bandeau handzone

L’église au milieu du village, les jeunes à la fenêtre

Euro

dimanche 2 mai 2021 - © François Dasriaux

 36 min 25 de lecture

Le travail face aux Grecs a été fait et bien fait par une équipe de France newlook et qui l’a emporté 46-30 ! Avec certes, encore 30 buts encaissés, mais surtout sur la fin de match où les Bleus ont été assez durement sanctionnés et les Grecs un peu plus à l’aise. Mais entre une défense retrouvée pendant 40 minutes et une jeunesse qui aura vraiment montré de très belles choses, on peut dire que ce match a été une réussite pour l’équipe de France !


Car oui, ce match, les Bleus l’ont globalement très bien négocié. Certes, les Grecs ont marqué 30 buts, juste un tout petit de moins que mardi chez eux, cela peut faire plisser quelques nez, sauf que… la façon diffère totalement. A contrario du match en Grèce où le trou se s’était fait que sur les dernières minutes du match, à Créteil, les Bleus ont été sérieux, appliqués et en réussite sur tous les compartiments de jeu pendant les 40 premières minutes. Le 30-15 de la 39° le montre bien. Et ce qui réjouit encore plus c’est que ce trou béant, il a été creusé après l‘entrée de tous les jeunes à la fin des 15 premières minutes de jeu où, seul bémol de la rencontre, Romain Lagarde était sorti, touché à la cuisse. Mais entre les arrêts de Remi Desbonnet sur cette mi-temps (10) et ses relances magiques. La surpuissance et la vitesse d’un Dylan Nahi en format PSG - Ligue des Champions. Et un duo Karl Konan – Théo Monar plus que dominant en défense centrale pour la France, les Tricolores ont mis tous les ingrédients possibles pour se rendre la tâche facile, y compris une très grosse efficacité au tir. Alors que mardi les gardiens grecs avaient largement gagné la bataille à distance avec ceux des Bleus, ce soir c’est du 15 contre 4 qu’a renvoyé le duo Desbonnet – Bonnefoi.



On peut quand même un peu moduler l’impression de ce match poussif à Korydallos. Premièrement, offensivement, avec sa cohorte de joueurs de l’AEK Athènes, la Grèce a de vraies qualités offensives et elle l’a encore montré face aux Bleus sur ce match retour. Mais aussi, il ne faut pas passer sous silence le 27-25 de la Serbie jeudi en Grèce. Qu’aurait-on dit si la France avait gagné à l’arraché de 2 buts mardi ? Tout cela est à mettre en perspective et renforce encore un peu la très bonne impression qu’a donné l’équipe de France ce soir. Et en premier lieu les 5 « bleus » Bleus, Dylan Nahi ayant déjà gouté aux joies bleues ! Premier en action, Rémi Desbonnet, en entrée de match. Et le portier de l’USAM a parfaitement rempli sa tâche avec toujours une très bonne lecture, une belle présence et des relances millimétrées qui ont cassé les chevilles et le mental des Grecs. La seconde période va débuter en fanfare pour Kevin Bonnefoi avec deux duels superbement gagnés, mais après, avec les exclusions à répétition et un Théodoros Boskos en feu, le Montpelliérains a été un peu plus à la peine, mais il finit quand même avec 5 arrêts. Pour les joueurs de champ, on a vu tout de suite l’apport de Karl Konan en défense ! Tout simplement monstrueux, associé à Théo Monar il mis sur le reculoir la base arrière grecque qui n’a cessé de multiplier les mises en refus de jeu devant eux. Cerise sur la gâteau il a fini par marquer son premier but en fin de match. Mais que dire offensivement de son compère du jour en défense centrale ? Théo Monar a été magique, presque autant que son glorieux ainé Nicolas Tournat avec qui il a partagé le poste. Un 4/4 impeccable et un 7 mètres obtenu pour le tout jeune pivot nantais. Pas le moins attendu depuis longtemps, un Aymeric Minne qui a fait ce que tous ses admirateurs attendaient. Jouer et faire jouer ! Limpide dans sa circulation, magique dans ses relations avec les pivots dont notamment Nicolas Tournat, il a, quand il a joué demi-centre, montré tout ce qu’il pourra apporter à cette équipe entre lecture des situations de jeu collectives et prises de risques individuelles qui mettent la défense adverses en permanence dans le doute. Enfin O'Brian Nyateu a non seulement été très solide défensivement, mais il a parfaitement su apporter toute son énergie et sa vitesse sur un poste d'arrière droit pas si simple que cela à tenir.



