bandeau handzone

Montpellier en ballottage assez favorable

Europe

mardi 13 avril 2021 - © Yves Michel

 5 min 57 de lecture

Encore une fois, les attaquants de Montpellier sont tombés sur un grand gardien, Milosavljev mais les Héraultais ont su garder leurs chances intactes pour le quart de finale retour de l'European League en battant les Renards de Berlin (32-29). Ces trois longueurs d'avance suffiront-elles pour réussir l'exploit et se qualifier pour le Final Four ? Réponse mardi prochain. Mais avant il y aura le match au sommet du championnat, à Coubertin face à Paris.

 

L'histoire a bien failli se répéter. Un mois après avoir buté sur Pilipovic en 8ème aller face à Schaffhausen et arraché le nul, Montpellier s'est cassé les dents sur Milosavljev, le portier de Berlin. Auteur de 14 arrêts, le Serbe a déjoué les plans des attaquants héraultais une grande partie de la rencontre. Sauf que cette fois, le money-time a été profitable à Valentin Porte et ses partenaires. Le capitaine montpelliérain irréprochable dans son engagement et dans la justesse de ses tirs inscrira d'ailleurs à la toute dernière seconde, un but qui pourrait valoir de l'or dans une semaine dans la capitale allemande. Le MHB s'impose de trois longueurs (32-29) et peut entrevoir avec sérénité le match retour. 

En défense, Montpellier avait choisi d'évoluer assez haut et en ce début de 1ère période, le stratagème a plutôt bien fonctionné puisque la base arrière allemande a eu du mal à trouver la bonne distance de tir et surtout le positionnement idéal. Mais, ces Berlinois réputés pour leur manque de mobilité, ont rapidement montré qu'ils avaient de la ressource et un repli défensif efficace. En attaque placée, ils seront souvent à la peine avec un Lasse Anderson souvent en échec. L'international danois va mettre une mi-temps pour être plus précis dans ses intentions. Peu avantagé par les décisions arbitrales et alors que les Allemands venaient de passer 7 minutes sans inscrire le moindre but, Montpellier va se sortir du piège d'une double infériorité numérique. Pas de conséquence au tableau d'affichage et même en étant gourmand, l'avance qui était alors de deux unités (7-5 après 17') aurait même pu être plus conséquente si le 7m d'Hugo Descat n'était pas allé s’écraser sur l'angle de la cage de Milosavljev. Andersson persistait dans son manque d'inspiration, Julien Bos lui, apportait du sang frais dans l'équipe héraultaise. Depuis son retour après une longue blessure, le champion du monde juniors 2019 sait se montrer indispensable. A l'issue de cette 1ère période où le jeu berlinois s'était avéré brouillon et où seul leur gardien avait brillé (8 arrêts pour Milosavljev contre 6 pour un Kévin Bonnefoi au bon moment, au bon endroit), le MHB tenait le bon bout et surtout regagnait le vestiaire avec un avantage substantiel (13-11). 

Les joueurs de Patrice Canayer vont rater leur entame de seconde mi-temps. Les Allemands avaient durci leur jeu et surtout Lasse Andersson voulait soigner ses statistiques. Il était en parfaite réussite sur les tirs longue distance alors que Simonet ou Villeminot échouait l'un après l'autre sur le portier berlinois. La défense du MHB était plus friable et comme personne n'allait l'inquiéter, Andersson continuait son festival. Il faudra un 7m de Richardson pour que les Héraultais reprennent l'avantage. De courte durée, car le manque de précision dans les trajectoires ou un excès de précipitation annihilait tout espoir de garder cette avance ou pourquoi pas de l'aggraver. 



Bonnefoi laissait la place à Marin Sego (photo de tête) qui va faire le boulot mais Montpellier qui à ce moment du match, aurait pu tuer tout suspens, n'en profitera pas. En face, les attaquants berlinois se montraient encore plus maladroits. L'écart restait en faveur des locaux. 

