bandeau handzone

Les Bleus qualifiés, place aux jeunes et donc à Théo Monar !

Euro

jeudi 29 avril 2021 - © François Dasriaux

 5 min 36 de lecture

On attendait le résultat du match Grèce - Serbie joué cet après-midi et la victoire 27-25 des hommes de Toni Gerona envoie mathématiquement les Français à l’Euro 2022. Reste donc à finir le travail dimanche à Créteil, et comme annoncé depuis assez longtemps, ce seront les jeunes appelés dans le cadre de la « Génération 2024 » qui vont avoir droit aux honneurs du maillot tricolore dont un certain Théo Monar qui sera une découverte pour beaucoup dimanche après-midi.


Ils ne seront que 9 de ceux qui ont visité mardi la champêtre salle de Korydallos et ses trous dans les vitres, ses murs au bord du terrain et son côté gymnase de collège. 9 à sans doute aussi ne pas oublier la prestation défensive assez terne et qui auront à cœur de remettre l’église au centre du village. Pour cela comme le déclare Guillaume Gille « À l’issue du premier match en Grèce, nous avons décidé de donner un temps de récupération aux joueurs les plus sollicités, notamment ceux qui évoluent dans les clubs encore en lice dans la Ligue des Champions, a expliqué le sélectionneur. Cette stratégie concerne aussi nos deux cadres, Michaël Guigou et Luc Abalo. Mais en raison de l’absence de Yanis Lenne (blessé), Luc poursuivra la semaine internationale ponctuée par le second match face à la Grèce. » Ils seront donc 17 (voir plus bas) à arpenter Oubron dimanche après-midi avec quelques petits nouveaux dont le dernier appelé en date, un certain Théo Monar, pivot de sont état, jouant à Nantes et qui fera la paire avec un certain Nicolas Tournat avec qui il partage beaucoup de choses…



Après seulement 39 matches officiels en pro, le tout jeune Théo Monar va donc certainement endosser le maillot bleu et faire ses premiers pas sur le terrain, car on ne voit pas Nicolas Tournat prendre les 60 minutes de jeu et si le Niortais est devenu en quelques saisons un des piliers des Bleus, il doit voir arriver avec plaisir son jeune compagnon qui lui a succédé au défunt pôle de Poitiers et qui, ensuite, est comme lui, venu parfaire sa formation et éclater à haut niveau sur les bords de l’Erdre. Qui pour mieux parler de lui que celui qui l’a guidé depuis ses premiers pas au pôle de Poitiers, qui l’a choisi pour intégrer ce pôle et qui a été suivi par Théo vers Nantes quand le Pôle de Poitiers a été sacrifié par les promesses électorales. C’est donc à Nantes que le cursus de Théo Monar s’est fait sous la houlette de Dimitri Fleurance (Photo ci-dessus), un formateur discret mais reconnu par ses pairs et surtout diablement efficace. Il a façonné le jeune espoir comme beaucoup d’autres et surtout a toujours cru en lui pour le très haut niveau alors que rien n’était gravé dans le marbre comme Dimitri nous le confie « Rien n’a été facile pour Théo, il ne faut pas oublier que dans les premières années il n’était que le 4° ou 5° choix dans sa catégorie pour l’équipe de France. Mais son envie, sa volonté de progresser et surtout d’analyser où il doit faire ses efforts ont fini par payer. » Car si sa prise de balle, son physique, son volume de jeu étonne pour un « gamin » de 19 ans, ce qui marque le plus son formateur, c’est sa faculté à analyser les choses ! « Théo a une capacité à analyser ses erreurs ou ses manques qui est étonnante. Il a une tête qui marche très bien et sait prendre les avis de tout le monde pour se forger sa propre analyse. Il est très à l’écoute de tout et se pose beaucoup de questions mais ne doute pas quand il a pris sa décision, car il a des objectifs très précis en tête et sait où il veut aller. »



