bandeau handzone

Après Nantes, Cesson veut s'étalonner face à St Raphaël

LMSL

vendredi 17 septembre 2021 - © Yves Michel

 6 min 53 de lecture

2ème journée en Starligue avec notamment le déplacement de Cesson à St Raphaël. A domicile, les Varois veulent rester sur la lancée du point pris dimanche à Montpellier et les Bretons sont curieux de savoir s'ils peuvent voyager après leur victoire face à Nantes. Dans la banlieue rennaise, tous les voyants sont au vert et les recrues à l'image de Robin Molinié, sont parfaitement intégrées.

 

 

A Cesson, quand le calendrier de Starligue a été dévoilé, les visages s’étaient fermés. Lors des cinq premières journées, entre Nantes, St Raphaël, Paris et Montpellier, seul Saran programmé à domicile lors de la 3ème journée, paraissait l’adversaire le plus abordable. En Bretagne, un avis de tempête était annoncé et les 14èmes de la saison dernière n’avaient pas grand espoir de récolter beaucoup de points. Match inaugural à la Glaz Arena face à des Nantais qu’ils n’avaient pas battu depuis six saisons. Libérés de toute pression, ils ont réussi l’impensable en s’imposant de deux buts (29-27). « Devant notre public, la soirée a été parfaite, se plait à reconnaître Robin Molinié (photo de tête). Ça nous offre le plein de confiance et de certitudes pour aborder la suite et pour une recrue comme moi, c’est la manière idéale d’être intégré au club. Avec ce qui nous attend sur ces 1ères journées, on va pouvoir s’étalonner par rapport à ce qui se fait de mieux et donc évaluer notre niveau.» L’ancien Cristolien fait partie des sept éléments qui à l’intersaison sont venus renforcer le club. Un mélange de joueurs d’expérience et de jeunes prometteurs. « Cela faisait un moment qu’on se tournait autour avec Cesson et quand les planètes ont pu s’aligner, c’était une évidence d’y aller. Surtout que le président et le coach ont été très clairs. J’aurai un rôle à jouer et des responsabilités à assumer. Me sentir utile avec une vraie mission ne peut que me motiver. » Et déjà sur la base arrière, sa complicité, sa complémentarité avec l’indéboulonnable Romain Briffe (photo du bas) commencent à produire son effet. Le nouveau venu occupe le poste de demi-centre, l’autre, celui d’arrière gauche. « On se connaissait mais on n’avait jamais évolué ensemble. D’entrée, on a trouvé les bons automatismes. Au-delà des matches pour mettre en place la tactique, la prépa a été très importante pour souder les liens Et puis, six des sept recrues sont françaises et même Rudy (Faluvegi, l’arrière hongrois) a évolué en France (à Nantes et à… Cesson entre 2017 et 2019). L’intégration n’a pas été trop longue à réaliser. Ça s’est senti tout de suite que le groupe avait la capacité de bien vivre ensemble. » Et c’est cette cohésion et cette volonté à ne rien lâcher qui le week-end dernier, ont surpris les Nantais. « Le tout est de savoir si on est capable de renouveler ce qu’on a fait contre Nantes. »  Et ce vendredi, Robin Molinié et ses partenaires effectuent un long déplacement à St Raphaël. Une destination familière pour celui qui a effectué tout son apprentissage avant de passer pro au sein du club varois.



