bandeau handzone

Les joueurs de Montpellier vont devoir se serrer les coudes

Champion's League

mardi 14 septembre 2021 - © Yves Michel

 9 min 35 de lecture

Après une saison qui s'était prématurément terminée à cause du Covid et la suivante vécue en Ligue Européenne, Montpellier retrouve l'excellence de la Ligue des Champions. Ce mercredi, c'est une équipe héraultaise pas totalement au point et privée de son capitaine Valentin Porte qui affronte les Hongrois de Szeged (ce mercredi à 18h45). Un gros morceau et un piège majeur pour cette entrée dans l'épreuve reine.

Il faudra que le public soit présent, aussi nombreux sinon plus que dimanche à l’Arena contre St Raphaël, que les Blue Fox donnent du tambour et de la voix et que surtout, sur le parquet durant 60 minutes, il y ait un peu plus de cohésion et de lucidité. Que l’impression d’inachevé, d’à-peu-près laissée face aux Varois ait disparu. Que la moindre passe soit assurée, la moindre trajectoire un peu mieux calculée. Car en face, les joueurs de Pick Szeged sont tout, sauf des apprentis de la Ligue des Champions. Voilà deux décennies que les Hongrois évoluent au plus haut niveau européen. Leur plus grand regret ? N’avoir jamais atteint le Final Four alors que Montpellier HB a soulevé le trophée il y a 3 ans. Depuis cette soirée magique sur les bords du Rhin, le parcours des partenaires de Diego Simonet s’est soldé par un échec et une fin en queue de poisson avant de goûter à la Ligue Européenne et s’être arrêté en quarts face à Berlin. « On change de dimension, se plait à souligner le stratège argentin. Là, tu fais partie des seize meilleurs de la saison passée. Ça attire le public, les nouveaux sponsors et tu as plus de visibilité sur le plan international. Le plus difficile, c’est d’être à la hauteur, de réaliser un bon parcours. On s’est aperçu que pour réussir en Ligue des Champions, il fallait être régulier. » Comme tous les sportifs de la planète perturbés par la Covid, les Héraultais ont trouvé le temps long. Les 5000 personnes agglutinées ce dimanche dans l’Arena ont réchauffé les cœurs. Pour tourner la page et amorcer un retour vers le monde d’avant. Pourtant sur le plan sportif, le chantier est encore vaste. En phase de prépa, il y avait eu un coup de semonce face à Limoges (-12 en ayant encaissé 40 buts !) et puis donc, cette 1ère journée face à des Raphaélois qui ont commis moins de fautes et qui auraient pu s’imposer. Si… si… Marko Panic (photo de tête) n’avait pas surgi et placé son tir dans la lucarne de Popescu alors que le buzzer final allait retentir. Le Bosnien a parfaitement rempli son rôle et confirmé son statut. « C’est vrai, on a perdu beaucoup trop de ballons et ce n’est pas normal quand tu joues à la maison. A l’intersaison, le groupe a été renouvelé et tous les automatismes ne sont pas encore là. C’est normal qu’il y ait des hauts et des bas, c’est dans la tête qu’il faut rester concentré car du côté physique, je pense qu’on est au point. » L’arrière qui développe la particularité d’être adroit des deux mains va devoir combler le vide laissé sur le côté droit par Melvyn Richardson, parti à Barcelone. Et malgré une performance collective qui a laissé des regrets face aux Varois, il a été un des rares (avec Kévin Bonnefoi et Yanis Lenne) à rendre une copie sans ratures (8/9). « Cela ne me gêne pas qu’on me mette la pression par rapport au départ de Melvyn. C’est un grand joueur et si Barcelone l’a recruté, cela ne fait que confirmer son talent. C’est plutôt un honneur d’avoir ce défi à relever. Je vais donner tout ce que je peux pour occuper une place importante dans l’équipe. » Lors de la conférence de rentrée, Julien Deljarry, le président du MHB n’a pas hésité à investir l’ancien chambérien dans un rôle de leader. Ses cinq saisons en Savoie (entre 2012 et 2017) lui ont permis de se familiariser avec la langue mais également prendre la mesure du jeu "à la française". « Bien-sûr que c’est un avantage, acquiesce-t-il, et déjà à l’époque, le niveau du championnat était très élevé. » Et Marko n’avait laissé que des bons souvenirs, notamment sur le plan comptable. 309 buts inscrits en très exactement 119 matches de Starligue. « Le challenge ici, c’est de faire mieux. Quand je suis arrivé à Chambéry, j’étais encore jeune et je découvrais la rigueur du haut niveau. J’ai beaucoup travaillé et surtout, j’ai pris dix ans de plus. Je reviens en France dans un club qui est une référence et qui retrouve la Ligue des Champions. Je suis vraiment comblé. » De la continuité dans une trajectoire qui a mené le Bosnien en Pologne à Pulawy mais surtout au Meshkov Brest en Biélorussie. « La saison dernière, on a fait un bon parcours en Ligue des Champions puisqu’on a atteint les quarts de finale (avant d’être éliminé par Barcelone). Il faut avoir à l’esprit que seulement seize équipes disputent la phase de groupe. Les matches vont s’enchaîner et comme Montpellier veut jouer sur tous les tableaux, on va devoir bien gérer les organismes et compter sur tout le monde. » Alors c’est vrai, cette saison, Montpellier de par l’ampleur de son recrutement (100% étranger) va devoir freiner l’appétit de tous ses adversaires et surtout se montrer patient. Mais la patience demande du temps, ce que n’ont pas forcément les hommes de Patrice Canayer.



