bandeau handzone

Chambéry enfonce un peu plus Montpellier

LMSL

dimanche 21 novembre 2021 - © Yves Michel

 5 min 2 de lecture

Montpellier tourne le dos au championnat, après une nouvelle défaite, cette fois-ci dans l'antre chaud bouillant de Chambéry (27-23). Le début de saison des Héraultais en Starligue est catastrophique. A peine quatre succès en dix journées pour surtout cinq défaites et un écart qui se creuse certes sur Paris, toujours invaincu, mais aussi et surtout sur Nantes et Aix qui s'affirment en dauphins potentiels. Le championnat n'en est qu'à son tiers, la situation n'est qu'un instantané mais le MHB cultive le paradoxe. Leaders de leur poule en Ligue des Champions, les hommes de Patrice Canayer n'arrivent pas à correctement s'exprimer dans la compétition domestique majeure.

La Maison de Savoie repose sur de solides fondations. Même si depuis le début de la saison, la courbe de ses résultats était sinusoïdale avec un réel faux-pas à domicile face à Chartres,  Chambéry était plutôt dans les clous, s’étant incliné à Limoges, à Paris (qui compte dix succès en autant de sorties à Coubertin ou ailleurs) et au Parnasse nîmois. Depuis le revers chartrain, les hommes d’Erick Mathé avaient pu relever ce véritable affront au Phare et la venue de Montpellier, était pourquoi pas la bonne occasion de se réconcilier avec une partie du public devenue versatile au fil des années. Le décor était planté. Une arène chaud bouillante, des supporters au rendez-vous et à l’arrivée, la promesse de drainer du sang et des larmes. Mais pour qui le trop-plein d’émotion ? Même si les Héraultais étaient donnés favoris, il y avait dans l’esprit chambérien, cette volonté de briller. D’autant que l’adversaire et c’est là toute son ambiguïté, excelle aux confins de l’Europe mais a du mal à instaurer une régularité dans son propre championnat. Et ça, les locaux en étaient pleinement conscients. En Starligue, le MHB n’est pas ou plus un épouvantail à carapace épineuse. Patiemment et surtout sans s’affoler, les Savoyards ont attendu le bon moment pour porter l’estocade. Dans les vingt dernières minutes. Jusque-là, c’était plutôt leur hôte qui avait pris l’ascendant au tableau d’affichage. Sans prendre plus de deux longueurs d’écart (12-13 à la pause). Au retour des vestiaires, profitant de quelques largesses adverses en défense et un manque de réussite au tir, celui du Slovène Skube trouvant le montant d’un Marin Sego qui était semble-t-il dans un grand jour, Montpellier va s’offrir une vraie respiration. Trois buts d’avance (14-17) et la promesse que le rouleau compresseur qui quelques semaines plus tôt avait marché sur Kiel, pouvait avoir le même effet. Sauf que si Sego était au rendez-vous, en face, un Helvète plein de malice était motivé comme jamais. Nikola Portner n’a en fait jamais digéré le sort que le coach languedocien lui a réservé il y a de ça deux ans, le cantonnant pendant toute une saison dans les tribunes de Bougnol ou dans le moelleux de son canapé. Et quand Montpellier se présente, le Suisse voit rouge. Ses bras s’allongent et sa détente est décuplée. 



Et en ce dimanche, c’est lui qui au 9ème de ses treize arrêts a montré la voie, a battu le rappel. Derrière, c’est un autre ancien de la maison héraultaise Jean Loup Faustin qui a planté son 7 mètres. Ensuite, c’est le petit (par la taille) Tissot qui est bien plus que la doublure de Benjamin Richert (blessé à la cheville) qui a affûté ses banderilles. Pendant ce temps, le MHB perdait ballon  sur ballon, balbutiait son handball, Gudmundsson avait perdu son sens de l’orientation, Moscariello, son latin. Seul Lucas Pellas entretenait une flamme des plus vacillantes. Même Valentin Porte qui depuis sa blessure post olympique avait montré dans un rôle inhabituel de spectateur, une certaine impatience, était lui aussi dans l’incapacité de sauver le navire. Son compère gaucher, Julien Bos, si fringant en Ligue des Champions, ne produisait pas mieux. Bref, le naufrage était collectif. Nikola Portner était parfait dans son rôle de trublion démoralisant. Bien aidé par l’organisation défensive autour de Pierre Paturel et les prises de responsabilité d’un Tritta métronomique. A l’entame du money-time, rien n’était acquis. Les locataires du Phare, poussés par le peuple ambiant, avaient deux unités d’avance. Ils vont pourtant bénéficier d’un alignement des planètes. Un mauvais changement, plaçant le MHB en infériorité numérique avec la sortie de Sego et Harun Hodzic détournant à moins de 2 minutes du terme, avec l’aide du poteau, un 7 mètres d’un Pellas, pourtant spécialiste du genre. Le gamin de 21 ans binôme d'un sublimissime Portner, récidivera une seconde et ultime fois devant Kyllian Villeminot. Que le meneur de jeu montpelliérain ne se torture pas. Si sa tentative s’était avérée fructueuse, elle n’aurait rien changé à l’épilogue et à une défaite que ses partenaires auront encore un peu plus de mal à digérer (27-23). Ce dimanche 21 novembre, Montpellier a concédé son 5ème revers en championnat de la saison. Et le constat est cinglant, les Héraultais ne cherchent pas de fausses excuses. « On est malade, très malade, reconnait Valentin Porte. Il y a encore une fois je pense, un abcès à crever mais on ne peut pas avoir ce visage qu’on montre depuis le début en championnat. Ce qui nous fait défaut, c’est de la confiance avec l’impression qu’on a de bonnes phases et que quand ça commence à se compliquer, tout le monde a la main qui tremble, le ballon est lourd et on n’est pas nous-mêmes. Il y a un problème, on ne peut pas rester sans réaction. On va essayer de le régler mais j’ai peur que ça soit un peu tard. »  Le bilan comptable au classement, est implacable. Dans le championnat à 15 en considérant que le PSG est au-dessus du lot, le MHB compte six points de retard sur Nantes et Pays d’Aix et trois sur un trio dont fait partie Nîmes, son prochain visiteur samedi 27, au FDI Stadium (nouveau nom donné à Bougnol). Entre temps (ce mercredi), il y aura la Ligue des Champions, là où les joueurs de Canayer se sentent si bien, face aux Norvégiens d’Elverum.  