Reste que toutes ces belles entrées n’auront sans doute pas changé la donne pour Tokyo. Avec seulement 14 joueurs plus 1 remplaçant à faire entrer au village olympique, les choix de Guillaume Gille et son staff seront bien limités… Et voir un des 6, en y rajoutant Dylan Nahi, dans la liste pour Tokyo sera sans doute une sacrée surprise si tous les autres et un certain Nikola Karabatic sont opérationnels.

Les réactions
Valentin Porte (Au micro de BeIn Sports)« C’était ce que l’on voulait à la fin du match. Se regarder dans les yeux et se dire qu’on avait fait du bon boulot. Ce n’est jamais facile en 2 ou 3 jours de créer un jeu collectif, que ce soit offensivement ou défensivement avec des joueurs avec qui on n’a pas forcément l’habitude de jouer. La première mi-temps était vraiment bien ! Tout le monde y a mis de l’intensité, c’est vraiment ce que l’on voulait. La deuxième mi-temps a été un peu plus hachée, mais on avait laissé beaucoup d’influx en première, après il faut accepter de faire retomber un peu l’intensité mais finalement ce fut un super match, je suis très content pour ceux dont c’était la première, c’est toujours bien une première comme cela. Comme je leur ai dis avant le match, même s’il ne servait à rien en termes de qualification, ça restait un match officiel et ce n’est pas rien, donc tout le monde a pris la mesure de match et a mis l’engagement qu’il fallait. »

Aymeric Minne (Au micro de BeIn Sports)« On peut être tous fiers de ce match, on a rendu une très, très bonne copie même si en deuxième mi-temps il y a eu pas d’exclusions qui gâchent un peu, surtout pour Kevin (Bonnefoi) qui n’a pas eu une vraie défense devant lui. On avait bien travaillé pendant la semaine et on est récompensé par ce match-là. Pour les 6 qui étrennaient leur première sélection, on a le sentiment du devoir accompli ce soi et on a de quoi être contents. Après tous les messages de mes proches, des gens de Tournefeuille, ça a été quelque chose quand la Marseillaise a retenti, mais après je me suis bien concentré sur le match et tout s’est bien passé et c’est une très belle production de toute l’équipe. »

A Créteil (FRA), Palais des sports Robert Oubron
Le dimanche 2 mai à 18h00
France - Grèce : 46 - 30 (Mi-temps : 23-13)
Huis clos
Arbitres : MM Doychinov Georgi et Goretsov Yulian  (BUL)
Evolution du score : 5-3 5°, 8-5 10°, 10-7 15°, 14-9 20°, 19-11 25°, 23-13 MT - 27-14 35°, 30-16 40°, 36-21 45°, 38-24 50°, 41-28 55°, 46-30 FT.

Classement final : 
1/ Serbie 7 pts (4m) 
2/ France 5 pts (4m) 
3/ Grèce 0 pt (4m) 
4/ Belgique (forfait).
La Serbie et la France sont qualifiées 