Théo Monar sous les couleurs du Pôle de Nantes


La tête bien faite, Théo Monar le prouve tous les jours en doublant STAPS et centre de formation du HBCN. Après un bac en poche avec mention, il a intégré le STAPS de l’université de Nantes avec un cursus aménagé pour les sportifs de haut niveau devant lui permettre de faire sa première année en deux ans. Sauf que… La signature de son contrat pro pour la saison prochaine actée, le jeune natif de Fort de France s’est mis en tête d’accélérer les choses pour ne pas avoir à trop subir pendant sa première année pro. Alors la deuxième année théorique est venue se greffer sur sa première année, comme un étudiant normal… Mais est-on normal quand on a 19 ans, on entre de plein pied dans la rotation d’un club comme Nantes et qu’au bout de quelques mois, le staff tricolore l’appelle pour une sélection en A ? Une sélection où on devrait à minima découvrir ses qualités de défenseur central à droite, comme il le fait si bien avec Nantes depuis des mois. Pourtant Dimitri Fleurance sait aussi être lucide sur le chemin qu’il reste à faire à son protégé « Théo a besoin d’apprendre encore beaucoup sur le poste de central défensif. Il faut qu’il gomme ses petites erreurs de jugement, qu’il lise mieux le jeu et les qualités de ses adversaires. Il a une envie et une fougue énorme, c’est très positif, il faut qu’il y ajoute du métier, du savoir-faire et pas mal de choses encore, mais quoi de plus normal qu’il ne soit pas parfait à son âge ? Il faut lui laisser encore du temps ! Mais le fait de côtoyer le groupe pro depuis deux ans lui apporte énormément. Quand on a un coach comme Alberto (Entrerrios), il faut savoir écouter et profiter, et ça, Théo sait très bien le faire. » Certes, ceux qui suivent le HBCN savent que Théo Monar a encore des progrès à faire ! Mais quand on voit ce qu’il est déjà capable de faire à 19 ans, on se dit que si la progression continue à ce rythme, l’équipe de France risque d’avoir un autre pivot de dimension mondiale venir s’ajouter aux monstres déjà en place !

Théo Monar face à Cesson au côte de Lucas de la Bretèche, autre pépite nantaise



Liste des joueurs retenus pour France - Grèce
Gardiens : Kévin BONNEFOI (Montpellier HB) - Rémi DESBONNET (Usam Nîmes Gard)
Ailiers gauches : Hugo DESCAT (Montpellier HB) - Dylan NAHI (Paris SG HB)
Arrières gauches : Karl KONAN (Pays d'Aix UC) - Romain LAGARDE (Rhein-Neckar Löwen) - Élohim PRANDI (Paris SG HB) - Jean-Jacques ACQUEVILLO (Usam Nîmes Gard)
Demi-centres : Nicolas CLAIRE (Pays d’Aix UC) - Aymeric MINNE (HBC Nantes) - O’brian NYATEU (Usam Nîmes Gard)
Pivots : Théo MONAR (HBC Nantes) - Nicolas TOURNAT (Kielce)
Arrières droits : Valentin PORTE (Montpellier HB) - Adrien DIPANDA (Saint-Raphaël Var HB)
Ailiers droits : Luc ABALO (Elverum HB) - Benoît KOUNKOUD (Paris SG HB)

Les Bleus qualifiés, place aux jeunes et donc à Théo Monar ! 

Euro

jeudi 29 avril 2021 - © François Dasriaux

 5 min 36 de lecture

On attendait le résultat du match Grèce - Serbie joué cet après-midi et la victoire 27-25 des hommes de Toni Gerona envoie mathématiquement les Français à l’Euro 2022. Reste donc à finir le travail dimanche à Créteil, et comme annoncé depuis assez longtemps, ce seront les jeunes appelés dans le cadre de la « Génération 2024 » qui vont avoir droit aux honneurs du maillot tricolore dont un certain Théo Monar qui sera une découverte pour beaucoup dimanche après-midi.


Ils ne seront que 9 de ceux qui ont visité mardi la champêtre salle de Korydallos et ses trous dans les vitres, ses murs au bord du terrain et son côté gymnase de collège. 9 à sans doute aussi ne pas oublier la prestation défensive assez terne et qui auront à cœur de remettre l’église au centre du village. Pour cela comme le déclare Guillaume Gille « À l’issue du premier match en Grèce, nous avons décidé de donner un temps de récupération aux joueurs les plus sollicités, notamment ceux qui évoluent dans les clubs encore en lice dans la Ligue des Champions, a expliqué le sélectionneur. Cette stratégie concerne aussi nos deux cadres, Michaël Guigou et Luc Abalo. Mais en raison de l’absence de Yanis Lenne (blessé), Luc poursuivra la semaine internationale ponctuée par le second match face à la Grèce. » Ils seront donc 17 (voir plus bas) à arpenter Oubron dimanche après-midi avec quelques petits nouveaux dont le dernier appelé en date, un certain Théo Monar, pivot de sont état, jouant à Nantes et qui fera la paire avec un certain Nicolas Tournat avec qui il partage beaucoup de choses…