Chambéry enfonce un peu plus Montpellier  

LMSL

dimanche 21 novembre 2021 - © Yves Michel

 5 min 2 de lecture

Montpellier tourne le dos au championnat, après une nouvelle défaite, cette fois-ci dans l'antre chaud bouillant de Chambéry (27-23). Le début de saison des Héraultais en Starligue est catastrophique. A peine quatre succès en dix journées pour surtout cinq défaites et un écart qui se creuse certes sur Paris, toujours invaincu, mais aussi et surtout sur Nantes et Aix qui s'affirment en dauphins potentiels. Le championnat n'en est qu'à son tiers, la situation n'est qu'un instantané mais le MHB cultive le paradoxe. Leaders de leur poule en Ligue des Champions, les hommes de Patrice Canayer n'arrivent pas à correctement s'exprimer dans la compétition domestique majeure.

La Maison de Savoie repose sur de solides fondations. Même si depuis le début de la saison, la courbe de ses résultats était sinusoïdale avec un réel faux-pas à domicile face à Chartres,  Chambéry était plutôt dans les clous, s’étant incliné à Limoges, à Paris (qui compte dix succès en autant de sorties à Coubertin ou ailleurs) et au Parnasse nîmois. Depuis le revers chartrain, les hommes d’Erick Mathé avaient pu relever ce véritable affront au Phare et la venue de Montpellier, était pourquoi pas la bonne occasion de se réconcilier avec une partie du public devenue versatile au fil des années. Le décor était planté. Une arène chaud bouillante, des supporters au rendez-vous et à l’arrivée, la promesse de drainer du sang et des larmes. Mais pour qui le trop-plein d’émotion ? Même si les Héraultais étaient donnés favoris, il y avait dans l’esprit chambérien, cette volonté de briller. D’autant que l’adversaire et c’est là toute son ambiguïté, excelle aux confins de l’Europe mais a du mal à instaurer une régularité dans son propre championnat. Et ça, les locaux en étaient pleinement conscients. En Starligue, le MHB n’est pas ou plus un épouvantail à carapace épineuse. Patiemment et surtout sans s’affoler, les Savoyards ont attendu le bon moment pour porter l’estocade. Dans les vingt dernières minutes. Jusque-là, c’était plutôt leur hôte qui avait pris l’ascendant au tableau d’affichage. Sans prendre plus de deux longueurs d’écart (12-13 à la pause). Au retour des vestiaires, profitant de quelques largesses adverses en défense et un manque de réussite au tir, celui du Slovène Skube trouvant le montant d’un Marin Sego qui était semble-t-il dans un grand jour, Montpellier va s’offrir une vraie respiration. Trois buts d’avance (14-17) et la promesse que le rouleau compresseur qui quelques semaines plus tôt avait marché sur Kiel, pouvait avoir le même effet. Sauf que si Sego était au rendez-vous, en face, un Helvète plein de malice était motivé comme jamais. Nikola Portner n’a en fait jamais digéré le sort que le coach languedocien lui a réservé il y a de ça deux ans, le cantonnant pendant toute une saison dans les tribunes de Bougnol ou dans le moelleux de son canapé. Et quand Montpellier se présente, le Suisse voit rouge. Ses bras s’allongent et sa détente est décuplée. 



