bandeau handzone

Ne surtout pas faire la fine bouche !

Jeux Olympiques

lundi 5 juillet 2021 - © Yves Michel

 6 min 9 de lecture

Poussée dans les derniers instants par le public enfin de retour dans les tribunes de Coubertin, la France a battu l'Egypte d'une longueur (31-30) à l'issue de son 1er match préparatoire aux Jeux Olympiques. Les Tricolores menaient pourtant de 4 buts à un quart d'heure de la fin. Mais les approximations en attaque et un certain relâchement défensif les ont privé d'un succès un peu plus probant. Les Champions d'Afrique sont progressivement revenus au score et auraient même pu s'imposer. Souvent sur courant alternatif, ils ont montré de belles individualités. Si au Japon, les Bleus veulent rivaliser avec les meilleurs et aller le plus loin possible, ils devront donner des garanties bien plus importantes dans leur projet de jeu. Il reste encore deux grosses semaines pour effectuer les derniers réglages. Le 22 juillet, date du coup d'envoi de la compétition officielle à Tokyo face à l'Argentine, c'est déjà demain et il faudra être prêt. Le compte à rebours est enclenché, tout le monde en est conscient.

C'est à Tokyo avec par temps clair, l'esquisse du mont Fuji qu'ils devront être prêts et en mesure d'aborder crânement les Jeux.  Le temps de la préparation est fait de plusieurs séquences et depuis le 23 juin, date de leurs retrouvailles à la Maison du Handball à Créteil, les Tricolores n'avaient pas lésiné sur les moyens. Comme lors des précédentes olympiades où disposant d'un temps plus large, ils pouvaient partir à la montagne et s'oxygéner du côté de la Toussuire (Savoie). L'altitude de la préfecture du Val-de-Marne est moins élevée mais le programme de travail mis en place par Guillaume Gille et Erick Mathé tout aussi intense. Les organismes déjà éprouvés par une saison interminable, rythmée par la pandémie de la Covid, ont continué à être mis à rude épreuve. Pendant deux grosses semaines, il a fallu oublier le jeu de handball et se consacrer à la condition physique, à la remise en forme pour certains, à l'évaluation et à l'endurance. Donc se retrouver à Coubertin devant une belle chambrée de spectateurs qui avaient pu (enfin !) garnir de manière sécurisée, les tribunes était en quelque sorte une récompense et changeait les habitudes. Sauf qu'en face, l'Egypte n'était pas venue dans la capitale en villégiature. Les champions d'Afrique qui seront au Japon mais dans l'autre groupe que celui des Bleus, ont entamé leur préparation bien plus tôt. 

Traduction sur le parquet: les Tricolores vont mettre une douzaine de minutes pour prendre leurs marques et passer devant. Jusque-là, Michaël Guigou en décalage sur son aile et par deux fois à 7m, avait été le principal pourvoyeur. La mobilité des Egyptiens avaient posé quelques soucis, même si en défense l'association Luka Karabatic-Ludovic Fabrégas était parfaitement rodée. Le Catalan va d'ailleurs sortir des contres parfaitement maîtrisés. Et quand cette défense française a commencé à couper les trajectoires et chiper des ballons, l'efficacité a été au rendez-vous. L'Egypte pêchait aussi par manque de réussite. L'écart au score ne va pas excéder deux longueurs et grâce à l'excellent gardien Karim Hendawy, les "Pharaons" vont refaire surface. En supériorité numérique, l'ailier droit de Nîmes "Momo" Sanad va sonner la charge. Les pertes de balle succédaient aux oublis en défense, la France connaissait un véritable temps faible (-3 à 4 minutes de la pause). Il faudra tout le métier d'un Nikola Karabatic qui revient progressivement au meilleur de sa forme, pour remettre les siens dans le droit chemin. C'est le Parisien qui va terminer le 1er acte en interceptant une balle qui passait par là et en la catapultant dans les cages totalement désertes. Sevré de haute compétition depuis la mi-octobre 2020, l'aîné de la fratrie radieux, serrait les poings et communiait sa détermination avec le public. Les deux formations rentraient aux vestiaires dos à dos (16-16). 