Statistiques du match

France

No. Nom Buts Tirs % 7M Ass. Int Co Av 2m
4 MINNE Aymeric 2 4 50   2        
7 LAGARDE Romain 2 2 100            
8 PRANDI Elohim 1 3 33   4 1      
11 TOURNAT Nicolas 7 9 78            
19 ABALO Luc 2 3 67   1        
25 DESCAT Hugo 8 10 80 1/1          
26 CLAIRE Nicolas 4 4 100   1        
27 DIPANDA Adrien 0 0 0   2 1 1 1  
28 PORTE Valentin 3 3 100   2 1     1
29 KOUNKOUD Benoit 3 3 100            
30 BONNEFOI Kevin 0 0 0            
31 NAHI Dylan 7 8 88 1/2     1   2
33 MONAR Théo 4 4 100           1
34 KONAN Karl 1 1 100       1    
36 NYATEU O'Brian 2 2 100   2     1 1
92 DESBONNET Remi 0 0 0   1        
No. Nom Arrêts Tirs % 7M          
30 BONNEFOI Kevin 5 22 23 0% (0/2)          
92 DESBONNET Remi 10 23 43 0% (0/1)          

Grèce

No. Nom Buts Tirs % 7M Ass. Int Co Av 2m
2 KOSTAKIDIS Panteleimon 0 2 0            
5 MORAITIS Marios-Alexandros 1 4 25         1  
7 ARAMPATZIS Evangelos 2 2 100           1
8 BOSKOS Theodoros 7 8 88   1        
9 NIKOLAIDIS Panagiotis 2 2 100   1       1
10 MYLONAS Christodoulos 4 7 57            
11 MALLIOS Charalampos 1 3 33   2        
16 BOUKOVINAS Petros 0 0 0            
19 KARAMPOURNIOTIS Panagiotis 3 6 50   1        
20 DOMPRIS Charalampos 3 6 50 3/3          
21 TZIRAS Dimitrios 0 0 0            
22 TSILIS Angelos 3 3 100           1
27 ILIOPOULOS Efthimios 2 5 40           1
28 PAPADIONYSIOU Anastasios 2 3 67            
33 ARAPAKOPOULOS Andreas 0 0 0       1    
50 KOTANIDIS Konstantinos 0 0 0            
No. Nom Arrêts Tirs % 7M          
16 BOUKOVINAS Petros 3 30 10 50% (1/2)          
50 KOTANIDIS Konstantinos 1 20 5 0% (0/1)          
 

Le diaporama du match par Icon Sport - FFHB 

L’église au milieu du village, les jeunes à la fenêtre 

Euro

dimanche 2 mai 2021 - © François Dasriaux

 36 min 25 de lecture

Le travail face aux Grecs a été fait et bien fait par une équipe de France newlook et qui l’a emporté 46-30 ! Avec certes, encore 30 buts encaissés, mais surtout sur la fin de match où les Bleus ont été assez durement sanctionnés et les Grecs un peu plus à l’aise. Mais entre une défense retrouvée pendant 40 minutes et une jeunesse qui aura vraiment montré de très belles choses, on peut dire que ce match a été une réussite pour l’équipe de France !


Car oui, ce match, les Bleus l’ont globalement très bien négocié. Certes, les Grecs ont marqué 30 buts, juste un tout petit de moins que mardi chez eux, cela peut faire plisser quelques nez, sauf que… la façon diffère totalement. A contrario du match en Grèce où le trou se s’était fait que sur les dernières minutes du match, à Créteil, les Bleus ont été sérieux, appliqués et en réussite sur tous les compartiments de jeu pendant les 40 premières minutes. Le 30-15 de la 39° le montre bien. Et ce qui réjouit encore plus c’est que ce trou béant, il a été creusé après l‘entrée de tous les jeunes à la fin des 15 premières minutes de jeu où, seul bémol de la rencontre, Romain Lagarde était sorti, touché à la cuisse. Mais entre les arrêts de Remi Desbonnet sur cette mi-temps (10) et ses relances magiques. La surpuissance et la vitesse d’un Dylan Nahi en format PSG - Ligue des Champions. Et un duo Karl Konan – Théo Monar plus que dominant en défense centrale pour la France, les Tricolores ont mis tous les ingrédients possibles pour se rendre la tâche facile, y compris une très grosse efficacité au tir. Alors que mardi les gardiens grecs avaient largement gagné la bataille à distance avec ceux des Bleus, ce soir c’est du 15 contre 4 qu’a renvoyé le duo Desbonnet – Bonnefoi.