Avec, depuis la reprise officielle et le retour de tous les médaillés olympiques dans leur club respectif, l’absence de Valentin Porte. Le gaucher a ramené l’or de Tokyo mais également une blessure aux abdominaux qui ne lui permet pas d'être encore opérationnel. Dimanche, on l’a vu faire les 100 pas dans les travées de l’Arena, l’air contrit, torturé de ne pouvoir aider ses partenaires sur le parquet. Et face à Szeged, le capitaine du MHB laissera encore une fois le brassard à un autre gaucher, Yanis Lenne. « On attaque fort avec Szeged puis ensuite on devra aller à Aalborg et recevoir Kiel (sans oublier qu’intercalés, il y aura deux déplacements à Istres puis à Nantes), fait remarquer Diego Simonet (photo ci-dessus). » Quel mois de septembre où un nouveau retard à l’allumage pourrait handicaper Montpellier pour la suite. « On ne va pas se plaindre ! C’est tout simplement magnifique et beaucoup mieux d’être sollicité de cette façon que de passer du temps à l’entraînement (rires) ! Une carrière, c’est fragile, ça peut s’arrêter à tout moment. Il faut donc profiter à fond de tous les instants, en plus si c’est la Ligue des Champions. On sait dès le départ qu’on devra réaliser des exploits si on veut aller le plus loin possible. » La phase de groupe (voir sa composition ci-dessous) prendra fin le 9 mars 2022, les play-offs et les quarts sont programmés en suivant, le Final Four se déroulera à Cologne, les 18 et 19 juin. 

 

 
 
 
 
 

Szeged, c’est avant tout la patte de l’Espagnol Juan Carlos Pastor arrivé dans cette agglomération de 160 000 habitants frontalière avec la Serbie et la Roumanie en 2013 et il s’y sent tellement bien qu’il a accepté une prolongation de contrat jusqu’en 2023. Szeged, ce sont deux gardiens très expérimentés, Roland Mikler, Magyar pur sucre et le Croate Alilovic, ultimes remparts d’un groupe de joueurs croisés soit en sélection nationale comme le pivot Bence Banhidi ou l’arrière Richard Bodo, dans le championnat français comme l’ancien Aixois Imanol Garcianda ou l'ex Parisien Luka Stepancic ou tout simplement comme anciens partenaires au MHB comme le pivot slovène Matej Gaber et l’arrière gauche Borut Mackovsek. Ajoutez à ses talents la nouvelle recrue portugaise, le demi-centre Miguel Martins (photo ci-dessus) qui associé au Slovène Dean Bombac devrait faire des étincelles, c’est un ensemble aux arguments très convaincants qui va se présenter ce mercredi soir à l’Arena de la route de Pérols. 