A moins de six minutes du terme, Yanis Lenne va marquer (28-25) et se heurter à Milosavljev. Palabres, défiance mutuelle, les deux arbitres portugais, un peu dépassés par la situation vont exclure les deux hommes. A en juger la suite des événements, la sortie du portier serbe va être plus préjudiciable pour Berlin que celle de l'ailier français pour Montpellier. D'autant que les sanctions vont continuer à pleuvoir et les Renards seront contraints de terminer la rencontre en infériorité numérique. Une aubaine pour le MHB qui grâce à Richardson et Porte vont s'imposer (32-29) et surtout s'offrir un écart prometteur avant le retour prévu dans une semaine à la Max-Schmeling-Halle. Le tout est de savoir si cela sera suffisant pour continuer le chemin dans cette compétition et surtout s'ouvrir les portes du Final Four prévu à la mi-mai ? 

Dans l'attente de leur périple en Allemagne, les joueurs de Montpellier ont une fin de semaine très chargée. Samedi, ils se déplacent ni plus, ni moins à Coubertin, affronter le PSG. Avec le même nombre de matches disputés jusque-là (20), quatre points séparent les deux formations au classement en faveur des Parisiens. Sans compter le match aller à Bougnol qui avait été à leur avantage (+6). C'est dire si la confrontation de ce week-end est déterminante et pourrait figer les deux places en tête de la Starligue.  


 

 

A Montpellier, Palais des Sports Bougnol -1/4 de finale aller de l'European League 
Mardi 13 avril 2021 à 20h45
 
Montpellier HB - Füchse Berlin       32-29  (Mi-tps: 13-11)
 
Arbitres: Daniel & Roberto Accoto Martins (Portugal)
 
Montpellier: Sego (4a/15), Bonnefoi (6a/24)- Berthier (n.u), Simonet (2/5), Villeminot (2/8), Descat (4/5 dt 0/1 pén), Pellas (2/4 dt 0/1 pén), Bos (2/2), Bataille (1/1), Pettersson (0/1), Lenne A. (2/4), Richardson (5/7 dt 1/1 pén), Borges (0/2), Porte (8/9), Lenne Y. (3/4), Duarte (1/1)
 
Berlin: Genz (1a/4), Milosavljev (14a/42)- Ernst, Wiede (6/7), Holm (4/7), Gojun, Andersson (6/9), Lindberg (2/3 dt 2/2 pén), Michalczik (2/3), Chrintz (4/7), Keskic, Matthes (2/2), Kopljar (1/1), Koch (0/1), Marsenic (2/4)
 
 
Evolution du score: 2-3 (5è) 4-3 (10è) 7-5 (15è) 7-7 (20è) 11-8 (25è) 13-11 (MT) 16-16 (35è) 19-19 (40è) 21-21 (45è) 24-23 (50è) 28-26 (55è) 32-29 (FIN)      
 
                                     Les réactions d'après-match : 
 
Patrice CANAYER (entraîneur du MHB) : "En terminant avec le plus gros écart du match, on ne peut être que satisfaits. Peu importe l'avance, tout est possible en coupe d'Europe. C'est la première fois que l'on jouait Füchse Berlin et je suis très heureux de jouer contre ce club."
 
Valentin PORTE (capitaine du MHB) : "C'était un match très compliqué, avec une équipe en face rugueuse. On a répondu présents mais ce n'est que la première mi-temps. Trois buts, c'est bien, mais c'est peu au handball. Ça peut aller vite. Je suis très content de l'équipe. Avant d'aller à Berlin, nous avons un match face au PSG."
 
Jaron SIEWERT (entraîneur du Füchse Berlin) : "Félicitations à Montpellier pour cette victoire. C'était difiicile de défendre en un contre un face à eux. On l'a bien fait en première mi-temps et par moments en seconde. On a réussi à revenir avec une balle de + 2 mais on a raté des tirs notamment au poste de pivot. Montpellier a joué avec un jeu rapide, ce qui lui a permis de marquer plusieurs buts. L'avance de +3 pour Montpellier est sévère. Maintenant, pour voir le Final 4, il faudra marquer un but de plus qu'eux. Bravo à Valentin pour son dernier but."