On peut quand même un peu moduler l’impression de ce match poussif à Korydallos. Premièrement, offensivement, avec sa cohorte de joueurs de l’AEK Athènes, la Grèce a de vraies qualités offensives et elle l’a encore montré face aux Bleus sur ce match retour. Mais aussi, il ne faut pas passer sous silence le 27-25 de la Serbie jeudi en Grèce. Qu’aurait-on dit si la France avait gagné à l’arraché de 2 buts mardi ? Tout cela est à mettre en perspective et renforce encore un peu la très bonne impression qu’a donné l’équipe de France ce soir. Et en premier lieu les 5 « bleus » Bleus, Dylan Nahi ayant déjà gouté aux joies bleues ! Premier en action, Rémi Desbonnet, en entrée de match. Et le portier de l’USAM a parfaitement rempli sa tâche avec toujours une très bonne lecture, une belle présence et des relances millimétrées qui ont cassé les chevilles et le mental des Grecs. La seconde période va débuter en fanfare pour Kevin Bonnefoi avec deux duels superbement gagnés, mais après, avec les exclusions à répétition et un Théodoros Boskos en feu, le Montpelliérains a été un peu plus à la peine, mais il finit quand même avec 5 arrêts. Pour les joueurs de champ, on a vu tout de suite l’apport de Karl Konan en défense ! Tout simplement monstrueux, associé à Théo Monar il mis sur le reculoir la base arrière grecque qui n’a cessé de multiplier les mises en refus de jeu devant eux. Cerise sur la gâteau il a fini par marquer son premier but en fin de match. Mais que dire offensivement de son compère du jour en défense centrale ? Théo Monar a été magique, presque autant que son glorieux ainé Nicolas Tournat avec qui il a partagé le poste. Un 4/4 impeccable et un 7 mètres obtenu pour le tout jeune pivot nantais. Pas le moins attendu depuis longtemps, un Aymeric Minne qui a fait ce que tous ses admirateurs attendaient. Jouer et faire jouer ! Limpide dans sa circulation, magique dans ses relations avec les pivots dont notamment Nicolas Tournat, il a, quand il a joué demi-centre, montré tout ce qu’il pourra apporter à cette équipe entre lecture des situations de jeu collectives et prises de risques individuelles qui mettent la défense adverses en permanence dans le doute. Enfin O'Brian Nyateu a non seulement été très solide défensivement, mais il a parfaitement su apporter toute son énergie et sa vitesse sur un poste d'arrière droit pas si simple que cela à tenir.



Reste que toutes ces belles entrées n’auront sans doute pas changé la donne pour Tokyo. Avec seulement 14 joueurs plus 1 remplaçant à faire entrer au village olympique, les choix de Guillaume Gille et son staff seront bien limités… Et voir un des 6, en y rajoutant Dylan Nahi, dans la liste pour Tokyo sera sans doute une sacrée surprise si tous les autres et un certain Nikola Karabatic sont opérationnels.

Les réactions
Valentin Porte (Au micro de BeIn Sports)« C’était ce que l’on voulait à la fin du match. Se regarder dans les yeux et se dire qu’on avait fait du bon boulot. Ce n’est jamais facile en 2 ou 3 jours de créer un jeu collectif, que ce soit offensivement ou défensivement avec des joueurs avec qui on n’a pas forcément l’habitude de jouer. La première mi-temps était vraiment bien ! Tout le monde y a mis de l’intensité, c’est vraiment ce que l’on voulait. La deuxième mi-temps a été un peu plus hachée, mais on avait laissé beaucoup d’influx en première, après il faut accepter de faire retomber un peu l’intensité mais finalement ce fut un super match, je suis très content pour ceux dont c’était la première, c’est toujours bien une première comme cela. Comme je leur ai dis avant le match, même s’il ne servait à rien en termes de qualification, ça restait un match officiel et ce n’est pas rien, donc tout le monde a pris la mesure de match et a mis l’engagement qu’il fallait. »

