’un nouveau casse-tête à résoudre. Comment pallier l’absence du pivot parisien, essentiel dans son système défensif ? Comment en si peu de temps, recréer les affinités, les automatismes et surtout avec qui ?  Qui serait associé, soit à Ludo Fabrégas, soit à Nicolas Tournat ou pourquoi pas à Nikola Karabatic pour verrouiller l’axe central ? C’est là que la solution de lancer Karl Konan malgré son inexpérience à ce niveau de la compétition, s’est présentée quasiment comme une évidence. Un galop d’essai concluant au cours de l’ultime match de préparation contre l’Allemagne mais surtout une prestation remarquée et unanimement validée face à la Croatie. « Passer derrière Luka et de le suppléer à ce poste, c’est déjà une sacrée responsabilité, reconnaît l’intéressé. On ressent de la fierté (d’y être), de la motivation et l’envie de montrer qu’on a le niveau. » Le cheminement du gamin de Cocody, commune dans la périphérie d’Abidjan n’a pas été de tout repos. Des débuts au basket, une scolarité dans un internat militaire puis une rencontre déterminante.  En 2010, Daouda Karaboué, anime un stage de détection dans son pays natal, la Côte d’Ivoire pour son association DK Cœur Afrique. Le feeling entre les deux hommes est immédiat. « On s’est fait confiance d’entrée et c’est lui qui m’a incité à tenter ma chance dans des clubs en France. J’ai quitté ma famille, mes amis, mes études de droit pour espérer me lancer dans une carrière de sportif de haut niveau. » Sous l’aile protectrice du gardien de l’équipe de France, Karl Konan fait la tournée de quelques centres de formation. Cesson-Rennes, Chambéry, Nantes... les retours ne sont pas ceux espérés. C’est finalement Aix qui va retenir le gaillard d’1.96 m. Moins de deux ans plus tard, il signe son 1er contrat pro et devient un élément incontournable de l’effectif provençal. « A Aix, j’ai été parfaitement intégré et de mon côté, je n’ai eu aucun souci pour m’adapter. » En 2020, nouvelle rencontre cruciale dans la vie du jeune franco-ivoirien. Thierry Anti vient de rentrer du Portugal et a pris les commandes sportives du PAUC.



Le coach est tout de suite conquis par la personnalité de son joueur. «C’est quelqu’un de très bien élevé. Il est respectueux de son environnement, bienveillant à l’égard de tous mais il est relativement discret. Je ne sais pas si c’est de la timidité mais il tient compte de la hiérarchie qui peut exister. Cela ne l’empêche pas de faire son chemin. Sans extravagance. » Et après sept saisons dans la cité de Paul Cézanne, l’été prochain, Karl ira renforcer les rangs de Montpellier. « Je pense que c’est un bon choix pour lui, valide Ludovic Fabrégas qui connait parfaitement la structure héraultaise. C’est un club qui a plus de vécu et peut-être un peu plus d’expérience, de présence sur les compétitions européennes qu’Aix. A Montpellier, il va grandir Lorsqu’il est arrivé en équipe de France, on l’a accueilli à bras ouverts, on sait que c’est quelqu’un qui est en capacité de jouer au plus haut niveau. » Ce dont est totalement convaincu Thierry Anti. «Ces dernières années, il s’est affirmé en défense. Il est très mobile et capable de se projeter vers l’avant et marquer des buts en montée de balle. Je sais qu’il aimerait évoluer un peu plus de temps en attaque. » Et le technicien ne pas hésiter à faire un parallèle plutôt flatteur avec un autre spécialiste du poste « Je ne peux m’empêcher de penser à Rock (Feliho). Il lui a fallu du temps pour s’affirmer dans ce rôle qui a fait ensuite sa notoriété. Karl va progresser mais ce n’est pas dans sa nature de provoquer l’adversaire. Il avance par étapes et sait parfaitement où il va, sans se précipiter. C'est sans doute son côté africain qui rejaillit. » A 26 ans et même s’il ne court pas après un objectif individuel, Karl Konan pourrait très bien faire partie des révélations de ce championnat d’Europe. Quelle richesse dès lors de le savoir dans un effectif qui a du se passer pour l’occasion, de Luka Karabatic et où l’association avec Ludo Fabrégas fonctionne parfaitement. « Je ne voudrais pas tomber dans la comparaison entre joueurs, s’empresse de noter le coach du PAUC, mais Karl pour moi, au-delà de l’expérience qu’il va devoir acquérir sur la scène internationale, a largement le niveau. Donc, que tu l’associes à Luka, à Ludovic ou à d’autres, il fera toujours le job. Et je pense même qu’il n’a pas tout montré. Il arrivait dans le groupe France et s’est inscrit dans le projet de jeu. Il a rencontré parfois des difficultés mais ce n’est pas trop de sa faute, sur le rapport avec les joueurs sur l’extérieur qui ne fermaient pas suffisamment. Mais il va jouer plus fort. Il prend moins d’initiatives qu’il ne le fait à Aix, notamment dans la profondeur, mais ça va venir.» Pour Karl Konan, l’année 2022 commence aussi intensément que 2021 ne s’était terminé. L’Aixois est devenu papa d’une petite fille en décembre, avant de connaître les joies d’un Euro au sein de l’équipe de France. Que demander de plus ?