 

Diaporama photos de Montpellier - Berlin par Patrick Davignon

Montpellier en ballottage assez favorable  

Europe

mardi 13 avril 2021 - © Yves Michel

 5 min 57 de lecture

Encore une fois, les attaquants de Montpellier sont tombés sur un grand gardien, Milosavljev mais les Héraultais ont su garder leurs chances intactes pour le quart de finale retour de l'European League en battant les Renards de Berlin (32-29). Ces trois longueurs d'avance suffiront-elles pour réussir l'exploit et se qualifier pour le Final Four ? Réponse mardi prochain. Mais avant il y aura le match au sommet du championnat, à Coubertin face à Paris.

 

L'histoire a bien failli se répéter. Un mois après avoir buté sur Pilipovic en 8ème aller face à Schaffhausen et arraché le nul, Montpellier s'est cassé les dents sur Milosavljev, le portier de Berlin. Auteur de 14 arrêts, le Serbe a déjoué les plans des attaquants héraultais une grande partie de la rencontre. Sauf que cette fois, le money-time a été profitable à Valentin Porte et ses partenaires. Le capitaine montpelliérain irréprochable dans son engagement et dans la justesse de ses tirs inscrira d'ailleurs à la toute dernière seconde, un but qui pourrait valoir de l'or dans une semaine dans la capitale allemande. Le MHB s'impose de trois longueurs (32-29) et peut entrevoir avec sérénité le match retour. 

En défense, Montpellier avait choisi d'évoluer assez haut et en ce début de 1ère période, le stratagème a plutôt bien fonctionné puisque la base arrière allemande a eu du mal à trouver la bonne distance de tir et surtout le positionnement idéal. Mais, ces Berlinois réputés pour leur manque de mobilité, ont rapidement montré qu'ils avaient de la ressource et un repli défensif efficace. En attaque placée, ils seront souvent à la peine avec un Lasse Anderson souvent en échec. L'international danois va mettre une mi-temps pour être plus précis dans ses intentions. Peu avantagé par les décisions arbitrales et alors que les Allemands venaient de passer 7 minutes sans inscrire le moindre but, Montpellier va se sortir du piège d'une double infériorité numérique. Pas de conséquence au tableau d'affichage et même en étant gourmand, l'avance qui était alors de deux unités (7-5 après 17') aurait même pu être plus conséquente si le 7m d'Hugo Descat n'était pas allé s’écraser sur l'angle de la cage de Milosavljev. Andersson persistait dans son manque d'inspiration, Julien Bos lui, apportait du sang frais dans l'équipe héraultaise. Depuis son retour après une longue blessure, le champion du monde juniors 2019 sait se montrer indispensable. A l'issue de cette 1ère période où le jeu berlinois s'était avéré brouillon et où seul leur gardien avait brillé (8 arrêts pour Milosavljev contre 6 pour un Kévin Bonnefoi au bon moment, au bon endroit), le MHB tenait le bon bout et surtout regagnait le vestiaire avec un avantage substantiel (13-11). 

Les joueurs de Patrice Canayer vont rater leur entame de seconde mi-temps. Les Allemands avaient durci leur jeu et surtout Lasse Andersson voulait soigner ses statistiques. Il était en parfaite réussite sur les tirs longue distance alors que Simonet ou Villeminot échouait l'un après l'autre sur le portier berlinois. La défense du MHB était plus friable et comme personne n'allait l'inquiéter, Andersson continuait son festival. Il faudra un 7m de Richardson pour que les Héraultais reprennent l'avantage. De courte durée, car le manque de précision dans les trajectoires ou un excès de précipitation annihilait tout espoir de garder cette avance ou pourquoi pas de l'aggraver. 



Bonnefoi laissait la place à Marin Sego (photo de tête) qui va faire le boulot mais Montpellier qui à ce moment du match, aurait pu tuer tout suspens, n'en profitera pas. En face, les attaquants berlinois se montraient encore plus maladroits. L'écart restait en faveur des locaux. 