Aymeric Minne (Au micro de BeIn Sports)« On peut être tous fiers de ce match, on a rendu une très, très bonne copie même si en deuxième mi-temps il y a eu pas d’exclusions qui gâchent un peu, surtout pour Kevin (Bonnefoi) qui n’a pas eu une vraie défense devant lui. On avait bien travaillé pendant la semaine et on est récompensé par ce match-là. Pour les 6 qui étrennaient leur première sélection, on a le sentiment du devoir accompli ce soi et on a de quoi être contents. Après tous les messages de mes proches, des gens de Tournefeuille, ça a été quelque chose quand la Marseillaise a retenti, mais après je me suis bien concentré sur le match et tout s’est bien passé et c’est une très belle production de toute l’équipe. »

A Créteil (FRA), Palais des sports Robert Oubron
Le dimanche 2 mai à 18h00
France - Grèce : 46 - 30 (Mi-temps : 23-13)
Huis clos
Arbitres : MM Doychinov Georgi et Goretsov Yulian  (BUL)
Evolution du score : 5-3 5°, 8-5 10°, 10-7 15°, 14-9 20°, 19-11 25°, 23-13 MT - 27-14 35°, 30-16 40°, 36-21 45°, 38-24 50°, 41-28 55°, 46-30 FT.

Classement final : 
1/ Serbie 7 pts (4m) 
2/ France 5 pts (4m) 
3/ Grèce 0 pt (4m) 
4/ Belgique (forfait).
La Serbie et la France sont qualifiées 

Statistiques du match

France

No. Nom Buts Tirs % 7M Ass. Int Co Av 2m
4 MINNE Aymeric 2 4 50   2        
7 LAGARDE Romain 2 2 100            
8 PRANDI Elohim 1 3 33   4 1      
11 TOURNAT Nicolas 7 9 78            
19 ABALO Luc 2 3 67   1        
25 DESCAT Hugo 8 10 80 1/1          
26 CLAIRE Nicolas 4 4 100   1        
27 DIPANDA Adrien 0 0 0   2 1 1 1  
28 PORTE Valentin 3 3 100   2 1     1
29 KOUNKOUD Benoit 3 3 100            
30 BONNEFOI Kevin 0 0 0            
31 NAHI Dylan 7 8 88 1/2     1   2
33 MONAR Théo 4 4 100           1
34 KONAN Karl 1 1 100       1    
36 NYATEU O'Brian 2 2 100   2     1 1
92 DESBONNET Remi 0 0 0   1        
No. Nom Arrêts Tirs % 7M          
30 BONNEFOI Kevin 5 22 23 0% (0/2)          
92 DESBONNET Remi 10 23 43 0% (0/1)          

Grèce

No. Nom Buts Tirs % 7M Ass. Int Co Av 2m
2 KOSTAKIDIS Panteleimon 0 2 0            
5 MORAITIS Marios-Alexandros 1 4 25         1  
7 ARAMPATZIS Evangelos 2 2 100           1
8 BOSKOS Theodoros 7 8 88   1        
9 NIKOLAIDIS Panagiotis 2 2 100   1       1
10 MYLONAS Christodoulos 4 7 57            
11 MALLIOS Charalampos 1 3 33   2        
16 BOUKOVINAS Petros 0 0 0            
19 KARAMPOURNIOTIS Panagiotis 3 6 50   1        
20 DOMPRIS Charalampos 3 6 50 3/3          
21 TZIRAS Dimitrios 0 0 0            
22 TSILIS Angelos 3 3 100           1
27 ILIOPOULOS Efthimios 2 5 40           1
28 PAPADIONYSIOU Anastasios 2 3 67            
33 ARAPAKOPOULOS Andreas 0 0 0       1    
50 KOTANIDIS Konstantinos 0 0 0            
No. Nom Arrêts Tirs % 7M          
16 BOUKOVINAS Petros 3 30 10 50% (1/2)          
50 KOTANIDIS Konstantinos 1 20 5 0% (0/1)          
 

Le diaporama du match par Icon Sport - FFHB