A la reprise, si Genty avait remplacé Gérard dans les cages, c'est Luc Abalo lui aussi nouvel entrant, qui va se faire le plus remarquer. 1ère action, 1er but. La fin de saison de l'ailier droit exilé à Elverum avait été rendue compliquée par les normes sanitaires strictes imposées en Norvège et on pouvait redouter que l'ancien du PSG, manque de rythme. Ses fans ont été vite rassurés. "Lucio" n'a rien perdu de sa vivacité et de ses circonvolutions. Le score va dès lors jouer au yoyo avant qu'à l'entame du dernier quart d'heure, les Français ne se détachent (+4). Guillaume Gille restait dans le turn-over et les associations en défense centrale étaient tout aussi efficaces. Pourtant, les Tricolores vont se montrer un peu trop dispendieux et stériles, ballon en mains. Que d'approximations sur le front de l'attaque face à des Egyptiens qui n'en demandaient pas tant ! A la faveur d'un 1-8 passé en dix minutes en profitant notamment de nombreux oublis défensifs ils vont largement prendre les commandes (+3). il ne restait que cinq minutes et cela sentait plutôt le roussi dans la maison "Bleus". Il faudra une très opportune interception de Valentin Porte et une trajectoire dans le but vide pour qu'à une minute du terme, les deux ééquipes se retrouvent dos à dos (30-30) Yann Genty montrait toute son inspiration sur un tir à mi-hauteur mais le chrono tournait sans que le tableau d'affichage n'évolue. Un dernier 9 mètres dans les mains de Nikola Karabatic va pousser Ali Zein à la faute. Rouge pour l'ancien arrière de Pays d'Aix et surtout jet de 7m en faveur de Kentin Mahé. Le demi-centre habitué à l'exercice, va parfaitement conclure le scénario (31-30). C'est en se serrant les coudes que ses partenaires sont parvenus à ne pas quitter Coubertin bredouilles. Une victoire en prépa, sans totalement dégager des certitudes fait du bien à l'esprit. Le staff aura pu relever quelques points de satisfaction comme la solidité du bloc défensif. En revanche, il aura pu constater que le chantier existe en matière de réalisme et de finition. Dix-sept jours pour tenter de corriger toutes ces impuretés ne seront pas de trop. Est-ce que ce sera suffisant pour passer le 1er écueil argentin ? Seul l'avenir le révèlera. Avant cette échéance face à Diego Simonet and co, les hommes de Guillaume Gille auront deux autres évaluations. Face au Japon (le 18 juillet) et face au Danemark, trois jours plus tard. 


Stade Pierre de Coubertin, préparation olympique, lundi 5 juillet 2021
FRANCE - EGYPTE        31 - 30   (MT: 16-16)

Arbitres: Raouf et Karim Gasmi (FRA)

France: Genty (4 arrêts / 29 tirs), Gérard (6 arrêts / 31 tirs dont 0/2 à 7m), Desbonnet (non utilisé) - Descat (4/7 dt 0/1 à 7m), Guigou (3/3 dt 2/2 à 7m), N’Guessan (1/2), Lagarde (non utilisé), Nikola Karabatic (2/4), Mahé (4/5 dt 2/2 à 7m), Fabregas (1/2), Luka Karabatic (1/3), Tournat (3/4), Mem (5/8), Remili (2/3), Richardson, Abalo (3/3), Porte (2/3)

les Egyptiens les plus en vue: le gardien Karim Hendawy (7 arrêts/ 23 tirs) notamment sur des temps faibles de son équipe lui permettant de ne pas prendre totalement l'eau. Côté stats, on retiendra l'efficacité du gaucher de Veszprém Omar Yahia (6 réalisations), du Nîmois Sanad (7/8 dt 2/2 à 7m) et de l'ancien Aixois futur Barcelonais Ali Zein (4). 

Evolution du score: 2-3 (5è) 2-4 (10è) 6-5 (15è) 9-8 (20è) 11-13 (25è) 16-16 (MT) 19-18 (35è) 23-20 (40è) 26-22 (45è) 27-25 (50è) 27-29 (55è) 31-30 (FIN)

LE DIAPORAMA PHOTOS DU MATCH PAR CELINE DELY 
 

Ne surtout pas faire la fine bouche !  