A moins de six minutes du terme, Yanis Lenne va marquer (28-25) et se heurter à Milosavljev. Palabres, défiance mutuelle, les deux arbitres portugais, un peu dépassés par la situation vont exclure les deux hommes. A en juger la suite des événements, la sortie du portier serbe va être plus préjudiciable pour Berlin que celle de l'ailier français pour Montpellier. D'autant que les sanctions vont continuer à pleuvoir et les Renards seront contraints de terminer la rencontre en infériorité numérique. Une aubaine pour le MHB qui grâce à Richardson et Porte vont s'imposer (32-29) et surtout s'offrir un écart prometteur avant le retour prévu dans une semaine à la Max-Schmeling-Halle. Le tout est de savoir si cela sera suffisant pour continuer le chemin dans cette compétition et surtout s'ouvrir les portes du Final Four prévu à la mi-mai ? 

Dans l'attente de leur périple en Allemagne, les joueurs de Montpellier ont une fin de semaine très chargée. Samedi, ils se déplacent ni plus, ni moins à Coubertin, affronter le PSG. Avec le même nombre de matches disputés jusque-là (20), quatre points séparent les deux formations au classement en faveur des Parisiens. Sans compter le match aller à Bougnol qui avait été à leur avantage (+6). C'est dire si la confrontation de ce week-end est déterminante et pourrait figer les deux places en tête de la Starligue.  


 

 

A Montpellier, Palais des Sports Bougnol -1/4 de finale aller de l'European League 
Mardi 13 avril 2021 à 20h45
 
Montpellier HB - Füchse Berlin       32-29  (Mi-tps: 13-11)
 
Arbitres: Daniel & Roberto Accoto Martins (Portugal)
 
Montpellier: Sego (4a/15), Bonnefoi (6a/24)- Berthier (n.u), Simonet (2/5), Villeminot (2/8), Descat (4/5 dt 0/1 pén), Pellas (2/4 dt 0/1 pén), Bos (2/2), Bataille (1/1), Pettersson (0/1), Lenne A. (2/4), Richardson (5/7 dt 1/1 pén), Borges (0/2), Porte (8/9), Lenne Y. (3/4), Duarte (1/1)
 
Berlin: Genz (1a/4), Milosavljev (14a/42)- Ernst, Wiede (6/7), Holm (4/7), Gojun, Andersson (6/9), Lindberg (2/3 dt 2/2 pén), Michalczik (2/3), Chrintz (4/7), Keskic, Matthes (2/2), Kopljar (1/1), Koch (0/1), Marsenic (2/4)
 
 
Evolution du score: 2-3 (5è) 4-3 (10è) 7-5 (15è) 7-7 (20è) 11-8 (25è) 13-11 (MT) 16-16 (35è) 19-19 (40è) 21-21 (45è) 24-23 (50è) 28-26 (55è) 32-29 (FIN)      
 
                                     Les réactions d'après-match : 
 
Patrice CANAYER (entraîneur du MHB) : "En terminant avec le plus gros écart du match, on ne peut être que satisfaits. Peu importe l'avance, tout est possible en coupe d'Europe. C'est la première fois que l'on jouait Füchse Berlin et je suis très heureux de jouer contre ce club."
 
Valentin PORTE (capitaine du MHB) : "C'était un match très compliqué, avec une équipe en face rugueuse. On a répondu présents mais ce n'est que la première mi-temps. Trois buts, c'est bien, mais c'est peu au handball. Ça peut aller vite. Je suis très content de l'équipe. Avant d'aller à Berlin, nous avons un match face au PSG."
 
Jaron SIEWERT (entraîneur du Füchse Berlin) : "Félicitations à Montpellier pour cette victoire. C'était difiicile de défendre en un contre un face à eux. On l'a bien fait en première mi-temps et par moments en seconde. On a réussi à revenir avec une balle de + 2 mais on a raté des tirs notamment au poste de pivot. Montpellier a joué avec un jeu rapide, ce qui lui a permis de marquer plusieurs buts. L'avance de +3 pour Montpellier est sévère. Maintenant, pour voir le Final 4, il faudra marquer un but de plus qu'eux. Bravo à Valentin pour son dernier but."

 

Diaporama photos de Montpellier - Berlin par Patrick Davignon

Dans la même rubrique