Et même s’ils ont connu dans la coulisse (voir plus bas), un été plutôt mouvementé, les Azuréens ont marqué les esprits lors de la 1ère journée en allant décrocher un point à Montpellier. Et ils auraient même pu l’emporter. « En tout cas, ils ne sont ni en rodage, ni dans une période de transition. C’est un nouveau test pour nous mais on va se présenter comme on l’a fait contre Nantes. Sans pression, en restant humbles mais en se disant qu’il y a moyen d’aller décrocher un résultat. » A Cesson, l’appétit des Irréductibles viendraient-ils en mangeant ? En queue de classement en juin à 2 pts d’Ivry le 1er relégué, en Proligue la saison précédente, les fins de championnat sont plutôt incertaines et pénibles à négocier. « La régularité est la condition majeure si on veut exister. Avoir le maintien comme objectif, c’est bien et ça se comprend mais je pense que Cesson doit se sortir de son image de petit club. Il faut bien-sûr garder cette ambiance familiale qui le caractérise encore mais avec l’outil fabuleux de la Glaz Arena, on doit avoir plus d’ambitions. » Les adversaires directs si tant est, hormis Paris, que cela existe sont repérés mais si les Bretons peuvent s’offrir quelques extras comme le "H", ils ne s’en priveront pas. « Il faut garder les pieds sur terre. On sait qu’on ne va pas tout gagner mais comme le programme est moins chargé que la saison dernière et qu’il n’y aura pas de match tous les trois jours, il n’y a aucun calcul à faire. Et quel que soit l’adversaire. » A 31 ans (depuis ce mercredi), le Grenoblois d’origine entend bien relever le défi et participer à l’effort collectif d’installer Cesson dans un contexte plus apaisé. « On n’a pas le matériel pour viser le Top 5 mais on peut s’en rapprocher. Dans le jeu, il y a pas mal de choses à améliorer, notamment sur attaque placée. Mais je suis confiant, d’autant que tout le monde participe et le coach est à l’écoute.» Sébastien Leriche (36 ans) est le plus jeune entraîneur de Starligue et cela facilite le contact. Le staff s’est aussi musclé avec l’arrivée de Yann Lemaire (ancien responsable du centre de formation de Chartres) comme adjoint et Thibault Minel (le frère de Quentin) comme préparateur physique. « Il a l’âge de certains joueurs (26 ans) et apporte une vraie plus-value. Le mix de toutes ces compétences est vraiment très cohérent. » Comme le sont aussi les retrouvailles avec le public et les travées de la Glaz Arena enfin animées et bruyantes. « On avait presque perdu l’habitude d’avoir cette présence autour du terrain. On prend du plaisir à partager avec les gens qui nous soutiennent. Il y avait 2500 spectateurs contre Nantes et si les résultats suivent, cela peut encore monter. Il y a encore de la marge (jusqu’aux 4500 places) Un bon résultat ramené de Saint Raphaël serait la meilleure publicité pour déplacer les foules. D’autant que la semaine prochaine (dimanche 28) face au promu saranais, c’est le genre de rendez-vous à ne surtout pas rater.  

 
A St Raphaël, le Var est dans le fruit  
 

Dans le Var, on appelle cela « la fin d’un cycle ». Huit joueurs (puisque Mapu et Marescot ont prolongé) sont en fin de contrat et si les Roumains Popescu et Simicu savent qu’ils vivent leur dernière saison sous les couleurs raphaéloises, l’incertitude est totale sur le sort de Barachet (photo ci-dessus), Gayduchenko, Kolakovic, Melic, Sarmiento et Alexandre Demaille. Confronté à l’arrivée l’été prochain de Vincent Gérard qui devrait régner sans grand partage sur les cages, le gardien de buts qui excepté deux saisons à Dunkerque n’a connu que le SRVHB comme seul refuge depuis son entrée au centre de formation, envisage de changer d’air. Nîmes serait sur les rangs afin de pallier le départ de Rémi Desbonnet pour Montpellier. La question de l’entraîneur est tranchée depuis la mi-août. Dan Rares Fortuneanu effectuera son dernier tour de piste et laissera les commandes à Benjamin Braux, actuellement à Nancy. L’ancien technicien tremblaysien a ainsi tout le temps nécessaire pour trouver un toit sur la côte d’Azur.  Prouver que se séparer d’eux est une erreur, est la volonté affichée par ceux qui ne connaissent pas leur destin. Le comportement de l’équipe dimanche dernier à Montpellier ressemble à une garantie de… solvabilité. A voir contre Cesson puis en suivant contre Dunkerque, toujours à domicile et une série d’oppositions largement à la portée du 8ème budget de l’élite (Nancy, Saran, Limoges, Chartres). 

 

 

 

Créteil flambe

Est-ce l'effet Barbeito ? Toujours est-il que l'US Créteil reste sur un sans-faute en ce début de saison. Après une belle victoire face à Dunkerque (34-29), les Val-de-Marnais dirigés par le technicien espagnol qui dans un 1er temps viseront le maintien, sont allés prendre deux précieux points ce jeudi soir en s'imposant chez un des promus, à Saran (25-28). Toujours grâce aux mêmes "Tontons Flingueurs". Le pivot Valentin Aman qui rajoute 8 buts aux 9 inscrits la semaine dernière et l'arrière futur parisien Yoann Gibelin qui totalise 15 réalisations en deux matches. Ce qui est pris, n'est plus à prendre ! 

Après Nantes, Cesson veut s'étalonner face à St Raphaël 

LMSL

vendredi 17 septembre 2021 - © Yves Michel

 6 min 53 de lecture

2ème journée en Starligue avec notamment le déplacement de Cesson à St Raphaël. A domicile, les Varois veulent rester sur la lancée du point pris dimanche à Montpellier et les Bretons sont curieux de savoir s'ils peuvent voyager après leur victoire face à Nantes. Dans la banlieue rennaise, tous les voyants sont au vert et les recrues à l'image de Robin Molinié, sont parfaitement intégrées.