Jeux Olympiques

lundi 5 juillet 2021 - © Yves Michel

 6 min 9 de lecture

Poussée dans les derniers instants par le public enfin de retour dans les tribunes de Coubertin, la France a battu l'Egypte d'une longueur (31-30) à l'issue de son 1er match préparatoire aux Jeux Olympiques. Les Tricolores menaient pourtant de 4 buts à un quart d'heure de la fin. Mais les approximations en attaque et un certain relâchement défensif les ont privé d'un succès un peu plus probant. Les Champions d'Afrique sont progressivement revenus au score et auraient même pu s'imposer. Souvent sur courant alternatif, ils ont montré de belles individualités. Si au Japon, les Bleus veulent rivaliser avec les meilleurs et aller le plus loin possible, ils devront donner des garanties bien plus importantes dans leur projet de jeu. Il reste encore deux grosses semaines pour effectuer les derniers réglages. Le 22 juillet, date du coup d'envoi de la compétition officielle à Tokyo face à l'Argentine, c'est déjà demain et il faudra être prêt. Le compte à rebours est enclenché, tout le monde en est conscient.

C'est à Tokyo avec par temps clair, l'esquisse du mont Fuji qu'ils devront être prêts et en mesure d'aborder crânement les Jeux.  Le temps de la préparation est fait de plusieurs séquences et depuis le 23 juin, date de leurs retrouvailles à la Maison du Handball à Créteil, les Tricolores n'avaient pas lésiné sur les moyens. Comme lors des précédentes olympiades où disposant d'un temps plus large, ils pouvaient partir à la montagne et s'oxygéner du côté de la Toussuire (Savoie). L'altitude de la préfecture du Val-de-Marne est moins élevée mais le programme de travail mis en place par Guillaume Gille et Erick Mathé tout aussi intense. Les organismes déjà éprouvés par une saison interminable, rythmée par la pandémie de la Covid, ont continué à être mis à rude épreuve. Pendant deux grosses semaines, il a fallu oublier le jeu de handball et se consacrer à la condition physique, à la remise en forme pour certains, à l'évaluation et à l'endurance. Donc se retrouver à Coubertin devant une belle chambrée de spectateurs qui avaient pu (enfin !) garnir de manière sécurisée, les tribunes était en quelque sorte une récompense et changeait les habitudes. Sauf qu'en face, l'Egypte n'était pas venue dans la capitale en villégiature. Les champions d'Afrique qui seront au Japon mais dans l'autre groupe que celui des Bleus, ont entamé leur préparation bien plus tôt. 

Traduction sur le parquet: les Tricolores vont mettre une douzaine de minutes pour prendre leurs marques et passer devant. Jusque-là, Michaël Guigou en décalage sur son aile et par deux fois à 7m, avait été le principal pourvoyeur. La mobilité des Egyptiens avaient posé quelques soucis, même si en défense l'association Luka Karabatic-Ludovic Fabrégas était parfaitement rodée. Le Catalan va d'ailleurs sortir des contres parfaitement maîtrisés. Et quand cette défense française a commencé à couper les trajectoires et chiper des ballons, l'efficacité a été au rendez-vous. L'Egypte pêchait aussi par manque de réussite. L'écart au score ne va pas excéder deux longueurs et grâce à l'excellent gardien Karim Hendawy, les "Pharaons" vont refaire surface. En supériorité numérique, l'ailier droit de Nîmes "Momo" Sanad va sonner la charge. Les pertes de balle succédaient aux oublis en défense, la France connaissait un véritable temps faible (-3 à 4 minutes de la pause). Il faudra tout le métier d'un Nikola Karabatic qui revient progressivement au meilleur de sa forme, pour remettre les siens dans le droit chemin. C'est le Parisien qui va terminer le 1er acte en interceptant une balle qui passait par là et en la catapultant dans les cages totalement désertes. Sevré de haute compétition depuis la mi-octobre 2020, l'aîné de la fratrie radieux, serrait les poings et communiait sa détermination avec le public. Les deux formations rentraient aux vestiaires dos à dos (16-16). 