Les adversaires de Montpellier
 

 Club

 aller

 retour

 particularités -saison 20/21

 joueurs en vue

 Szeged (Hon)

 15/09

 09/03

 battu en PLoffs par Kiel - 20è participation en LDC

 (voir ci-dessus)

Aalborg (Dan)

 22/09

 02/03

 battu en PLoffs par Barça - 6è participation en LDC

 Bjornsen, Mollgaard, Palmarsson

 Kiel  (All)

 30/09

 23/02

 vainqueur 19/20 - sorti en 1/4 par PSG en mai 2021 - 23è participation en LDC

 Landin, Duvnjak, Ekberg, Sagosen, Wiencek

 Vardar (Mcd)

 13/10

 16/02

 vainqueur 18/19 - battu en PLoffs par Veszprém - 16è participation en LDC

 Gurbindo, Dibirov, Nyokas K., Nyokas O., Diallo

 Meshkov (Blr)

 20/10

 08/12

 sorti en 1/4 par Barça - 13è participation en LDC 

 Pesic, Bonnefond, Skube S. 

 Zagreb (Cro)

 27/10

01/12 

28è participation en LDC 

 Cupic, Musa, Gojun 

 Elverum (Nor)

 17/11

 24/11

8è participation  en LDC

 D. Mathé

matches à Montpellier

Les joueurs de Montpellier vont devoir se serrer les coudes  

Champion's League

mardi 14 septembre 2021 - © Yves Michel

 9 min 35 de lecture

Après une saison qui s'était prématurément terminée à cause du Covid et la suivante vécue en Ligue Européenne, Montpellier retrouve l'excellence de la Ligue des Champions. Ce mercredi, c'est une équipe héraultaise pas totalement au point et privée de son capitaine Valentin Porte qui affronte les Hongrois de Szeged (ce mercredi à 18h45). Un gros morceau et un piège majeur pour cette entrée dans l'épreuve reine.

