bandeau handzone

Toulouse, 1er de cordée

Europe

samedi 4 septembre 2021 - © Yves Michel

 5 min 21 de lecture

L'objectif était clair. Oublier que depuis l'aller, il y avait un matelas de quatre buts sur lequel les Toulousains pouvaient se reposer, ne pas se mettre inutilement en danger et surtout se qualifier pour le tour suivant de la Ligue Européenne. C'est réussi, le Fénix a dominé les Autrichiens d'Alpla Hard (39-32) et retrouvera au 2ème tour qualificatif à la phase de groupe, les trois autres clubs français (Nantes, Aix, Nîmes) conviés à l'épreuve.

Dans une équipe toulousaine qui au fil des matches montre un peu plus d'homogénéité, certains éléments commencent à prendre une place prépondérante. Erwin Feuchtmann (notre photo de tête) fait partie des bonnes pioches du recrutement de l'intersaison. Le Germano-chilien (il possède la double nationalité) âgé de 31 ans est en quelque sorte l'impact player que Danijel Andjelkovic aime lancer dans la bagarre pour enfoncer le clou. L'arrière a parfaitement accompli son devoir sur le plan statistisques. Un sans faute (5/5) sur les positions qu'il affectionne, à 6 et 9 mètres.  L'ancien Istréen sera l'animateur essentiellement de la 2ème période. Quand ses partenaires après avoir du contenir le quite ou double des Autrichiens qui malgré un manque de profondeur de banc (à peine 8 éléments au niveau européen), comptaient surprendre leur adversaire. A la 38ème, quand Feuchtmann inscrit le 26ème but de son équipe, l'avance était déjà de dix longueurs pour Toulouse. Elle culminera à onze (31-20) après un 7 mètres bien senti d'Uros Borzas, un des muiltiples canonniers car dans ce registre, que ce soit sur la base arrière côté droit avec le puissant Ayoub Abdi (photo ci-dessous), sur les ailies avec d'un côté le remuant Nemanja Ilic judicieusement relayé par Téo Jarry et de l'autre, le duo Pierrick Chelle - Edouard Kempf parfaitement complémentaire et tout aussi efficace, Toulouse a quelques solutions pour multiplier le danger. 



Alors c'est vrai, l'entame a été poussive, la finition laissera parfois à désirer ou les ballons n'arrivant pas à leur destinataire. Mais dans ces moments-là, il est bon d'avoir un gardien qui s'illustre. Même si sa stat n'a pas été faramineuse (4 arrêts à 20%), Robin Cantegrel s'est interposé opportunément. Lors des quatre 1ères minutes et peu avant la pause, empêchant la troupe de Hard de revenir presque à hauteur (-1). Car si jamais on a senti le Fénix en danger, la décision a tardé. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir mis de l'intensité et de l'envie dans le secteur défensif avec un binôme central Sokolic-Pettersson difficile à déstabiliser. Le travers d'usure du bloc haut-garonnais va payer au retour des vestiaires. Avec un 8 à 1 passé en... 8 minutes. Dans la sono, l'infatigable chauffeur de salle Yoan Crouzillat avait lancé Plastic Bertrand et son "ça plane pour moi". Titre tout trouvé puisqu'une seule formation répondait présente sur le terrain. Le carton et donc la correction étaient en principe en vue et au VIP, la tireuse à bière était prête pour fêter la qualif. 



On insiste. Toulouse n'a jamais douté que la qualif pourrait lui échapper. Sauf qu'en face, même si l'écart était peu flatteur, le coach d'Alpla va tout tenter. Certes Ivan Horvat sa meilleure gâchette avait été discret en 1ère période, le Croate va retrouver du punch dans le second acte (8 réalisations au total). Et puis surtout, l'utilisation du 7 contre 6 va perturber les locaux. « On était pourtant prévenu car à l'aller, on avait subi le même sort, reconnait Danijel Andjelkovic mais ils ont un peu changé de stratégie et on s'est fait surprendre par leur ailier droit qui a mis des buts faciles. Je pense qu'on a plutôt baissé de régime en attaque mais en prévision de la suite, je voulais faire une revue d'effectif, voir tout le monde, c'est aussi cela l'intérêt.»  Dans le dernier quart d'heure, le capital de 9-10 buts va perdre un peu d'épaisseur pour fondre à -4. Sans que la maison toulousaine ne vacille. « Ce type de relâchement, on n’a pas le droit de le répéter trop souvent, peste Nemanja Ilic car face à un adversaire plus costaud, on risque d’avoir de mauvaises surprises. Il va falloir qu’on s’améliore dans ce secteur. L’essentiel c’est qu’on est qualifié. C’est bien car cela fait grandir le club, c’est une récompense du travail accompli et puis, c’est mieux d’avoir eu ces matches officiels avant d’entrer dans le championnat de France.» Il faudra (après quelques échecs), deux rushes du pivot (autrichien) du Fénix "Tobi" Wagner et une trajectoire parfaite de son gardien Jef Lettens dans les cages adverses laissées vides pour que la formation du président Philippe Dallard ait la sensation d'avoir pleinement rempli son contrat. 