Après seulement 39 matches officiels en pro, le tout jeune Théo Monar va donc certainement endosser le maillot bleu et faire ses premiers pas sur le terrain, car on ne voit pas Nicolas Tournat prendre les 60 minutes de jeu et si le Niortais est devenu en quelques saisons un des piliers des Bleus, il doit voir arriver avec plaisir son jeune compagnon qui lui a succédé au défunt pôle de Poitiers et qui, ensuite, est comme lui, venu parfaire sa formation et éclater à haut niveau sur les bords de l’Erdre. Qui pour mieux parler de lui que celui qui l’a guidé depuis ses premiers pas au pôle de Poitiers, qui l’a choisi pour intégrer ce pôle et qui a été suivi par Théo vers Nantes quand le Pôle de Poitiers a été sacrifié par les promesses électorales. C’est donc à Nantes que le cursus de Théo Monar s’est fait sous la houlette de Dimitri Fleurance (Photo ci-dessus), un formateur discret mais reconnu par ses pairs et surtout diablement efficace. Il a façonné le jeune espoir comme beaucoup d’autres et surtout a toujours cru en lui pour le très haut niveau alors que rien n’était gravé dans le marbre comme Dimitri nous le confie « Rien n’a été facile pour Théo, il ne faut pas oublier que dans les premières années il n’était que le 4° ou 5° choix dans sa catégorie pour l’équipe de France. Mais son envie, sa volonté de progresser et surtout d’analyser où il doit faire ses efforts ont fini par payer. » Car si sa prise de balle, son physique, son volume de jeu étonne pour un « gamin » de 19 ans, ce qui marque le plus son formateur, c’est sa faculté à analyser les choses ! « Théo a une capacité à analyser ses erreurs ou ses manques qui est étonnante. Il a une tête qui marche très bien et sait prendre les avis de tout le monde pour se forger sa propre analyse. Il est très à l’écoute de tout et se pose beaucoup de questions mais ne doute pas quand il a pris sa décision, car il a des objectifs très précis en tête et sait où il veut aller. »



Théo Monar sous les couleurs du Pôle de Nantes


La tête bien faite, Théo Monar le prouve tous les jours en doublant STAPS et centre de formation du HBCN. Après un bac en poche avec mention, il a intégré le STAPS de l’université de Nantes avec un cursus aménagé pour les sportifs de haut niveau devant lui permettre de faire sa première année en deux ans. Sauf que… La signature de son contrat pro pour la saison prochaine actée, le jeune natif de Fort de France s’est mis en tête d’accélérer les choses pour ne pas avoir à trop subir pendant sa première année pro. Alors la deuxième année théorique est venue se greffer sur sa première année, comme un étudiant normal… Mais est-on normal quand on a 19 ans, on entre de plein pied dans la rotation d’un club comme Nantes et qu’au bout de quelques mois, le staff tricolore l’appelle pour une sélection en A ? Une sélection où on devrait à minima découvrir ses qualités de défenseur central à droite, comme il le fait si bien avec Nantes depuis des mois. Pourtant Dimitri Fleurance sait aussi être lucide sur le chemin qu’il reste à faire à son protégé « Théo a besoin d’apprendre encore beaucoup sur le poste de central défensif. Il faut qu’il gomme ses petites erreurs de jugement, qu’il lise mieux le jeu et les qualités de ses adversaires. Il a une envie et une fougue énorme, c’est très positif, il faut qu’il y ajoute du métier, du savoir-faire et pas mal de choses encore, mais quoi de plus normal qu’il ne soit pas parfait à son âge ? Il faut lui laisser encore du temps ! Mais le fait de côtoyer le groupe pro depuis deux ans lui apporte énormément. Quand on a un coach comme Alberto (Entrerrios), il faut savoir écouter et profiter, et ça, Théo sait très bien le faire. » Certes, ceux qui suivent le HBCN savent que Théo Monar a encore des progrès à faire ! Mais quand on voit ce qu’il est déjà capable de faire à 19 ans, on se dit que si la progression continue à ce rythme, l’équipe de France risque d’avoir un autre pivot de dimension mondiale venir s’ajouter aux monstres déjà en place !

Théo Monar face à Cesson au côte de Lucas de la Bretèche, autre pépite nantaise



Liste des joueurs retenus pour France - Grèce
Gardiens : Kévin BONNEFOI (Montpellier HB) - Rémi DESBONNET (Usam Nîmes Gard)
Ailiers gauches : Hugo DESCAT (Montpellier HB) - Dylan NAHI (Paris SG HB)
Arrières gauches : Karl KONAN (Pays d'Aix UC) - Romain LAGARDE (Rhein-Neckar Löwen) - Élohim PRANDI (Paris SG HB) - Jean-Jacques ACQUEVILLO (Usam Nîmes Gard)
Demi-centres : Nicolas CLAIRE (Pays d’Aix UC) - Aymeric MINNE (HBC Nantes) - O’brian NYATEU (Usam Nîmes Gard)
Pivots : Théo MONAR (HBC Nantes) - Nicolas TOURNAT (Kielce)
Arrières droits : Valentin PORTE (Montpellier HB) - Adrien DIPANDA (Saint-Raphaël Var HB)
Ailiers droits : Luc ABALO (Elverum HB) - Benoît KOUNKOUD (Paris SG HB)