Et en ce dimanche, c’est lui qui au 9ème de ses treize arrêts a montré la voie, a battu le rappel. Derrière, c’est un autre ancien de la maison héraultaise Jean Loup Faustin qui a planté son 7 mètres. Ensuite, c’est le petit (par la taille) Tissot qui est bien plus que la doublure de Benjamin Richert (blessé à la cheville) qui a affûté ses banderilles. Pendant ce temps, le MHB perdait ballon  sur ballon, balbutiait son handball, Gudmundsson avait perdu son sens de l’orientation, Moscariello, son latin. Seul Lucas Pellas entretenait une flamme des plus vacillantes. Même Valentin Porte qui depuis sa blessure post olympique avait montré dans un rôle inhabituel de spectateur, une certaine impatience, était lui aussi dans l’incapacité de sauver le navire. Son compère gaucher, Julien Bos, si fringant en Ligue des Champions, ne produisait pas mieux. Bref, le naufrage était collectif. Nikola Portner était parfait dans son rôle de trublion démoralisant. Bien aidé par l’organisation défensive autour de Pierre Paturel et les prises de responsabilité d’un Tritta métronomique. A l’entame du money-time, rien n’était acquis. Les locataires du Phare, poussés par le peuple ambiant, avaient deux unités d’avance. Ils vont pourtant bénéficier d’un alignement des planètes. Un mauvais changement, plaçant le MHB en infériorité numérique avec la sortie de Sego et Harun Hodzic détournant à moins de 2 minutes du terme, avec l’aide du poteau, un 7 mètres d’un Pellas, pourtant spécialiste du genre. Le gamin de 21 ans binôme d'un sublimissime Portner, récidivera une seconde et ultime fois devant Kyllian Villeminot. Que le meneur de jeu montpelliérain ne se torture pas. Si sa tentative s’était avérée fructueuse, elle n’aurait rien changé à l’épilogue et à une défaite que ses partenaires auront encore un peu plus de mal à digérer (27-23). Ce dimanche 21 novembre, Montpellier a concédé son 5ème revers en championnat de la saison. Et le constat est cinglant, les Héraultais ne cherchent pas de fausses excuses. « On est malade, très malade, reconnait Valentin Porte. Il y a encore une fois je pense, un abcès à crever mais on ne peut pas avoir ce visage qu’on montre depuis le début en championnat. Ce qui nous fait défaut, c’est de la confiance avec l’impression qu’on a de bonnes phases et que quand ça commence à se compliquer, tout le monde a la main qui tremble, le ballon est lourd et on n’est pas nous-mêmes. Il y a un problème, on ne peut pas rester sans réaction. On va essayer de le régler mais j’ai peur que ça soit un peu tard. »  Le bilan comptable au classement, est implacable. Dans le championnat à 15 en considérant que le PSG est au-dessus du lot, le MHB compte six points de retard sur Nantes et Pays d’Aix et trois sur un trio dont fait partie Nîmes, son prochain visiteur samedi 27, au FDI Stadium (nouveau nom donné à Bougnol). Entre temps (ce mercredi), il y aura la Ligue des Champions, là où les joueurs de Canayer se sentent si bien, face aux Norvégiens d’Elverum.  

Le match

 dimanche 21 novembre 2021

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 19 | Buts : 8 | Pd : 0 | Int : 0
 Top Gardien
Eval : 10 | Arr Tot : 13 / 35 (37,1 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#12 Créteil Limoges 32 31 03/12/2021 20:30
#12 Chambéry Cesson 31 27 02/12/2021 20:00
#12 Toulouse Montpellier 05/12/2021 15:30
#12 Paris Nancy 05/12/2021 17:00
#12 Istres St Raphael Reporté
#12 Aix en Provence Saran Reporté
#12 Nîmes Nantes 04/12/2021 20:30
#12 Chartres Dunkerque 27 26 03/12/2021 19:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#13 Montpellier Chartres 09/12/2021 20:00
#13 Toulouse Créteil 09/12/2021 20:00
#13 Nancy Nîmes 09/12/2021 20:00
#13 Cesson Istres 09/12/2021 20:00
#13 St Raphael Aix en Provence 09/12/2021 20:00
#13 Saran Paris 09/12/2021 20:00
#13 Nantes Chambéry 09/12/2021 20:00
#13 Limoges Dunkerque 09/12/2021 20:00

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Paris 22 11 11 0 0
2 Aix en Provence 17 11 8 1 2
3 Nantes 17 11 8 1 2
4 St Raphael 14 11 6 2 3
5 Chambéry 14 12 7 0 5
6 Cesson 13 12 6 1 5
7 Nîmes 12 11 5 2 4
8 Montpellier 11 11 5 1 5
9 Chartres 11 12 5 1 6
10 Toulouse 10 11 4 2 5
11 Créteil 9 12 4 1 7
12 Dunkerque 8 12 4 0 8
13 Limoges 8 12 3 2 7
14 Saran 6 11 3 0 8
15 Istres 6 11 2 2 7
16 Nancy 4 11 2 0 9