Il faudra que le public soit présent, aussi nombreux sinon plus que dimanche à l’Arena contre St Raphaël, que les Blue Fox donnent du tambour et de la voix et que surtout, sur le parquet durant 60 minutes, il y ait un peu plus de cohésion et de lucidité. Que l’impression d’inachevé, d’à-peu-près laissée face aux Varois ait disparu. Que la moindre passe soit assurée, la moindre trajectoire un peu mieux calculée. Car en face, les joueurs de Pick Szeged sont tout, sauf des apprentis de la Ligue des Champions. Voilà deux décennies que les Hongrois évoluent au plus haut niveau européen. Leur plus grand regret ? N’avoir jamais atteint le Final Four alors que Montpellier HB a soulevé le trophée il y a 3 ans. Depuis cette soirée magique sur les bords du Rhin, le parcours des partenaires de Diego Simonet s’est soldé par un échec et une fin en queue de poisson avant de goûter à la Ligue Européenne et s’être arrêté en quarts face à Berlin. « On change de dimension, se plait à souligner le stratège argentin. Là, tu fais partie des seize meilleurs de la saison passée. Ça attire le public, les nouveaux sponsors et tu as plus de visibilité sur le plan international. Le plus difficile, c’est d’être à la hauteur, de réaliser un bon parcours. On s’est aperçu que pour réussir en Ligue des Champions, il fallait être régulier. » Comme tous les sportifs de la planète perturbés par la Covid, les Héraultais ont trouvé le temps long. Les 5000 personnes agglutinées ce dimanche dans l’Arena ont réchauffé les cœurs. Pour tourner la page et amorcer un retour vers le monde d’avant. Pourtant sur le plan sportif, le chantier est encore vaste. En phase de prépa, il y avait eu un coup de semonce face à Limoges (-12 en ayant encaissé 40 buts !) et puis donc, cette 1ère journée face à des Raphaélois qui ont commis moins de fautes et qui auraient pu s’imposer. Si… si… Marko Panic (photo de tête) n’avait pas surgi et placé son tir dans la lucarne de Popescu alors que le buzzer final allait retentir. Le Bosnien a parfaitement rempli son rôle et confirmé son statut. « C’est vrai, on a perdu beaucoup trop de ballons et ce n’est pas normal quand tu joues à la maison. A l’intersaison, le groupe a été renouvelé et tous les automatismes ne sont pas encore là. C’est normal qu’il y ait des hauts et des bas, c’est dans la tête qu’il faut rester concentré car du côté physique, je pense qu’on est au point. » L’arrière qui développe la particularité d’être adroit des deux mains va devoir combler le vide laissé sur le côté droit par Melvyn Richardson, parti à Barcelone. Et malgré une performance collective qui a laissé des regrets face aux Varois, il a été un des rares (avec Kévin Bonnefoi et Yanis Lenne) à rendre une copie sans ratures (8/9). « Cela ne me gêne pas qu’on me mette la pression par rapport au départ de Melvyn. C’est un grand joueur et si Barcelone l’a recruté, cela ne fait que confirmer son talent. C’est plutôt un honneur d’avoir ce défi à relever. Je vais donner tout ce que je peux pour occuper une place importante dans l’équipe. » Lors de la conférence de rentrée, Julien Deljarry, le président du MHB n’a pas hésité à investir l’ancien chambérien dans un rôle de leader. Ses cinq saisons en Savoie (entre 2012 et 2017) lui ont permis de se familiariser avec la langue mais également prendre la mesure du jeu "à la française". « Bien-sûr que c’est un avantage, acquiesce-t-il, et déjà à l’époque, le niveau du championnat était très élevé. » Et Marko n’avait laissé que des bons souvenirs, notamment sur le plan comptable. 309 buts inscrits en très exactement 119 matches de Starligue. « Le challenge ici, c’est de faire mieux. Quand je suis arrivé à Chambéry, j’étais encore jeune et je découvrais la rigueur du haut niveau. J’ai beaucoup travaillé et surtout, j’ai pris dix ans de plus. Je reviens en France dans un club qui est une référence et qui retrouve la Ligue des Champions. Je suis vraiment comblé. » De la continuité dans une trajectoire qui a mené le Bosnien en Pologne à Pulawy mais surtout au Meshkov Brest en Biélorussie. « La saison dernière, on a fait un bon parcours en Ligue des Champions puisqu’on a atteint les quarts de finale (avant d’être éliminé par Barcelone). Il faut avoir à l’esprit que seulement seize équipes disputent la phase de groupe. Les matches vont s’enchaîner et comme Montpellier veut jouer sur tous les tableaux, on va devoir bien gérer les organismes et compter sur tout le monde. » Alors c’est vrai, cette saison, Montpellier de par l’ampleur de son recrutement (100% étranger) va devoir freiner l’appétit de tous ses adversaires et surtout se montrer patient. Mais la patience demande du temps, ce que n’ont pas forcément les hommes de Patrice Canayer.



