bandeau handzone

A la rencontre de Helene Gigstad Fauske

Champion's League

jeudi 13 janvier 2022 - © Philippe Riou

 2 min 33 de lecture

Recrutée pour pallier le départ de Bella Gullden, cette internationale norvégienne est à la mène du Brest Bretagne Handball, vice-champion d’Europe, depuis le début du championnat. A quelques jours pour Brest de faire son retour en Ligue des Champions face aux Hongroises de Ferencvaros, présentation de cette toute nouvelle pépite venue du Nord et qui s’installe de plus en plus comme une des armes fatales du BBH.


Une handballeuse qui n’a pas trop eut le choix.
Fille d’une très bonne joueuse de D1 du championnat norvégien, c’est dès 6 ans qu’elle commence le hand. Au départ dans une équipe de garçons, et bien évidemment coachée par sa maman dans le club de sa ville Stabæk en périphérie d’Oslo (qui a également formé Stine Oftedal et Silje Solberg). La méthode a sans doute été bonne puisque en 2017, à 20 ans, Helene Fauske obtient le titre de meilleure arrière gauche du championnat norvégien.

Mais dans une logique de progression, elle signe dès la saison suivante, chez les voisines danoises, à Herning-Ikast pour parfaire sa formation. Elle y découvrira la Champion’s League (avec même une rencontre à Brest, il y a 3 ans). Méthode une nouvelle fois positive, puisque le titre de meilleure demi-centre, cette fois, du championnat danois lui sera décerné en 2019. Déjà contactée par le BBH, ce n’est pourtant qu’en 2021 qu’elle débarquera à Brest. Au niveau international, bien que dans le groupe des 35 joueuses présélectionnées fournit aux organisateurs EHF/IHF, elle n’apparaît plus en compétition depuis 2020. Il est vrai que sur la base arrière norvégienne, la concurrence est plus que rude et le palmarès et l’expérience des taulières en place est telle qu’il lui faudra attendre sans doute encore un peu pour s’installer de plein pied dans le groupe des reines du Nord.



Et en France ?
Cinq mois et 10 rencontres après ses débuts en Ligue Butagaz Energie, Helene Fauske, bien installée à la mène du BBH, a pu montrer aussi ses qualités de buteuse avec 46 unités (et 27 en EHFCL) et la relation avec Pauletta Foppa s’est bien affinée. Si elle trouve le jeu en LBE plus sophistiqué et exigeant que celui du championnat danois (plus stéréotypé), avec notamment des joueuses aux meilleures qualités individuelles, elle a dû développer une attention défensive de tous les instants.

Bien que suivant des cours de français, et aidée par Tonje Loseth et Sandra Toft, elle déplore un peu le faible niveau en langue anglaise des Français. Elle suit également un programme adapté de cours de marketing et management avec l’Université d’Oslo.  Au rayon anecdote, elle est très surprise par la « sieste » digestive demandée aux joueuses, par les longs déplacements en LBE et trouve que ses co-équipières mangent un peu trop souvent des crêpes et galettes .

Si elle ne regrette absolument pas d’être venue en France, c’est bien l’affluence et l’ambiance dans les salles qui retiennent son attention. Alors qu’au Danemark, 1200 spectateurs sont un maximum, les habituels 3 000 à 4 000 spectateurs/supporters de la Brest Arena l’émerveillent et l’enthousiasment.

 

A la rencontre de Helene Gigstad Fauske 

Champion's League

jeudi 13 janvier 2022 - © Philippe Riou

 2 min 33 de lecture

Recrutée pour pallier le départ de Bella Gullden, cette internationale norvégienne est à la mène du Brest Bretagne Handball, vice-champion d’Europe, depuis le début du championnat. A quelques jours pour Brest de faire son retour en Ligue des Champions face aux Hongroises de Ferencvaros, présentation de cette toute nouvelle pépite venue du Nord et qui s’installe de plus en plus comme une des armes fatales du BBH.