Comme la saison dernière, Toulouse se qualifie pour le second tour de la Ligue Européenne en souhaitant que le tirage au sort programmé ce mardi, ne l'oppose pas à un des trois clubs français qui goûteront à l'épreuve (Nantes, Aix et Nîmes) et surtout lui offre un retour à la maison. «C'est clair que la Coupe d'Europe, ça sert aussi à voyager, à voir d'autres cultures de handball, avoue le demi-centre Maxime Gilbert et c'est sûr que ce serait embêtant d'avoir un duel franco-français. Il y a aussi de très gros poissons étrangers qu'on aimerait éviter, des équipes qui ont l'habitude d'évoluer en Ligue des Champions.»  Si les spectateurs en ce samedi ensoleillé et chaud avaient garni de façon clairsemée, les gradins du Palais dres Sports, il faut espérer que l'affluence va aller crescendo. Surtout que le championnat débute dans une semaine avec un client, Chambéry dont il faudra se méfier. 



1er Tour Retour de la Ligue Européenne - A Toulouse, le samedi 4 septembre 2021 à 18h00

FENIX TOULOUSE  -  HC ALPLA HARD        39-32      (mi-temps: 18-15)
à l'aller en Autriche, 23-27 pour Toulouse

Arbitres: Javier Alvarez Mata et Yon Bustamante Lopez (Espagne)

FENIX TOULOUSE: Lettens (1/1 tir, 6 arrêts / 23) Cantegrel (4 arrêts / 20); Chelle (4/5 dt 0/1 à 7), Feuchtmann (5/5), Wagner (3/6), Balenciaga (2/3), Jarry (3/3), Gilbert (1/1), Kempf (3/4), Borzas (4/5 dt 2/2 à 7), Pettersson (1/2), Ilic (6/7 dt 3/3 à 7), Marmier (0/1), Vieira (2/2), Abdi (4/7)

Evolution du score:  3-2 (5) 7-4 (10) 9-7 (15) 12-10 (20) 16-12 (25) 18-15 (MT) 24-16 (35) 26-18 (40) 31-20 (45) 33-24 (50) 34-29 (55) 39-32 (FIN)          

Le diaporama photos du match par Yves Michel

Toulouse, 1er de cordée 

Europe

samedi 4 septembre 2021 - © Yves Michel

 5 min 21 de lecture

L'objectif était clair. Oublier que depuis l'aller, il y avait un matelas de quatre buts sur lequel les Toulousains pouvaient se reposer, ne pas se mettre inutilement en danger et surtout se qualifier pour le tour suivant de la Ligue Européenne. C'est réussi, le Fénix a dominé les Autrichiens d'Alpla Hard (39-32) et retrouvera au 2ème tour qualificatif à la phase de groupe, les trois autres clubs français (Nantes, Aix, Nîmes) conviés à l'épreuve.

Dans une équipe toulousaine qui au fil des matches montre un peu plus d'homogénéité, certains éléments commencent à prendre une place prépondérante. Erwin Feuchtmann (notre photo de tête) fait partie des bonnes pioches du recrutement de l'intersaison. Le Germano-chilien (il possède la double nationalité) âgé de 31 ans est en quelque sorte l'impact player que Danijel Andjelkovic aime lancer dans la bagarre pour enfoncer le clou. L'arrière a parfaitement accompli son devoir sur le plan statistisques. Un sans faute (5/5) sur les positions qu'il affectionne, à 6 et 9 mètres.  L'ancien Istréen sera l'animateur essentiellement de la 2ème période. Quand ses partenaires après avoir du contenir le quite ou double des Autrichiens qui malgré un manque de profondeur de banc (à peine 8 éléments au niveau européen), comptaient surprendre leur adversaire. A la 38ème, quand Feuchtmann inscrit le 26ème but de son équipe, l'avance était déjà de dix longueurs pour Toulouse. Elle culminera à onze (31-20) après un 7 mètres bien senti d'Uros Borzas, un des muiltiples canonniers car dans ce registre, que ce soit sur la base arrière côté droit avec le puissant Ayoub Abdi (photo ci-dessous), sur les ailies avec d'un côté le remuant Nemanja Ilic judicieusement relayé par Téo Jarry et de l'autre, le duo Pierrick Chelle - Edouard Kempf parfaitement complémentaire et tout aussi efficace, Toulouse a quelques solutions pour multiplier le danger. 