 

 

A Cesson, quand le calendrier de Starligue a été dévoilé, les visages s’étaient fermés. Lors des cinq premières journées, entre Nantes, St Raphaël, Paris et Montpellier, seul Saran programmé à domicile lors de la 3ème journée, paraissait l’adversaire le plus abordable. En Bretagne, un avis de tempête était annoncé et les 14èmes de la saison dernière n’avaient pas grand espoir de récolter beaucoup de points. Match inaugural à la Glaz Arena face à des Nantais qu’ils n’avaient pas battu depuis six saisons. Libérés de toute pression, ils ont réussi l’impensable en s’imposant de deux buts (29-27). « Devant notre public, la soirée a été parfaite, se plait à reconnaître Robin Molinié (photo de tête). Ça nous offre le plein de confiance et de certitudes pour aborder la suite et pour une recrue comme moi, c’est la manière idéale d’être intégré au club. Avec ce qui nous attend sur ces 1ères journées, on va pouvoir s’étalonner par rapport à ce qui se fait de mieux et donc évaluer notre niveau.» L’ancien Cristolien fait partie des sept éléments qui à l’intersaison sont venus renforcer le club. Un mélange de joueurs d’expérience et de jeunes prometteurs. « Cela faisait un moment qu’on se tournait autour avec Cesson et quand les planètes ont pu s’aligner, c’était une évidence d’y aller. Surtout que le président et le coach ont été très clairs. J’aurai un rôle à jouer et des responsabilités à assumer. Me sentir utile avec une vraie mission ne peut que me motiver. » Et déjà sur la base arrière, sa complicité, sa complémentarité avec l’indéboulonnable Romain Briffe (photo du bas) commencent à produire son effet. Le nouveau venu occupe le poste de demi-centre, l’autre, celui d’arrière gauche. « On se connaissait mais on n’avait jamais évolué ensemble. D’entrée, on a trouvé les bons automatismes. Au-delà des matches pour mettre en place la tactique, la prépa a été très importante pour souder les liens Et puis, six des sept recrues sont françaises et même Rudy (Faluvegi, l’arrière hongrois) a évolué en France (à Nantes et à… Cesson entre 2017 et 2019). L’intégration n’a pas été trop longue à réaliser. Ça s’est senti tout de suite que le groupe avait la capacité de bien vivre ensemble. » Et c’est cette cohésion et cette volonté à ne rien lâcher qui le week-end dernier, ont surpris les Nantais. « Le tout est de savoir si on est capable de renouveler ce qu’on a fait contre Nantes. »  Et ce vendredi, Robin Molinié et ses partenaires effectuent un long déplacement à St Raphaël. Une destination familière pour celui qui a effectué tout son apprentissage avant de passer pro au sein du club varois.



Et même s’ils ont connu dans la coulisse (voir plus bas), un été plutôt mouvementé, les Azuréens ont marqué les esprits lors de la 1ère journée en allant décrocher un point à Montpellier. Et ils auraient même pu l’emporter. « En tout cas, ils ne sont ni en rodage, ni dans une période de transition. C’est un nouveau test pour nous mais on va se présenter comme on l’a fait contre Nantes. Sans pression, en restant humbles mais en se disant qu’il y a moyen d’aller décrocher un résultat. » A Cesson, l’appétit des Irréductibles viendraient-ils en mangeant ? En queue de classement en juin à 2 pts d’Ivry le 1er relégué, en Proligue la saison précédente, les fins de championnat sont plutôt incertaines et pénibles à négocier. « La régularité est la condition majeure si on veut exister. Avoir le maintien comme objectif, c’est bien et ça se comprend mais je pense que Cesson doit se sortir de son image de petit club. Il faut bien-sûr garder cette ambiance familiale qui le caractérise encore mais avec l’outil fabuleux de la Glaz Arena, on doit avoir plus d’ambitions. » Les adversaires directs si tant est, hormis Paris, que cela existe sont repérés mais si les Bretons peuvent s’offrir quelques extras comme le "H", ils ne s’en priveront pas. « Il faut garder les pieds sur terre. On sait qu’on ne va pas tout gagner mais comme le programme est moins chargé que la saison dernière et qu’il n’y aura pas de match tous les trois jours, il n’y a aucun calcul à faire. Et quel que soit l’adversaire. » A 31 ans (depuis ce mercredi), le Grenoblois d’origine entend bien relever le défi et participer à l’effort collectif d’installer Cesson dans un contexte plus apaisé. « On n’a pas le matériel pour viser le Top 5 mais on peut s’en rapprocher. Dans le jeu, il y a pas mal de choses à améliorer, notamment sur attaque placée. Mais je suis confiant, d’autant que tout le monde participe et le coach est à l’écoute.» Sébastien Leriche (36 ans) est le plus jeune entraîneur de Starligue et cela facilite le contact. Le staff s’est aussi musclé avec l’arrivée de Yann Lemaire (ancien responsable du centre de formation de Chartres) comme adjoint et Thibault Minel (le frère de Quentin) comme préparateur physique. « Il a l’âge de certains joueurs (26 ans) et apporte une vraie plus-value. Le mix de toutes ces compétences est vraiment très cohérent. » Comme le sont aussi les retrouvailles avec le public et les travées de la Glaz Arena enfin animées et bruyantes. « On avait presque perdu l’habitude d’avoir cette présence autour du terrain. On prend du plaisir à partager avec les gens qui nous soutiennent. Il y avait 2500 spectateurs contre Nantes et si les résultats suivent, cela peut encore monter. Il y a encore de la marge (jusqu’aux 4500 places) Un bon résultat ramené de Saint Raphaël serait la meilleure publicité pour déplacer les foules. D’autant que la semaine prochaine (dimanche 28) face au promu saranais, c’est le genre de rendez-vous à ne surtout pas rater.  