Une handballeuse qui n’a pas trop eut le choix.
Fille d’une très bonne joueuse de D1 du championnat norvégien, c’est dès 6 ans qu’elle commence le hand. Au départ dans une équipe de garçons, et bien évidemment coachée par sa maman dans le club de sa ville Stabæk en périphérie d’Oslo (qui a également formé Stine Oftedal et Silje Solberg). La méthode a sans doute été bonne puisque en 2017, à 20 ans, Helene Fauske obtient le titre de meilleure arrière gauche du championnat norvégien.

Mais dans une logique de progression, elle signe dès la saison suivante, chez les voisines danoises, à Herning-Ikast pour parfaire sa formation. Elle y découvrira la Champion’s League (avec même une rencontre à Brest, il y a 3 ans). Méthode une nouvelle fois positive, puisque le titre de meilleure demi-centre, cette fois, du championnat danois lui sera décerné en 2019. Déjà contactée par le BBH, ce n’est pourtant qu’en 2021 qu’elle débarquera à Brest. Au niveau international, bien que dans le groupe des 35 joueuses présélectionnées fournit aux organisateurs EHF/IHF, elle n’apparaît plus en compétition depuis 2020. Il est vrai que sur la base arrière norvégienne, la concurrence est plus que rude et le palmarès et l’expérience des taulières en place est telle qu’il lui faudra attendre sans doute encore un peu pour s’installer de plein pied dans le groupe des reines du Nord.



Et en France ?
Cinq mois et 10 rencontres après ses débuts en Ligue Butagaz Energie, Helene Fauske, bien installée à la mène du BBH, a pu montrer aussi ses qualités de buteuse avec 46 unités (et 27 en EHFCL) et la relation avec Pauletta Foppa s’est bien affinée. Si elle trouve le jeu en LBE plus sophistiqué et exigeant que celui du championnat danois (plus stéréotypé), avec notamment des joueuses aux meilleures qualités individuelles, elle a dû développer une attention défensive de tous les instants.

Bien que suivant des cours de français, et aidée par Tonje Loseth et Sandra Toft, elle déplore un peu le faible niveau en langue anglaise des Français. Elle suit également un programme adapté de cours de marketing et management avec l’Université d’Oslo.  Au rayon anecdote, elle est très surprise par la « sieste » digestive demandée aux joueuses, par les longs déplacements en LBE et trouve que ses co-équipières mangent un peu trop souvent des crêpes et galettes .

Si elle ne regrette absolument pas d’être venue en France, c’est bien l’affluence et l’ambiance dans les salles qui retiennent son attention. Alors qu’au Danemark, 1200 spectateurs sont un maximum, les habituels 3 000 à 4 000 spectateurs/supporters de la Brest Arena l’émerveillent et l’enthousiasment.

 

Dans la même rubrique

Champion's League
dimanche 16 janvier 2022
  
Champion's League
jeudi 9 décembre 2021
  
Champion's League
mercredi 8 décembre 2021
  
Champion's League
jeudi 2 décembre 2021
  
Champion's League
mercredi 1 décembre 2021
  
  1 2 3 4   

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#10 Brest FTC-Rail Cargo Reporté
#10 Esbjerg Koprivnica 29/01/2022 18:00
#10 Buducnost CSM Bucarest 25 31 15/01/2022 18:00
#10 Dortmund F Rostov-Don 25 31 15/01/2022 18:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#11 Esbjerg FTC-Rail Cargo 22/01/2022 00:00
#11 Koprivnica Brest 22/01/2022 00:00
#11 CSM Bucarest Dortmund F 22/01/2022 00:00
#11 Rostov-Don Buducnost 22/01/2022 00:00

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Esbjerg 15 9 7 1 1
2 FTC-Rail Cargo 14 9 6 2 1
3 Rostov-Don 14 10 7 0 3
4 CSM Bucarest 10 9 5 0 4
5 Dortmund F 9 10 4 1 5
6 Brest 8 8 4 0 4
7 Koprivnica 2 9 1 0 8
8 Buducnost 2 10 1 0 9