A la reprise, si Genty avait remplacé Gérard dans les cages, c'est Luc Abalo lui aussi nouvel entrant, qui va se faire le plus remarquer. 1ère action, 1er but. La fin de saison de l'ailier droit exilé à Elverum avait été rendue compliquée par les normes sanitaires strictes imposées en Norvège et on pouvait redouter que l'ancien du PSG, manque de rythme. Ses fans ont été vite rassurés. "Lucio" n'a rien perdu de sa vivacité et de ses circonvolutions. Le score va dès lors jouer au yoyo avant qu'à l'entame du dernier quart d'heure, les Français ne se détachent (+4). Guillaume Gille restait dans le turn-over et les associations en défense centrale étaient tout aussi efficaces. Pourtant, les Tricolores vont se montrer un peu trop dispendieux et stériles, ballon en mains. Que d'approximations sur le front de l'attaque face à des Egyptiens qui n'en demandaient pas tant ! A la faveur d'un 1-8 passé en dix minutes en profitant notamment de nombreux oublis défensifs ils vont largement prendre les commandes (+3). il ne restait que cinq minutes et cela sentait plutôt le roussi dans la maison "Bleus". Il faudra une très opportune interception de Valentin Porte et une trajectoire dans le but vide pour qu'à une minute du terme, les deux ééquipes se retrouvent dos à dos (30-30) Yann Genty montrait toute son inspiration sur un tir à mi-hauteur mais le chrono tournait sans que le tableau d'affichage n'évolue. Un dernier 9 mètres dans les mains de Nikola Karabatic va pousser Ali Zein à la faute. Rouge pour l'ancien arrière de Pays d'Aix et surtout jet de 7m en faveur de Kentin Mahé. Le demi-centre habitué à l'exercice, va parfaitement conclure le scénario (31-30). C'est en se serrant les coudes que ses partenaires sont parvenus à ne pas quitter Coubertin bredouilles. Une victoire en prépa, sans totalement dégager des certitudes fait du bien à l'esprit. Le staff aura pu relever quelques points de satisfaction comme la solidité du bloc défensif. En revanche, il aura pu constater que le chantier existe en matière de réalisme et de finition. Dix-sept jours pour tenter de corriger toutes ces impuretés ne seront pas de trop. Est-ce que ce sera suffisant pour passer le 1er écueil argentin ? Seul l'avenir le révèlera. Avant cette échéance face à Diego Simonet and co, les hommes de Guillaume Gille auront deux autres évaluations. Face au Japon (le 18 juillet) et face au Danemark, trois jours plus tard. 


Stade Pierre de Coubertin, préparation olympique, lundi 5 juillet 2021
FRANCE - EGYPTE        31 - 30   (MT: 16-16)

Arbitres: Raouf et Karim Gasmi (FRA)

France: Genty (4 arrêts / 29 tirs), Gérard (6 arrêts / 31 tirs dont 0/2 à 7m), Desbonnet (non utilisé) - Descat (4/7 dt 0/1 à 7m), Guigou (3/3 dt 2/2 à 7m), N’Guessan (1/2), Lagarde (non utilisé), Nikola Karabatic (2/4), Mahé (4/5 dt 2/2 à 7m), Fabregas (1/2), Luka Karabatic (1/3), Tournat (3/4), Mem (5/8), Remili (2/3), Richardson, Abalo (3/3), Porte (2/3)

les Egyptiens les plus en vue: le gardien Karim Hendawy (7 arrêts/ 23 tirs) notamment sur des temps faibles de son équipe lui permettant de ne pas prendre totalement l'eau. Côté stats, on retiendra l'efficacité du gaucher de Veszprém Omar Yahia (6 réalisations), du Nîmois Sanad (7/8 dt 2/2 à 7m) et de l'ancien Aixois futur Barcelonais Ali Zein (4). 

Evolution du score: 2-3 (5è) 2-4 (10è) 6-5 (15è) 9-8 (20è) 11-13 (25è) 16-16 (MT) 19-18 (35è) 23-20 (40è) 26-22 (45è) 27-25 (50è) 27-29 (55è) 31-30 (FIN)

LE DIAPORAMA PHOTOS DU MATCH PAR CELINE DELY 
 

Dans la même rubrique

  1 2 3 4