 
A St Raphaël, le Var est dans le fruit  
 

Dans le Var, on appelle cela « la fin d’un cycle ». Huit joueurs (puisque Mapu et Marescot ont prolongé) sont en fin de contrat et si les Roumains Popescu et Simicu savent qu’ils vivent leur dernière saison sous les couleurs raphaéloises, l’incertitude est totale sur le sort de Barachet (photo ci-dessus), Gayduchenko, Kolakovic, Melic, Sarmiento et Alexandre Demaille. Confronté à l’arrivée l’été prochain de Vincent Gérard qui devrait régner sans grand partage sur les cages, le gardien de buts qui excepté deux saisons à Dunkerque n’a connu que le SRVHB comme seul refuge depuis son entrée au centre de formation, envisage de changer d’air. Nîmes serait sur les rangs afin de pallier le départ de Rémi Desbonnet pour Montpellier. La question de l’entraîneur est tranchée depuis la mi-août. Dan Rares Fortuneanu effectuera son dernier tour de piste et laissera les commandes à Benjamin Braux, actuellement à Nancy. L’ancien technicien tremblaysien a ainsi tout le temps nécessaire pour trouver un toit sur la côte d’Azur.  Prouver que se séparer d’eux est une erreur, est la volonté affichée par ceux qui ne connaissent pas leur destin. Le comportement de l’équipe dimanche dernier à Montpellier ressemble à une garantie de… solvabilité. A voir contre Cesson puis en suivant contre Dunkerque, toujours à domicile et une série d’oppositions largement à la portée du 8ème budget de l’élite (Nancy, Saran, Limoges, Chartres). 

 

 

 

Créteil flambe

Est-ce l'effet Barbeito ? Toujours est-il que l'US Créteil reste sur un sans-faute en ce début de saison. Après une belle victoire face à Dunkerque (34-29), les Val-de-Marnais dirigés par le technicien espagnol qui dans un 1er temps viseront le maintien, sont allés prendre deux précieux points ce jeudi soir en s'imposant chez un des promus, à Saran (25-28). Toujours grâce aux mêmes "Tontons Flingueurs". Le pivot Valentin Aman qui rajoute 8 buts aux 9 inscrits la semaine dernière et l'arrière futur parisien Yoann Gibelin qui totalise 15 réalisations en deux matches. Ce qui est pris, n'est plus à prendre ! 

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#7 Montpellier Paris 33 34 24/10/2021 17:00
#7 Créteil Aix en Provence 23 29 22/10/2021 20:00
#7 Chambéry Istres 34 27 21/10/2021 20:15
#7 Dunkerque Saran 25 24 22/10/2021 20:00
#7 Nîmes Toulouse 25 26 23/10/2021 20:00
#7 Cesson Limoges 35 28 21/10/2021 20:00
#7 St Raphael Chartres 32 28 22/10/2021 20:00
#7 Nantes Nancy 37 28 22/10/2021 20:30

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#8 Créteil Cesson 29/10/2021 20:00
#8 Chambéry Dunkerque 29/10/2021 20:00
#8 Toulouse St Raphael 29/10/2021 20:00
#8 Istres Nîmes 29/10/2021 20:00
#8 Nancy Montpellier 29/10/2021 20:00
#8 Aix en Provence Paris 29/10/2021 20:00
#8 Saran Nantes 29/10/2021 20:00
#8 Chartres Limoges 29/10/2021 20:00

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Paris 14 7 7 0 0
2 Aix en Provence 11 7 5 1 1
3 St Raphael 10 7 4 2 1
4 Nantes 9 7 4 1 2
5 Nîmes 8 7 4 0 3
6 Cesson 8 7 4 0 3
7 Chambéry 8 7 4 0 3
8 Montpellier 7 7 3 1 3
9 Chartres 7 7 3 1 3
10 Créteil 6 7 3 0 4
11 Limoges 5 7 2 1 4
12 Dunkerque 4 7 2 0 5
13 Nancy 4 7 2 0 5
14 Saran 4 7 2 0 5
15 Toulouse 4 7 2 0 5
16 Istres 3 7 1 1 5