Avec, depuis la reprise officielle et le retour de tous les médaillés olympiques dans leur club respectif, l’absence de Valentin Porte. Le gaucher a ramené l’or de Tokyo mais également une blessure aux abdominaux qui ne lui permet pas d'être encore opérationnel. Dimanche, on l’a vu faire les 100 pas dans les travées de l’Arena, l’air contrit, torturé de ne pouvoir aider ses partenaires sur le parquet. Et face à Szeged, le capitaine du MHB laissera encore une fois le brassard à un autre gaucher, Yanis Lenne. « On attaque fort avec Szeged puis ensuite on devra aller à Aalborg et recevoir Kiel (sans oublier qu’intercalés, il y aura deux déplacements à Istres puis à Nantes), fait remarquer Diego Simonet (photo ci-dessus). » Quel mois de septembre où un nouveau retard à l’allumage pourrait handicaper Montpellier pour la suite. « On ne va pas se plaindre ! C’est tout simplement magnifique et beaucoup mieux d’être sollicité de cette façon que de passer du temps à l’entraînement (rires) ! Une carrière, c’est fragile, ça peut s’arrêter à tout moment. Il faut donc profiter à fond de tous les instants, en plus si c’est la Ligue des Champions. On sait dès le départ qu’on devra réaliser des exploits si on veut aller le plus loin possible. » La phase de groupe (voir sa composition ci-dessous) prendra fin le 9 mars 2022, les play-offs et les quarts sont programmés en suivant, le Final Four se déroulera à Cologne, les 18 et 19 juin. 

 

 
 
 
 
 

Szeged, c’est avant tout la patte de l’Espagnol Juan Carlos Pastor arrivé dans cette agglomération de 160 000 habitants frontalière avec la Serbie et la Roumanie en 2013 et il s’y sent tellement bien qu’il a accepté une prolongation de contrat jusqu’en 2023. Szeged, ce sont deux gardiens très expérimentés, Roland Mikler, Magyar pur sucre et le Croate Alilovic, ultimes remparts d’un groupe de joueurs croisés soit en sélection nationale comme le pivot Bence Banhidi ou l’arrière Richard Bodo, dans le championnat français comme l’ancien Aixois Imanol Garcianda ou l'ex Parisien Luka Stepancic ou tout simplement comme anciens partenaires au MHB comme le pivot slovène Matej Gaber et l’arrière gauche Borut Mackovsek. Ajoutez à ses talents la nouvelle recrue portugaise, le demi-centre Miguel Martins (photo ci-dessus) qui associé au Slovène Dean Bombac devrait faire des étincelles, c’est un ensemble aux arguments très convaincants qui va se présenter ce mercredi soir à l’Arena de la route de Pérols. 


Les adversaires de Montpellier
 

 Club

 aller

 retour

 particularités -saison 20/21

 joueurs en vue

 Szeged (Hon)

 15/09

 09/03

 battu en PLoffs par Kiel - 20è participation en LDC

 (voir ci-dessus)

Aalborg (Dan)

 22/09

 02/03

 battu en PLoffs par Barça - 6è participation en LDC

 Bjornsen, Mollgaard, Palmarsson

 Kiel  (All)

 30/09

 23/02

 vainqueur 19/20 - sorti en 1/4 par PSG en mai 2021 - 23è participation en LDC

 Landin, Duvnjak, Ekberg, Sagosen, Wiencek

 Vardar (Mcd)

 13/10

 16/02

 vainqueur 18/19 - battu en PLoffs par Veszprém - 16è participation en LDC

 Gurbindo, Dibirov, Nyokas K., Nyokas O., Diallo

 Meshkov (Blr)

 20/10

 08/12

 sorti en 1/4 par Barça - 13è participation en LDC 

 Pesic, Bonnefond, Skube S. 

 Zagreb (Cro)

 27/10

01/12 

28è participation en LDC 

 Cupic, Musa, Gojun 

 Elverum (Nor)

 17/11

 24/11

8è participation  en LDC

 D. Mathé

matches à Montpellier

Dans la même rubrique

Champion's League
jeudi 23 septembre 2021
  
Champion's League
mercredi 22 septembre 2021
  
Champion's League
samedi 18 septembre 2021
  
Champion's League
samedi 18 septembre 2021
  
Champion's League
jeudi 16 septembre 2021
  
  1 2 3 4