Alors c'est vrai, l'entame a été poussive, la finition laissera parfois à désirer ou les ballons n'arrivant pas à leur destinataire. Mais dans ces moments-là, il est bon d'avoir un gardien qui s'illustre. Même si sa stat n'a pas été faramineuse (4 arrêts à 20%), Robin Cantegrel s'est interposé opportunément. Lors des quatre 1ères minutes et peu avant la pause, empêchant la troupe de Hard de revenir presque à hauteur (-1). Car si jamais on a senti le Fénix en danger, la décision a tardé. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir mis de l'intensité et de l'envie dans le secteur défensif avec un binôme central Sokolic-Pettersson difficile à déstabiliser. Le travers d'usure du bloc haut-garonnais va payer au retour des vestiaires. Avec un 8 à 1 passé en... 8 minutes. Dans la sono, l'infatigable chauffeur de salle Yoan Crouzillat avait lancé Plastic Bertrand et son "ça plane pour moi". Titre tout trouvé puisqu'une seule formation répondait présente sur le terrain. Le carton et donc la correction étaient en principe en vue et au VIP, la tireuse à bière était prête pour fêter la qualif. 



On insiste. Toulouse n'a jamais douté que la qualif pourrait lui échapper. Sauf qu'en face, même si l'écart était peu flatteur, le coach d'Alpla va tout tenter. Certes Ivan Horvat sa meilleure gâchette avait été discret en 1ère période, le Croate va retrouver du punch dans le second acte (8 réalisations au total). Et puis surtout, l'utilisation du 7 contre 6 va perturber les locaux. « On était pourtant prévenu car à l'aller, on avait subi le même sort, reconnait Danijel Andjelkovic mais ils ont un peu changé de stratégie et on s'est fait surprendre par leur ailier droit qui a mis des buts faciles. Je pense qu'on a plutôt baissé de régime en attaque mais en prévision de la suite, je voulais faire une revue d'effectif, voir tout le monde, c'est aussi cela l'intérêt.»  Dans le dernier quart d'heure, le capital de 9-10 buts va perdre un peu d'épaisseur pour fondre à -4. Sans que la maison toulousaine ne vacille. « Ce type de relâchement, on n’a pas le droit de le répéter trop souvent, peste Nemanja Ilic car face à un adversaire plus costaud, on risque d’avoir de mauvaises surprises. Il va falloir qu’on s’améliore dans ce secteur. L’essentiel c’est qu’on est qualifié. C’est bien car cela fait grandir le club, c’est une récompense du travail accompli et puis, c’est mieux d’avoir eu ces matches officiels avant d’entrer dans le championnat de France.» Il faudra (après quelques échecs), deux rushes du pivot (autrichien) du Fénix "Tobi" Wagner et une trajectoire parfaite de son gardien Jef Lettens dans les cages adverses laissées vides pour que la formation du président Philippe Dallard ait la sensation d'avoir pleinement rempli son contrat. 

Comme la saison dernière, Toulouse se qualifie pour le second tour de la Ligue Européenne en souhaitant que le tirage au sort programmé ce mardi, ne l'oppose pas à un des trois clubs français qui goûteront à l'épreuve (Nantes, Aix et Nîmes) et surtout lui offre un retour à la maison. «C'est clair que la Coupe d'Europe, ça sert aussi à voyager, à voir d'autres cultures de handball, avoue le demi-centre Maxime Gilbert et c'est sûr que ce serait embêtant d'avoir un duel franco-français. Il y a aussi de très gros poissons étrangers qu'on aimerait éviter, des équipes qui ont l'habitude d'évoluer en Ligue des Champions.»  Si les spectateurs en ce samedi ensoleillé et chaud avaient garni de façon clairsemée, les gradins du Palais dres Sports, il faut espérer que l'affluence va aller crescendo. Surtout que le championnat débute dans une semaine avec un client, Chambéry dont il faudra se méfier. 



1er Tour Retour de la Ligue Européenne - A Toulouse, le samedi 4 septembre 2021 à 18h00

FENIX TOULOUSE  -  HC ALPLA HARD        39-32      (mi-temps: 18-15)
à l'aller en Autriche, 23-27 pour Toulouse

Arbitres: Javier Alvarez Mata et Yon Bustamante Lopez (Espagne)

FENIX TOULOUSE: Lettens (1/1 tir, 6 arrêts / 23) Cantegrel (4 arrêts / 20); Chelle (4/5 dt 0/1 à 7), Feuchtmann (5/5), Wagner (3/6), Balenciaga (2/3), Jarry (3/3), Gilbert (1/1), Kempf (3/4), Borzas (4/5 dt 2/2 à 7), Pettersson (1/2), Ilic (6/7 dt 3/3 à 7), Marmier (0/1), Vieira (2/2), Abdi (4/7)

Evolution du score:  3-2 (5) 7-4 (10) 9-7 (15) 12-10 (20) 16-12 (25) 18-15 (MT) 24-16 (35) 26-18 (40) 31-20 (45) 33-24 (50) 34-29 (55) 39-32 (FIN)          

Le diaporama photos du match par Yves Michel

Dans la même rubrique

Europe
mardi 20 juillet 2021
  
Europe
mardi 20 juillet 2021
  
  1 2 3 4